* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

don't be afraid of the dark

don't be afraid of the dark
Aka: les créatures de l'ombre, nightmare

don't be afraid of the dark

Sally vient d'hériter d'une maison qui appartenait à sa famille. Elle et son mari sont ravis, et entreprennent de rénover la demeure qui est assez ancienne. Mais alors que Sally emménage, elle se rend compte qu'une des portes reste mystérieusement fermée à clef.
Elle retrouve la clef et ouvre la porte : derrière se trouve une petite pièce plongée dans l'obscurité. Impossible d'ouvrir les volets car ils sont scellés, tout comme la cheminée.
Sally adore cette pièce et décide d'y faire son bureau. Elle veut aussi ouvrir la cheminée pour profiter du feu de bois. Le menuisier présent, un vieux de la vieille qui travaillait déjà pour la famille de Sally refuse. "Certaines choses doivent rester comme elles sont" prévient-il.
A peine est-il parti que Sally déboulonne la trappe sur le côté de la cheminée. Elle plonge la tête dans la cheminée... et n'y trouve rien que du vide.
Mais Sally ne dort plus très bien depuis : la nuit, elle entend des bruits, et des voix qui l'appellent.


les créatures de l'ombre

Ça commence plutôt pas mal. La demeure victorienne est des plus typiques et semble être un lieu très approprié aux fantômes et aux farfadets.
L'histoire de cette pièce, fermée et demeurant dans la pénombre, et surtout de la cheminée qui ne doit pas être ouverte, titille la curiosité. Mais que peut-elle donc bien cacher, cette cheminée? La fameuse peur des monstres sous le lit remise au goût du jour.
Clairement, la première partie du film fait un peu peur, et c'est assez surprenant pour un téléfilm. On devine que la jeune femme a lâché quelques monstres ressemblant à des petits hommes. Ils sont invisibles à la lumière, mais apparaissent dès qu'il fait sombre. On les entr'aperçoit, on les devine, mais on ne voit pas trop. C'est assez bien suggéré : suffisement montré pour faire peur, mais suffisement caché pour qu'on imagine le pire.
Et est-ce que les monstres existent, ou est-ce la jeune femme qui devient folle ? C'est une question qui effleure l'esprit, puisque personne d'autre qu'elle ne semble voir/entendre ces petites créatures.


don't be afraid of the dark

Malheureusement suit une seconde partie, qui nous montre assez longuement les bestioles. Grosso modo, elles ressemblent à des petits hommes, d'une soixantaine de centimètres, avec une tête chauve et toute fripée. Si vu assez rapidement, comme je vous l'ai dit, les maquillages font leur petit effet, dès lors qu'on les voient clairement, c'est autre chose. A vrai dire, ça sent plutôt le plastique. Enfin...
Notons tout de même que pour l'époque, les effets spéciaux ne sont pas si mauvais. Pas extras, mais les mises à l'échelle des livres, des meubles, des escaliers etc, pour rendre les bestioles à la bonne taille sont plutôt bien faites.
La seconde partie du film nous montre donc ces petites bêtes faire les pires bêtises, tuer de pauvres innocents en tendant des fils dans les escaliers ou terrorisant la pauvre Sally qui n'en demandait pas tant.


les créatures de l'ombre

Par ce côté, "Don't Be Afraid Of The Dark" se rapproche plus d'un "Gremlins", d'un "Goulies" ou d'un "Critters". L'époque n'étant pas la même, les monstres sont moins "bêtes et méchants", mais l'idée est plus ou moins la même. Faire peur avec des petites bestioles. D'ailleurs, le film ne présente aucune scène avec du sang. Tout cela est bien propret, et ce n'est pas vraiment très grave, car l'histoire se rapproche plus de la fable que du film d'horreur.
On comprend mieux le "pourquoi du commenté" en voyant au début du film qu'il s'agit d'une production "Lorimar", une de ces boîtes de productions de téléfilms américaines dont vous connaissez sûrement le logo pour l'avoir vu des dizaines de fois avant votre téléfilm préféré (Ah !? Vous n'étiez pas fan de Dallas ??? ).
Mais le problème ne vient pas de là. Car l'aspect téléfilm ne dessert pas le film : réalisation correcte par un habitué de la maison, casting d'habitués eux aussi, effets spéciaux supérieurs à beaucoup de productions de l'époque... Et puis, on ne demande pas la même chose à un film de télévision qu'à un film de cinéma.
Non, si le film pêche, c'est peut être justement par la volonté de vouloir trop en montrer, et par un manque de savoir-faire dans ce genre que nous aimons tant : l'horreur.


don't be afraid of the dark

Bref, "Don't Be Afraid of the Dark " ne marquera pas les annales de l'horreur ou du fantastique, même s'il a quelques côtés charmants.
Si la première partie du film est agréable, si le tout est assez bien réalisé et joué, la seconde partie gâche un peu ce charme vieillot de téléfilm américain des années 70, et c'est bien dommage. Seule la fin, surprenante, relève un peu cette partie assez ennuyeuse.
En fait, c'est un film qui conviendrait assez bien à des enfants qui aiment se faire un peu peur sans pour autant que papa et maman soient choqués.
Un petit (télé)film donc, sympathique pour l'après midi, avec quelques idées marrantes, mais qui ne satisfera pas le besoin des habitués des films d'après minuit.


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche