* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

vierges et vampires

vierges et vampires
Aka: requiem pour un vampire, caged vampires, caged virgins, crazed virgins, dungeon of terror, requiem for a vampire, sex vampires, the crazed vampire, virgins and vampires, virgins and the vampires

vierges et vampires

Les scénarios de Jean Rollin, en général, ont si peu d'importance qu'ils peuvent se résumer en quelques lignes. Et "Requiem pour un Vampire" n'échappe pas à la règle. Deux jeunes fugitives, déguisées en clown, sont poursuivies par des hommes qui ouvrent le feu sur leur voiture. Leur chauffeur étant tué, elles sont forcées de poursuivre à pied et se réfugient dans un cimetière, près d'un château en ruine. Malheureusement pour elles, ce lieu est investi par un couple de vampires et leurs sbires. Ils font subir les pires outrages aux demoiselles qui osent s'introduire dans leur domaine...


requiem pour un vampire

Si vous cherchez de l'action, ce n'est pas chez Rollin que vous serez satisfait. En effet, ce réalisateur atypique privilégie l'ambiance, l'esthétique de ses films étant toujours particulière. Et cette fois ci il n'hésite pas à surprendre, par exemple, il vous faudra attendre une heure avant que les personnages se mettent enfin à parler. Les trois quarts du film sont quasi muets, si ce n'est les cris, les murmures et la musique grandiloquente. C'est d'ailleurs assez impressionnant. L'absence de parole donne un ton tragique à l'ensemble, cette atmosphère propre aux films muet des années 20. De toute façon, dans "Vierges et Vampires" les paroles ont aussi peu d'intérêt que l'histoire... En effet, lorsque les personnages commencent à parler, c'est soit pour raconter l'histoire (ou plutôt l'absence d'histoire), soit pour dire des futilités. De plus, lorsqu'ils ouvrent la bouche, ils surjouent et déclament leur texte avec emphase à la manière des comédiens tragiques.
C'est peut être pour toutes ces raisons que Rollin a pris le parti de les museler... Ceci dit les acteurs sont tellement mauvais qu'ils créent parfois des instants magiques. Telle cette scène impressionnante où la Vampire approche un poignard à quelques millimètres de l'oeil de l'héroïne, attachée, sous le regard angoissée de son amie. Dans celle-ci le jeu des acteurs est fabuleux et fait monter la tension à son paroxysme. Ces quelques scènes viennent contre balancer le déficit des acteurs...


vierges et vampires

Et le roi de la série Z française n'en reste pas là, tout est cheap dans sa réalisation : les acteurs, les effets spéciaux, les montages...
Les effets spéciaux sont terribles : les dents des vampires pendent lamentablement de leur lèvres supérieures sur lesquelles elles sont collées et se plient même sous la pression. Elles semblent d'ailleurs être faites en papier roulé. Mais on n'en voudra pas à Rollin qui se débrouille avec les moyens du bord. Et puis, les vampires sont présentés comme deux êtres las de vivre pour répandre la désolation et la mort, ils ont déjà perdus de leur superbe et sont à bout de souffle. N'étant déjà plus terrifiants de par leur condition, Rollin n'avait de toute façon pas besoin de les rendre réalistes.
De même le montage pêche parfois. Pourquoi s'embarrasser de fondus enchaînés pour rendre fluide la réalisation ? Nul besoin de transition ! On y va gaiement, et hop, le gros bonhomme à moitié nu est remplacé, l'image suivante, par une chauve souris en plastique qui vient se coller au sexe d'une jeune fille ligotée ! Ce montage saccadé et les quelques scènes drôles du film lui amène une certaine légèreté plutôt agréable.


requiem pour un vampire

D'ailleurs "Vierges et Vampires" joue sur plusieurs registres. Certes il s'agit d'un film de vampires, gothique, avec squelettes et cercueils, bougies, chambre de torture et brumes grisâtres. Mais Rollin y ajoute une touche de fantaisie.
D'abord avec les nombreuses scènes érotiques dispatchées ça et là. Ensuite, les deux jeunes héroïnes sont à la fois mystiques (elles ont de grands yeux noirs qui leur mangent le visage), naïves et parfois d'une fraîcheur incroyable. Elles participent à elles seules à ce balancement constant entre vie et mort, joie et morosité, jeunesse et vieillesse. Elles continuent de jouer, telles des enfants, coiffées de nattes et vêtues de mini jupes colorées, chaussettes hautes, dans cet univers hostile. Face à cette jeunesse frivole, les hommes sont des brutes épaisses, avides de sexe et les femmes des objets, des proies faciles.
Parfois rollin introduit des éléments qui tiennent plus de la farce que du film gothique, tels les déguisements de clowns (personnage que l'on retrouvera plus tard dans "La Rose de Fer"), ou encore ces scènes où des hommes habillés courent après des filles nues sur fond de musique frénétique à la "Benny Hill". Les personnages donnent parfois l'impression de n'être que des pantins à la cervelle creuse. A côté de ces moments absurdes et coquins, Rollin nous livre de véritables instants de poésie, je pense notamment à la beauté de ces corps nus enlacés ou encore aux gros plans montrant les larmes dessinées sur le visage des jeunes filles...


vierges et vampires

Aussi "Vierges et Vampires" est un des films de Rollin les plus déroutants. Les personnages y sont attachants, l'univers y est à la fois gothique, coquin et sensible. On y retrouve les obsessions propres à Rollin et un subtil mélange de genre qui déroute le spectateur.
Les nombreuses imperfections, les effets ratés, l'aspect cheap du film sont contre balancés par les instants magiques et la poésie qui se dégage de l'ensemble.
Sous la caméra de Jean Rollin, on est surpris de voir que les défauts deviennent qualités, que le laid devient beau...
Ce film constitue un savoureux mélange de frissons gothiques, d'érotisme, de poésie et de farce. Il est sans doute l'un des plus déconcertant et l'un des plus réussis des films de Jean Rollin.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche