* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

wheels of fire

wheels of fire
Aka: les roues de feu, desert warrior, pyro, vindicator

wheels of fire

Trace est un héros ténébreux et solitaire. Trace vit seul au volant de sa voiture, défiant les punks qui mettent à feu et à sang la région. Mais Trace est aussi un homme au coeur d'or.
Et quand il retrouve sa soeur (Arlie), il se rend compte qu'elle s'est mise dans un sacré pétrin. En effet, son petit ami et elle ont mis en jeu leur voiture dans un combat à main nue.
Trace voyant le petit ami d'Arlie perdre, intervient. Il met une lamentable pâtée au méchant punk qui a profité de la candeur du jeune couple d'amoureux. Cela ne plaît pas aux autres punks, qui se mettent à les poursuivre. Heureusement, Trace, Arlie et son petit ami réussissent à s'échapper.
Mais pour un temps seulement : car ils ont réveillé la colère de Scourge, le grand boss des punks, l'homme devant qui tout le monde tremble. Celui-ci réussit à capturer Arlie, et en fait son esclave sexuel.
Mais Trace est bien seul pour combattre l'armée de Scourge : et suivant un grand aigle, il s'allie avec une jeune femme (Stinger) se battant comme un homme. Puis avec un nain parlant un étrange langage. Et enfin, avec une jeune fille, aux pouvoirs télépathiques.
Ensemble, ils vont essayer de sauver Arlie, la petite soeur chérie de Trace.


les roues de feu

Je vous la fais courte : il y a de nombreux retournements de situation, de grosses incartades au scénario, comme par exemple, l'épisode du peuple des sables, sorte de nains géants vivant sous le sable, et qui attrapent les gens perdus dans le désert pour les manger (en dessert).
Il y a aussi "l'épisode" où Trace sauve le nain. Et d'ailleurs, hormis son caractère comique assez douteux (un nain qui parle un charabia, c'est sensé faire rire), ce personnage restera pour moi un mystère tant il est inutile.
Et puis l'histoire de la fusée que construisent les villageois, et qui nécessite beaucoup de pétrole pour fonctionner, ce qui attire la convoitise de Scourge.
Sans compter les innombrables courses-poursuites, plus ou moins accélérées, qui tombent parfois comme un cheveu dans la soupe.
J'en passe et des meilleures, mais j'attire votre attention sur l'aigle, encore plus mystérieux que le nain, qui semble servir de boussole à Trace.


wheels of fire

Scénario hyper riche donc. Euh, attendez.... Non, disons plutôt super brouillon ! Ca part dans tous les sens ! C'est même franchement n'importe quoi...
Résultat : on obtient une succession de scènettes où tout va mal, où il ne reste plus aucun espoir... Et tout à coup, jaillissant de derrière un rocher, caché derrière une dune de sable, la mitraillette ou le lance flamme à la main, Trace surgit en héros et tue tout le monde. Sacré Trace !
Et l'aigle lui montre le chemin vers sa prochaine destination. C'est beau !
Bien sûr, le film à un fils rouge liant ces petites histoires entres-elles: Arlie.
Arlie, avec son brushing impeccable, est un personnage très riche, qui a pour fonction majeure de montrer son opulente poitrine dès qu'elle le peut.


les roues de feu

Les "post-nuke" de Cirio H. Santiago sont assez réputés chez les fans de nanars en tout genre. Et on comprend pourquoi en regardant ce film : caricatures, copies franches dans des pans entiers de cinéma hollywoodien (mais avec moins de moyen), manque total d'originalité,etc... Autant d'ingrédients qui rendent culte ce genre de film. Il suffit de voir comment la voiture du héros, et le héros lui même, ressemblent trait pour trait à "Mad Max".
Les musiques sont à la hauteur de ce milk-shake cinématographique, avec des thèmes originaux, mais qui balancent sérieusement du côté de la musique de John Williams ( et particulièrement entre "Star Wars" et "Indiana Jones".)
Et pourtant, le film a une énorme qualité : sa naïveté. Et c'est indéniablement ce qui le sauve. (surtout les premières minutes).
On a l'impression que Cirio H. Santiago joue avec ses acteurs, ses cascadeurs et ses voitures customisées comme un gosse avec ses petites bagnoles : "Ouais, mon héros, il saute de la montagne avec sa mitraillette, et puis il saute dans sa voiture, il tire au lance-flamme, après il se bât avec un type, pis il sauve un nain, la voiture explose, pis il ressaute de derrière une dune avec sa mitraillette en dégoupillant une grenade...etc". Un vrai Big Jim (ou un Action Man, si vous avez moins de 20 ans).
D'ailleurs, l'absence quasi totale de sang, malgré le nombre incroyable de punks que tue Trace, rajoute au côté "pan t'es mort" du film.


wheels of fire

Bref, je regrette de n'avoir pas vu ce film à 10 ans. J'aurais sûrement adoré, regardé, re-regardé, remis en boucle les scènes avec les voitures noires avec des pics, etc. et raconté le tout à mes copains.
Malheureusement, je n'ai plus 10 ans. Et si j'ai encore une âme d'enfant parfois, ça ne m'a pas suffit pour apprécier plus de la moitié du film... Assez excité pendant 45 minutes, je me suis finalement lassé. Puis j'ai eu hâte que le film finisse. Dommage.
Enfin, on peut tout de même prendre un peu de bon temps car la trame est assez abracadabrante, les personnages sont franchement ridicules et les ressemblances avec "Mad Max" confinent au "copier coller". Et l'image de Trace, qui jaillit toujours de derrière une dune avec son arme, alors qu'on se demande comment il est arrivé là, restera gravée dans ma mémoire.
Un petit film enfantin, qui plaira aux plus jeunes ou aux fans de nanars.


maht

Affiche(s)

jaquetteposter