* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

cauchemars naissent la nuit (les)

cauchemars naissent la nuit (les)
Aka: nightmares come at night, les yeux de la nuit

cauchemars naissent la nuit (les)

Deux jeunes filles étendues nues sur un lit. Une blonde comme les blés. Une brune comme l'ébène...
On est bien dans un Franco pur jus des années 70.
Les deux filles vivent en couple. Leur relation est étrange. La blonde, dominatrice et "envoûtante", a sorti la brune, douce et envoûtée, du cabaret miteux où elle était strip-teaseuse, lui promettant la célébrité et milles merveilles si celle ci venait s'installer chez elle.
Depuis, la brune fait régulièrement de sombres cauchemars dans lesquels elle commet des crimes. Et la blonde appelle quotidiennement le médecin. Le médecin et la blonde pensent que le comportement de la brune est dû à une maladie nerveuse et qu'elle pourrait devenir dangereuse.
Mais est elle réellement folle ?


nightmares come at night

Vous trouvez mon résumé de l'histoire ennuyeux et plat à souhait ? Et bien il est comme l'histoire de : "Les Cauchemars Naissent la Nuit".
Dans les films de Franco de cette époque, le temps passe très très très lentement.
Ola ! Jesus, il a le temps hein ? Pas de précipitation. Et surtout lorsqu'il s'agit de montrer des seins et des fesses, le roi de la série B érotico-fantastique ne peut s'empêcher de s'attarder.
Ainsi il nous montre pendant des minutes qui semblent durer des heures des demoiselles, certes jolies, certes nues, mais ça ne suffit pas pour combler le véritable ennui qui s'installe jusque la fin.
Et une scène est particulièrement soporifique : celle où la pauvre Anna, la brune, nous explique longuement en voix off que son ancien patron la forçait à prolonger la durée de ses strip-teases, pendant que le flash back nous déroule ce strip, qui dure 6 minutes en temps réel. Et dieu que les minutes sont longues chez Franco !


cauchemars naissent la nuit (les)

Ainsi, les seins rebelles des jeunes filles qui n'arrivent pas à rester enfermés dans leurs corsages et autres petits plaisirs de la vie ne suffisent pas à rattraper le vide incommensurable du film.
La relation entre les deux jeunes femmes est aussi fade que le reste, même si le réalisateur tente parfois d'y mettre un peu de piquant.
Les acteurs, peu nombreux, jouent mal, et le doublage français est insupportable.
L'effet désiré de faire vaporeux, onirique n'est pas des plus réussis. Et il semble étrange pour le réalisateur qui parfois fait des merveilles (je pense à "Miss Muerte") de le voir si peu à l'aise dans les mouvements de caméra. Cet amateurisme flagrant est étonnant pour Franco : à la manière d'un tout jeune réalisateur inexpérimenté, l'unique effet de style décliné dans le film consiste à alterner zoom avant et zoom arrière, de façon continue.
Et la morosité ambiante n'inspire assurément pas Bruno Nicolaï, le compositeur, qu'on a connu plus créatif.


nightmares come at night

Heureusement, parfois, quelques scènes sont esthétiquement jolies. Et l'idée de glisser des miroirs partout, éléments chers à Franco, est bienvenue.
Mais la plupart du temps, le film prête à rire. Aléatoirement devant l'air bovin d'Anna (la brune), le rire idiot de Cincia (la blonde) ou les réactions saugrenues des uns et des autres, on ne peut s'empêcher de se moquer.
Les répliques, soit dit en passant, valent le coup et je ne résiste pas au désir d'en retranscrire un morceau choisi. Le bellâtre aux yeux verts émeraude, amant de Cincia et poète à ses heures, fait cette merveilleuse déclaration d'amour à laquelle toute femme succomberait : "Moi j'adore faire l'amour. Mais ensuite j'ai envie... de sauter par la fenêtre, de gambader par dessus les toits en serrant une jolie p'tite main... au creux de la mienne... tenez, si vous le vouliez, j'aimerais courir sous un rayon de lune avec vous..." Ou encore notre poète qui tend le doigt vers le ciel et dit à la jeune fille convoitée "tu vois ? Là c'est la grande ourse" "autour de nous, cette masse sombre, ce sont les montagnes. Elles plongent à pic dans la mer. Les flots scintilleront tout à l'heure dans le reflet de la lune"...
Le tout tombant bien entendu comme un cheveu sur la soupe et sur un ton monotone avec lequel les enfants récitent leur poésie à l'école...
Et j'en passe.


cauchemars naissent la nuit (les)

Ainsi, vous l'avez compris, "Les Cauchemars Naissent la Nuit" est un des nombreux films prétextes de Franco pour montrer des filles dénudées.
Le film est bien plus érotique que fantastique. Et même si le dénouement de l'histoire est intéressant, celle-ci a peu d'intérêt. L'intrigue est des plus simplistes.
Mal joué par les acteurs, il semble parfois réalisé par un amateur, ce qui peut étonner de la part de Jesus Franco.
Et malgré la légèreté des chemises qui volent au vent de façon à laisser apparaître là un bout de fesse, là un bout de ventre, là un bout de peau, malgré la légèreté des dialogues qui mettent en joie le spectateur, malgré la présence de la jolie Soledad Miranda et les quelques scènes esthétiquement valables, malgré le spleen de notre talentueux poète aux yeux verts, on ne peut s'empêcher de bailler durant tout le film.
Bref, si les filles s'étendent lascivement sur le lit, le film lui s'étend en longueur, laissant la place à un sentiment d'ennui.
A conseiller aux fans de Jesus Franco et aux amateurs de films érotiques softs à papa...


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposter