* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

anticristo (l')

anticristo (l')
Aka: the antichrist, the tempter, l'antéchrist

anticristo (l')

Une jeune paraplégique, Ippolita, et son père effectuent un pèlerinage sur le site dédié à une sainte, dont la statue est censée guérir tous les maux. Cependant, devant cette statue qui attire les foules, si certains retrouvent sérénité et guérison, d'autres développent des crises d'hystérie, des crises d'épilepsie, d'autres encore se suicident...
Le coeur rempli d'espoir, Ippolita, aidée de son père, s'avance difficilement vers la statue. Mais lorsque son père la lâche, elle tombe. Le miracle tant espéré ne s'est pas produit et la jeune fille doit rentrer chez elle en fauteuil roulant...
Toute la famille est aussi déçue qu' Ippolita mais nul ne peut la réconforter.
Celle-ci commence alors à assister à d'étranges phénomènes et à développer des troubles. Sa haine contre sa belle mère semble s'accroître terriblement, et elle confie au prêtre de la famille son sentiment de jalousie... Celui-ci est inquiet : Ippolita semble être habitée par un mal étrange...


the antichrist

Un an après "l'Exorciste", film mythique de William Friedkin, voilà une autre réalisation reprenant le thème de l'envoûtement. On y retrouve toute la thématique du diable qui s'empare d'un corps humain, avec à la place de l'enfant une jeune fille handicapée et donc fragilisée, d'autant plus que celle-ci est orpheline de mère. Le vilain Satan prend alors possession de son corps dans les règles de l'art, et le réalisateur tient à y mettre sa pâte... Nous avons donc droit à des scènes plus osées et outrageuses les unes que les autres !


anticristo (l')

Non seulement notre héroïne remarche dans le but d'aguicher un jeune étudiant pur et de l'initier aux pratiques sexuelles, mais en plus, elle le tue en lui tournant la tête à 180 degrés ! Et oui, la tête à 180 degrés de l'exorciste, il fallait bien la caser quelque part...
Et ce n'est là que le commencement. Le réalisateur a mis la dose : notre possédée, entre autres, a de vilaines pensées d'incestes, mange salement de la viande crue, lèche longuement l'anus d'une chèvre, couche avec un homme à la tête de bouc, et finit (forcément, quand on est aussi vilaine !) par devenir encore plus laide qu'elle ne l'est tout au début.
Il faut dire que l'actrice a bien été choisie, son physique ingrat colle parfaitement au rôle qui lui sera donné... Tous les éléments du film culte se retrouve ici.


the antichrist

Les acteurs sont bons, les effets spéciaux sont plus que corrects, mais ils ne suffisent pas. Le film sombre parfois dans le grotesque. Il semble y avoir un trop plein de tout : d'effets spéciaux tout d'abord, les yeux révulsés, les lévitations, la main qui se détache du corps pour étrangler un gourou (quel coquin ce diable !)... le tout rendant les scènes absurdes.
De même, les personnages désireux de venir en aide à la jeune dame sont nombreux, du psy au gourou en passant par le grand exorciste semblant venir d'une autre époque... Le film abonde aussi d'histoires, de situations, de souvenirs, de rêves et d'espaces qui s'entremêlent. Une esthétique remplace l'autre, sans réelle homogénéité. D'un rouge flamboyant on passe au bleu, les décors intérieurs deviennent extérieurs. Malgré un bon staff, la photographie étant de Joe D'amato et la musique de Bruno Nicolaï et d'Ennio Morricone, il manque ce petit quelque chose qui donne une ambiance particulière.


anticristo (l')

Aussi, j'ai tout de même été un peu déçue par ce film. Voyant D'Amato à l'affiche, et considérant le sujet, on pouvait s'attendre à quelque chose de grandiose et de terrifiant (la petite fille de "l'Exorciste" m'a empêché de dormir pendant de nombreuses années !). Cependant, n'étant pas un navet (tout en n'étant sans aucune comparaison et bien meilleur que "l'Exorciste : the Beginning" de Renny Harlin), "l'Anticristo" n'est pas arrivé à la hauteur de mes espérances. Comme je l'ai noté plus haut, j'ai eu une sensation de trop plein, regrettant le huis clos et la somme toute simplicité de "l'Exorciste". Le réalisateur aurait gagné à épurer le tout. De ce fait, l'atmosphère angoissante n'est pas au rendez vous. Malgré des maquillages excellents, il ne se dégage pas un sentiment de frayeur, on sursaute à peine. Dommage.
Ceci dit, malgré ma déception, j'avoue être mitigée : "l'Anticristo" se laisse regarder, et il est bien au-dessus de certains films nous montrant ce diabolique satan malmener les corps et les esprits...
Un film donc à regarder entre amis à l'heure où les enfants sont au lit.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche