* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

santa sangre

santa sangre

santa sangre

Fenix est un petit garçon affable, qui vit avec une troupe de cirque dirigée par son père. Il a un ami nain, une "petite amie" sourde et muette, un compagnon éléphant.
Orgo est le père de Fenix. Il est le lanceur de couteau du cirque, alcoolique, et coureur de jupon.
Concha est la mère de Fenix, elle fait la femme trapèze, suspendue par ses cheveux, et vénère une idole païenne, ensanglantée et manchote.
Alma est une petite fille qui fait le clown triste, mais elle est aussi équilibriste. Elle a été élevée par la femme tatouée. C'est elle qui est sourde et muette.
La Femme Tatouée exhibe ses charmes et montre ses tatouages à qui veut bien les voir. Elle martyrise la petite Alma qu'elle a adopté. Elle courtise aussi avec vigueur Orgo.


santa sangre

Il est de ces films indélébiles que vous garderez toujours dans un coin de votre esprit.
Ce sont des films qui ne sont pas forcément exempts de défauts, mais qui ont le mérite de proposer un cinéma différent, une alternative intelligente, une puissance que bon nombre de films n'ont pas, sans pour autant être "prise de tête" ou se réclamer intellectuels.
On en a critiqué quelques uns ici, comme "The Wicker Man", ou "Phantom Of The Paradise" (qui est tout de même un peu plus connu).
"Santa Sangre" est de ceux là. Complètement impossible d'en raconter l'histoire sans en dévoiler l'étrange richesse, mélange incongrue de symbolisme, de simplicité, de fable, d'émotion...
Impossible tant le film regorge de détails qui mériteraient tous qu'on en fasse l'apologie.
Comédie, drame, film musical, spectacle de cirque, film d'horreur... Mais où classer "Santa Sangre" ?


santa sangre

Dans toutes ces catégories, mais surtout dans aucune. Car "Santa Sangre" est bien plus que tout cela réuni.
Alors on y croise tous les types de personnages, comme autant d'hommages au cinéma. Les "Freaks" viennent immédiatement à la pensée, mais pas seulement. L'apparition d'une catcheuse au doux nom de 'La Santa' fait évidement référence au film mexicain de 'lucha' comme "El Santo". Les ressemblances à certains films de Fellini, et à "Psycho" dont il reprend certains traits d'histoire, à "L'homme Invisible" sont évidentes.
Mais plus que des citations ou des clins d'oeils, Jodorowsky a digéré toutes ces influences, et offre une vision éminemment personnelle, un clin d'oeil grotesque à la vie.
Clownesque, hyper-coloré, désenchanté et en même temps joyeux, surréaliste à l'image du mouvement "Panique"(1), "Santa Sangre" dépasse de loin l'histoire qui lui tient de toile de fond.


santa sangre

Car "Santa Sangre" est un film sur le fil du rasoir. Jodorowsky évite tous les pièges du cinéma : l'émotion 'cheap', les rengaines mièvres sur la différence des 'monstres', la violence lourde, le sanguinaire tape-à-l'oeil, le sexy racoleur, la critique sociale entendue. Et pourtant, il y aurait eu matière, puisqu'on retrouve chacun de ces éléments dans le film. Mais chaque plan est détourné en sa faveur, en la faveur de l'histoire. Pire, il inclut des éléments du cirque, du mime, de la pantomime, généralement antagonistes du cinéma, et qui se fondent ici à merveille à l'imaginaire du film.
Pourtant, techniquement, "Santa Sangre" n'a rien d'extraordinaire : très sobre, sans fioriture et avec un grain qui donne un aspect déroutant, assez 'vidéo' alors qu'il fut tourné en 35 mm.
Mais la technique s'efface complètement et n'a finalement que peu d'importance, puisqu'Alejandro Jodorowsky nous offre bien plus : un condensé d'émotions étranges, un film peinture, un film roman, un film poésie, et aussi un film cinématographique, à l'image de son créateur aux multiples facettes.
Le tout est servi par une distribution collant parfaitement aux rôles et une musique envoûtante (et pourtant, j'ai horreur de ce genre de musique mexicaine, mais je suis obligé d'avouer que ça colle parfaitement à l'ambiance).


santa sangre

J'ai réussi au cours de ces paragraphes, à ne pas vous parler de l'histoire... C'est volontaire bien entendu.
Alors, une seule conclusion : si vous en avez l'occasion, regardez "Santa Sangre".
Ne vous laissez pas avoir par certaines critiques trop dithyrambiques (comme celle-ci), ne vous dites pas que c'est encore un film intellectuel bizarre, car c'est exactement le contraire. C'est juste un film intelligent, et divertissant.
Car il n'y a pas d'histoire complexe à comprendre, et la symbolique que nous offre Alexandro Jodorowsky n'est pas dictatorial, vous y trouverez obligatoirement quelque chose qui vous plaira.
Bref, un chef d'oeuvre à mettre entre toutes les mains, pour peu qu'elles n'aient pas peur de se faire parfois violence.


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche