* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

contract (the)

contract (the)
Aka: mister boo fait de la télévision, mai shen qi

contract (the)

Fans des comédies Hongkongaises cultes ou des comédies cultes tout court...chaud devant !!! Les frères Hui se déchaînent et donnent une fois de plus le meilleur d'eux même avec "The Contract". Ici Michael Hui incarne Chih-Wen un gars qui travaille dans une chaîne de télévision locale appelée Mouse TV (MTV). Ceci dit on ne lui propose que du travail de second plan, en gros de faire le sale boulot !
Désespéré Chih-Wen rencontre alors un directeur de casting de la chaîne rivale CTV (Cat TV), qui lui fait des propositions plus qu'intéressantes ainsi qu'un contrat alléchant si il accepte de se joindre à eux. C'est la chance de sa vie, et il décide alors de quitter MTV. Coup de théâtre ! Le directeur de MTV vient de changer suite aux votes défavorables du conseil (qui l'ont jeté par la fenêtre au passage), et le nouveau n'a apparemment pas l'intention de laisser partir Chih-Wen car son contrat n'est pas encore fini. Ainsi avec l'aide de son frère magicien Shih-Chieh et de son autre frère inventeur pseudo-scientifique, Chi-Ying, il va essayer d'employer la manière forte pour s'emparer du contrat...


mister boo fait de la télévision

Avec "The Contract", les frères Hui tapent droit dans la cible et font encore dans le culte. Voilà une comédie qui tient la route du début à la fin, avec un scénario intéressant et développé où, une fois n'est pas coutume ("The Private Eyes", "Security Unlimited"...) Michael Hui s'attaque aux problèmes sociaux connus déjà à Hong Kong dans les années 70. Il nous offre ainsi une analyse fine et ironique, de ce que le monde du travail pouvait à l'époque comporter de négatif, et les répercutions que cela pouvait avoir sur la vie quotidienne de certains hong-kongais. Avec le personnage de Chih-Wen il dresse le portrait d'un homme qui essaye de s'en sortir par tous les moyens, et qui se retrouve stoppé dans son ascension sociale par un boss influant et connu... une sorte de combat à la David contre Goliath mais revisité à la sauce Hui, donc guignolesque et tordant à souhait ! Il nous offre aussi une critique du monde télévisé et de la dérive sadique qu'il peut prendre, juste pour le plaisir des téléspectateurs. Le jeu où la femme doit décider de choisir entre une boite qui peut contenir des millions (ou rien du tout) et la vie de son mari en est le meilleur exemple.


contract (the)

Les acteurs quant à eux, sont tous aussi bon les uns que les autres et assurent réellement leurs lots de gags à gogos ! A commencer par Sam Hui en magicien (Shih-Chieh) malin et débrouillard, il est un peu la tête pensante du trio et n'hésite pas à user de quelques tours de passe-passe pour ridiculiser ses adversaires. Il se fait ainsi remarquer dans un combat de magicien à magicien contre son horrible boss, l'indien sans foi ni loi, qui n'hésite pas à manger les pigeons en brochette si le loyer n'est pas payé.
Ensuite vient Ricky Hui, toujours dans le rôle d'un gars qui vit sa vie à deux à l'heure : il est un peu l'antithèse de Shih-Chieh, et il s'en prend littéralement plein la figure à la place des autres, notamment lorsqu'il est enfermé fortuitement dans le coffre fort et qu'il y met le feux par inadvertance. Puis il y a Michel Hui, qui forcément fait le pitre à tout va, se retrouve déguisé en femme, suspendu dans les airs, se prend des gamelles et des chutes pour notre plus grand plaisir.


mister boo fait de la télévision

Michael Hui s'est donc défoncé pour soigner l'aspect burlesque et foisonnant des situations et des gags. Pour cela, il a bien sûr et comme pour bon nombre de ses films, emprunté ouvertement quelques idées à de grands acteurs classiques comme Buster Keaton ou Charlie Chaplin, mais aussi imposé sa griffe en tant que réalisateur de comédies Hong-kongaises à part entière.
D'ailleurs "The Contract" est une des oeuvres qui illustre le plus ce dont il est capable lorsqu'il s'agit d'amuser la galerie, et il représente un peu à ce titre l'âge d'or des frères Hui. Un âge où tout était permis, où l'extravagance était chic et la démesure de bon ton. Ainsi il possède une ambiance qui vous immerge totalement dans l'univers 70's Hong-kongais. C'est kitsch, et c'est ça qui est jouissif ! Car on prend aussi son pied en voyant les costumes et les décors complètement... comment dire...classe! A ce propos les décors des plateaux de télévision sont tout à fait probants, je ne parlerai même pas du costume de scène de Shih-Chieh et de sa délicieuse compagne.


contract (the)

Après son très cultisme "The Private Eyes" Michael Hui nous prouve une fois de plus qu'il est le maître incontesté de la comédie hong-kongaise, n'en déplaise aux réalisateurs des années 90 et 2000 qui ont voulu l'imiter sans jamais l'égaler.
Il est aussi la preuve qu'à une époque, le cinéma hong-kongais pouvait encore rivaliser par ses comédies avec le reste de la planète.
"The Contract" est donc une perle rare de l'époque, par son festival de gags et de situations burlesques à pleurer de rire, mais aussi par la critique profonde et toujours d'actualité, qu'il nous offre de la société hong-kongaise de cette époque, son monde du travail et du showbiz. Voilà, difficile d'avoir quelque chose à redire sur un tel film, à classer directement dans le panthéon des oeuvres cultes !


benhoa

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche