* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

fatal games

fatal games
Aka: killing touch, olympic nightmare, les jeux de la mort

fatal games

L'action se déroule au sein d'une université spécialisée dont le but est de former de jeunes athlètes de haut niveau pour les jeux olympiques. Les jeunes sont entourés d'une équipe médicale composée du docteur Jordine et de l'infirmière Diane Paine, ainsi que de professeurs qui jouent à merveille leur rôle de coachs, poussant nos jeunes à se dépasser. Ceux-ci grâce à cet enseignement de qualité, deviendront à coup sûr des supers sportifs !
Ainsi nous assistons aux entraînements de ces jeunes athlètes mais également à leurs moments de joies et de bonne humeur, car ses filles et ses garçons qui ont l'âge de l'innocence sont encore farceurs et joueurs...
Mais au sein de cette école où l'atmosphère joyeuse et candide nous rappelle le bon temps de "Fame", un trouble fête va venir semer la panique... Il s'agit bien entendu d'un tueur fou, armé d'un javelot, qui va prendre pour cible les meilleurs athlètes de l'école...


killing touch

Vous allez me dire : l'histoire semble fort peu intéressante. Effectivement, elle l'est ! Et les détails et intrigues annexes ne rattrapent pas le tout... Le film est parsemé de nombreuses scènes ennuyeuses où l'on voit ces jeunes garçons et filles s'entraîner pendant des heures au lancer de javelot, aux barres parallèles, à la gym, aux altères, se dépasser lors des courses, concourir à des tournois de natations et passer du temps entre jeunes au saunas, ou sous les fenêtres des salles de cours à faire des papouilles pendant que les autres se font trucider.
Et je ne vous parle pas du générique du film, apparemment dédié aux fans de jeux olympiques, qui vous donne envie de fuir loin, très loin même, car il ressemble à un spot interminable d'émission dédiée au sport.


fatal games

Donc, l'attrait du film ne se trouve pas dans le dynamisme des scènes, ni dans l'intrigue. Non, mais on peut y trouver de l'intérêt ailleurs, si on cherche bien. Pour les voyeurs avertis, on y voit des garçons très élégants dans leurs slips kangourous, des filles régulièrement à poil. Elle se prélassent au sauna ou se font masser doucement par une infirmière qui semble avoir des penchants lesbiens à ses heures. De plus, si on regarde le film au second degré, on peut entre deux bâillements, faire des commentaires et même s'amuser...
Et oui ! On peut ici souligner l'importance des détails : les tenues d'abord. Rappelez-vous les anciens, de ses petits shorts en nylons des années 80 ! Des coiffures bouclées genre caniches et des brushings classes qui donnent une allure de motard sans même investir dans un casque ! Rappelez vous les guêtres (ou les "gym wears" pour les plus "in") à la "Flashdance" !


killing touch

D'autres détails mettent également en joie, comme par exemple l'absence de suspense flagrant. On dirait même que l'auteur le fait exprès. En effet, avant chaque apparition du tueur, on est prévenu par la même musique qui se veut dérangeante. Le tueur est toujours présenté sur fond bleuté, il respire très bruyamment et ressemble en général à un schtroumpf dans son super ensemble sweet-capuche-sportswear.
Il est d'ailleurs très surprenant ce tueur, que ce soit dans l'air ou dans l'eau, son javelot fait toujours mouche ! Il est d'ailleurs un peu parfois présenté comme un super héros, qu'on qualifierait, ma foi, d'un petit peu raté...
En dehors de ces scènes mémorables de meurtres, on notera également que les jeunes filles ont une tendance, comme dans pas mal de film, à se rendre à la piscine la nuit et à s'entraîner à nager dans le noir total ! Après tout, faut dire aussi qu'elles cherchent leur misère.


fatal games

Ceci dit, la réalisation est correcte, et le jeu des acteurs sans raté. Michael Elliot n'a donc pas à rougir de l'aspect technique de son seul et unique film. Il n'a jamais récidivé....
Mais le scénario pêche énormément, et le film manque cruellement de dynamisme et d'originalité. "Fatal Games", vous l'avez compris, est un navet qui peut provoquer un intérêt si on le regarde au second degré... Il apparaît comme un mix entre le navet rigolo (un peu comme "The Last Slumber Party", bien plus série Z) et le téléfilm ennuyeux (du type "Flashdance").
Malgré tout, il aura réussi à nous étonner par le caractère absurde de la fin... Bien entendu, nous avions trouvé qui était le tueur, (même si le réalisateur tente de brouiller les pistes avec de gros clichés ressassés depuis des lustres...) mais un événement heureux, imprévisible et ridicule, relève le niveau du film et le termine sur une touche de bonne humeur.
Un film à regarder exclusivement à plusieurs, sous peine d'endormissement profond.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche