* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

kaitei daisenso

kaitei daisenso
Aka: the terror beneath the sea, la malédiction des grands fonds, battle beneath the sea, the great undersea war, water cyborg, water cyborgs

kaitei daisenso

Ken et Jenny, deux reporters, assistent à une démonstration d'un nouveau type de missile auto-guidé et intelligent, via des écrans de télévision. Mais alors que tout aurait dû se passer dans de bonnes conditions, quelque chose dévie les missiles. Pire, les soit-disant missiles intelligents se trompent de cible, et touchent un sous marin qui devait être initialement évité ! Horreur !
Ken et Jenny décident d'enquêter. Alors qu'ils plongent à la recherche d'indices, ils se font attaquer par un être amphibie aux allures d'extraterrestre. Jenny a à peine le temps d'en prendre une photo et de s'échapper. Mais elle laisse tomber son appareil. (Le sort s'acharne sur nos deux héros).
Ken, n'écoutant que son courage, décide de partir à la recherche de l'appareil pour apporter les preuves de ce qu'ils ont vu. Jenny, quoi que secouée, ne peut se résoudre à laisser son ami seul face à de telles créatures, et le rejoint.
Mais cette fois, les créatures les capturent, et Ken et Jenny vont découvrir qu'un savant fou entretient de bien sombres desseins pour la race humaine...


the terror beneath the sea

Bon, l'histoire de "The Terror Beneath the Sea" casse pas trois pattes à un canard (quelle délicieuse expression !), mais là n'est pas le propos.
Non, le propos, c'est : Monstres en plastiques, savant fou, héros fort et courageux, héroïne belle et courageuse (et bien coiffée).
Et c'est largement suffisant, croyez moi. Sans compter que nos deux héros, indécrottables aventuriers, sont dans un sacré pétrin... Car le savant fou veut les transformer en monstres aquatiques, qui peuvent grosso-modo faire trois choses par l'intermédiaire d'un gros bouton sur un gros ordinateur : Travailler, combattre et s'arrêter de bouger. Pas terrible au niveau de l'interaction, mais c'est le minimum vital. Non, Le méchant Dr Moore a plutôt privilégié le design de ses créatures...
Et ils sont formidables ces 'petits monstres' : de grands yeux qui louchent, une fermeture éclair dans le dos camouflée par une élégante nageoire, la peau flasque... C'est franchement kitsch.


kaitei daisenso

Je me moque ( gentillement), mais "Kaitei Daisenso" est assez amusant. D'abord, le rythme est correct, et on nous offre de nombreux rebondissements. Les scènes d'actions ne sont pas effrénées, mais ça se tient bien : on est dans un film des années 60, un peu kitsch certes, mais des 60's tout de même, ne l'oublions pas. Ca ne va pas exploser partout.
Ensuite, les monstres sont vraiment terribles. A mourir de rire.
Enfin, il offre de jolies scènes de maquettes qui laissent rêveur. Surtout à notre époque où les images de synthèse ont remplacé toutes ces maquettes compliquées qui ne sont jamais à la bonne échelle.
Ajoutons à cela un très jeune Sonny Shiba dans le rôle de Ken, qui semble légèrement à côté de ses pompes... son jeu est assez limité, mais très largement à la hauteur du rôle. Je sais pas si vous me suivez.


the terror beneath the sea

La jeune femme qui accompagne Ken est indéniablement cruche. Joli brushing, mais elle passe son temps à crier en secouant la tête (ne vous inquiétez pas, ça ne la décoiffe pas). Toujours le même cri en plus, ce qui est dommage et lassant.
Niveau réalisation, rien de bien extraordinaire. C'est assez classique et statique. Préparez vous à voir une foultitude de gros plans sur les visages d'un Ken écoeuré par les vils monstres, et d'une Jenny pas rassurée. Plans qui, par accumulation, provoquent aussi des fous rire, ce qui ne gâche rien.
La musique enfin est héroïque à souhait, et dans la plus pure tradition des films 'Kaiju'.


kaitei daisenso

"The Terror Beneath the Sea" est donc un film du dimanche après midi. Bien sûr, ce n'est pas un film très moderne, mais il ne nécessite pas une grande attention, il est agréable à regarder, et assez amusant : exactement ce qu'il faut pour digérer après le repas dominical en famille.
D'ailleurs, je le qualifierais de film familial.
Il souffre tout de même de quelques petites longueurs, mais c'est inhérent à ce genre de film, donc on ne lui en tiendra pas trop rigueur. Le côté série B en ravira certain, le côté série Z en ravira d'autres... et même un visionnement au premier degré peu plaire, pourvu qu'on ne soit pas trop exigent et suffisement détendu.
Bon, je vous laisse, je dois mettre mon monstre marin sur "travailler".


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche