* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

ninja : the final duel

ninja : the final duel

ninja : the final duel

Ninja the final duel est un film exceptionnel !!! Certes, son scénario laisse à désirer, mais son style et sa mise en scène décoiffent littéralement, pour nous offrir un délicieux moment de kung-fu à l'ancienne. Ainsi ce film se place largement et de loin parmi les meilleurs films de kung-fu bis, de kung-fu culte ou de nanar... comme vous voudrez.
L'histoire est celle des moines Shaolin japonais qui décident d'envoyer un de leurs élèves (Alexander Lo) en Chine pour avertir les autres moines que la secte des Seven Elements Ninjas est sur le point de les attaquer.
Notre acolyte rencontrera bien sûr sur son chemin quelques personnages hauts en couleur, et bien calés en kung-fu, qui l'aideront à contrer cette frauduleuse attaque. Mais avec Alan Lee comme grand gourou martial de la secte des ninjas la bataille s'annonce plutôt serrée. Car en effet le bougre possède de nombreuses bottes secrètes quasiment imparables, comme la téléportation, la flûte qui donne des ordres et hypnotise, etc... de plus son rire est tout à fait machiavélique et déstabilisant pour ses adversaires ! Mais attention les Shaolins n'ont pas l'intention de se laisser faire, et pour l'occasion ça va tataner sec !


ninja : the final duel

Un des nombreux attraits de ce film complètement déglingué et qui s'affirme sans complexe comme tel, c'est le nombre et l'originalité des techniques de combats qui parsèment généreusement le film du début à la fin. Cela donne des ninjas déguisés en tigres (grrrrrrrr) qui peuvent s'envoler d'arbres en arbres (tout en détériorant la végétation locale), d'horribles araignées noires qui peuvent flotter, s'envoler, et servir d'embarcations prêtes à faire face à toutes les attaques. Il y a aussi la spectaculaire technique ninja "The Hell Under Manoeuvre" qui consiste à creuser un tunnel sous terre pour pouvoir se cacher puis se déplacer vitesse grand V, sans être repéré... ou encore la cape du vieux moine Shaolin qui peut servir de bouclier contre les Shurikens... (j'en passe et des meilleures)
Oui vraiment, "Ninja the Final Duel" va subjuguer les fans de techniques qui "en mettent plein la vue". Et même si parfois elles ne servent à rien, ou si on pourrait douter de leur efficacité, tant pis: c'est l'intention qui compte. Juste pour le geste, n'ayons pas peur du ridicule, vive les fanfreluches et les triples saltos arrières pour dégommer et impressionner la galerie !!! Et c'est ça qui est bon !


ninja : the final duel

Mais attention, en dehors de cet aspect parfois carnavalesque et entièrement assumé par Robert Taï, "Ninja the Final Duel" cache de vrais bons experts en arts martiaux, à commencer par Alexander Lo, qui martialement assure les combats ! Déjà il nous offre une petite mise en bouche lors de la périlleuse épreuve de sélection des moines Shaolins au japon, puis il confirme carrément son talent dans le combat final, à voir absolument, une tuerie complète ! Puis il y a Charliema Nsu qui démontre aussi son talent au combat.
On a donc droit à une belle brochette de combattants avec de nombreux styles martiaux tous aussi différents et spectaculaires les uns que les autres. Avec une mention spéciale pour le combat de l'impudique et grande adepte des combats entièrement nus, j'ai nommé "Alice Tseng" (si, si on voit tout), je n'en dirais pas plus...
Puis il y a aussi Eugene T. Tramell, le seul guerrier black du film, qui nous offre une belle performance lors du combat au bord de la plage contre les ninjas, où il trouve la mort face au grand chef, qui de manière insoutenable, pour montrer sa suprématie, se téléporte sans vergogne à reculons tout en ricanant bêtement (vraiment quelle insolence !). Ainsi on s'envole, on disparaît instantanément pour réapparaître plus loin, on paralyse les ennemis à distance, on fait le "cake" avec son short de ninja, on saute de 3 ou 4 mètres de haut en hurlant rien que pour le plaisir et la beauté du geste...


ninja : the final duel

Au niveau des effets spéciaux (si on peut appeler ça comme ça) on est aux anges. Avec l'utilisation généreuse de la mousse pour les pauvres mannequins qui s'envolent sur des mètres après avoir reçu un coup en pleine face, sans parler de l'utilisation (très) fréquente des câbles pour faire envoler nos combattants dans les airs. Notamment lorsque Alexander Lo marche sur les têtes de ses adversaires lors de l'épreuve de sélection.
Notons aussi les araignées flottantes en plastique et en polystyrène, qui en mettent "plein la vue". A cela ajoutons une petite dose d'hémoglobine placée ça et là, comme pour la scène de la décapitation par "les Ninjas déguisés en Tigres"... Tout cela est largement rehaussé, rappelons le, par le style martial des acteurs, dont le Kung fu est excellent.
Au niveau de la musique, c'est original ! Il y a entre autres le thème musical de "Das Boot" (souvenez-vous, le film sur les allemands dans un sous-marin pendant la deuxième guerre mondiale), le thème principal d'"Operation Dragon" et encore bien d'autres "originalités" musicales que vous découvrirez avec étonnement...


ninja : the final duel

Avec un rythme de combat proche du non stop, "Ninja The Final Duel" est un kung-fu "old school" qui va éclater la tronche à votre télévision, et va vous donner l'impression d'avoir combattu après l'avoir vu. Car Robert Tai arrive ici à égaler les plus grand réalisateurs de kung-fu, avec moins de moyens mais tout autant de style, et une mise en scène unique et ultra speedée... Et puis ce film va encore plus loin, car il met en scène une profusion de talentueux techniciens martiaux (et je pèse le poids de mes mots) comme Lee I. Min, Alexander Lo Rei, Alan Lee, Alice Tseng... rien que pour le plaisir des amateurs de kung fu old school et de combats carnavalesques.
Enfin même si au final, sa réalisation peut paraître totalement guignolesque, avec des techniques parfois peu précises, improbables (à la limite de l'improvisation et du "Bioman" mais en mieux), peu importe car : mannequins en mousse, téléportations qui ne servent à rien, acrobaties aériennes rien que pour le plaisir, peinture rouge en guise de sang, araignées en polystyrène, "close up" sur des tronches de combattants enragés prêts à tout casser sur leur passage, ninjas en short et combats à poil se mélangent et fusionnent pour aboutir à une véritable perle rare du "Kung-fou". Respect total !


benhoa

Affiche(s)

jaquette