* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

octaman

octaman

octaman

La pollution a encore frappé un point d'eau et engendré de mystérieuses mutations sur la faune locale, et plus particulièrement sur des poulpes. Des bébés poulpes qui poussent de petits cris, pour être plus précis. E t les quelques scientifiques qui se trouvent là savent qu'ils viennent de faire une découverte majeure : un poulpe en plastique avec de gros yeux doux qui transpire d'intelligence. Ils ne peuvent résister, et décident d'en emmener un à leur laboratoire pour l'examiner. Pendant ce temps, un des scientifiques reste sur place pour surveiller le camp, et faire quelques expériences sur le poulpe restant.
Mais alors qu'en pleine nuit, il dissèque la créature, surgit de nulle part un être mi-homme mi-poulpe, qui au terme d'une lutte acharnée, étrangle le scientifique et repart avec sa progéniture !
Quand les scientifiques reviennent, il retrouve le cadavre atrocement mutilé. Un mexicain leur indique alors que sa grand mère a déjà vu un monstre, mi-homme, mi-poulpe. Tout ce petit monde va enquêter.


octaman

Tout commence par un petit film fort didactique au demeurant, sur l'action néfaste de l'homme et de sa technologie, composé essentiellement d'images d'archives; ET alors, on entrevoit... OCTAMAN, observant, caché dans les fourrés ! Au bout exactement 40 secondes. Ce qui est, je pense, l'apparition la moins spectaculaire d'un monstre au cinéma.
Le nom du monstre (et du donc du film) fait penser à un film japonais. Mais non... Nous sommes bien devant une production américaine. Et voir ce monstre en plastique, cette histoire, d'une banalité affligeante... On a l'impression d'être en face d'un film des 50's. C'est affreux à dire, mais ce film est arrivé vingt ans trop tard. Et vingt ans de cinéma, ça en fait des avancées !
D'ailleurs, le réalisateur n'est autre que Harry Essex, qui a écrit nombre de films dans les années 50, parmi lesquels "Creature from the Black Lagoon", "It Came from Outer Space".


octaman

Pour ce qui est des images d'archives, ne vous inquiétez pas, vous en aurez des tonnes. Et de la musique au kilomètre aussi, signe de l'extrême indigence de l'équipe qui a tourné le film. Preuve aussi les petits poulpes en plastique qui ne bougent jamais ou le costume de Octaman, assez statique lui aussi.
Mais si ce n'était que ça : grosso modo, il n'y a pas d'histoire. Les quelques bribes qui pourraient retenir l'attention restent trop mystérieuses et ne sont pas développées. Tout est dans le flou, comme si on avait peur de surcharger l'intellect. Et de nombreux personnages, ridicules, viennent se greffer, dont l'utilité tout au long du film reste à prouver.
"Octaman" se résume donc à : "le monstre attaque, les humains se défendent". Avec une variante : "le monstre attaque la seule fille du groupe, les humains la défendent".


octaman

La "bête humaine" est présente une scène sur deux: Octaman derrière un rocher, Octaman debout dans l'eau, Octaman qui attaque un type avec ces vilaines tentacules (noté qu'il n'y en a que deux qui bougent réellement, les autres restent le long du corps). Le monstre, filmé sous toute ses coutures (apparentes), est sans doute l'un des monstres les moins terrifiants du cinéma. Pourtant, il a de quoi faire peur : une petite bouche ronde avec des dents pointus, de grandes tentacules, des yeux globuleux et jaunes... On a tout le temps d'admirer chaque détail en gros plan, pendant de longues secondes. Ajoutons à cela un admirable effet de vision subjective au travers d'un prisme...
Bref rien qui ne saurait être original.


octaman

Pire : le charme des films des années cinquante ne fonctionne pas du tout. La réalisation, statique et peu inventive, semble vraiment démodée pour un film de 1971. Le jeu des acteurs est anecdotiques. Le monstre, amusant au début, finit par être insupportable. L'histoire accumule les clichés (le monstre amoureux de la jeune femme, le monstre qui a peur de la lumière, le méchant qui veut faire de Octoman une sorte de bête de cirque). Et que le temps semble long !!!
Alors que peut-on retenir de "Octaman": et bien un détail amusant. Exercice pratique :
Lancer le film. Prenez la télécommande de votre téléviseur, et baissé au minimum la couleur. Vous avez maintenant un film de Ed Wood !
Etonnant, non ?


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche