* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

phantasm 3 : lord of the dead

phantasm 3 : lord of the dead
Aka: phantasm: lord of the dead

phantasm 3 : lord of the dead

Le film commence exactement où s'arrête le précédent épisode.
Reggie et Mike réussissent à se sortir de justesse du piège dans lequel le Tall Man avait réussi à les attirer. Et on comprend que le Tall Man a besoin de Mike, et ne désire sa mort sous aucun prétexte. Il l'abandonne donc à Reggie pour qu'il le sauve.
Mais Mike est mal en point. Amené à l'hôpital, il est sur le point de mourir. Et alors qu'il se dirige vers la mort dans un tunnel de lumière, il aperçoit Jody, son frère mort, qui lui dit d'éviter cette lumière.
Il revient à la vie 'in-extremis' pour tomber nez à nez avec un suppôt du Tall Man déguisé en infirmière, qu'il réussit à mettre hors d'état de nuire.
Reggie et Mike vont devoir à nouveau s'occuper du "Tall Man".
Il prennent donc leur voiture, et le suivent à la trace. Car partout où va le Tall Man, les villes se désertent. Mortes et abandonnées.


phantasm: lord of the dead

Vous avez peut-être lu nos critiques de "Phantasm" et "Phantasm 2". Si c'est le cas, vous savez que le premier est un film surprenant, déconstruit, plaçant une ambiance très particulière, et que le second est un film honnête, plus rythmé mais moins bon que le premier.
Aussi, bien que me méfiant des suites, je me suis dit "pourquoi pas". Erreur, grossière erreur.
Première surprise, et elle est de taille : Don Coscarelli renoue avec le casting du premier épisode. Ainsi, on retrouve Reggie Bannister, l'habitué de la série avec Angus Scrimm.
Bill Thornbury aussi, qui joue Jody, le frère de Mike, décédé dans le premier opus.
Mais la surprise vient de Mike lui même, qui est à nouveau joué par A. Michael Baldwin comme dans le premier épisode. (Rappelons que dans dans "Phantasm 2", il était interprété par James LeGros à cause de la production).
C'est un peu dérangeant dans le sens où le 3 est la suite, à la seconde près, du 2. On s'attendrait à voir le même acteur. Mais après tout, pourquoi pas.


phantasm 3 : lord of the dead

Car c'est un moindre mal. Un petit 'problème' de casting ne gâche pas un film. Faisons abstraction, et passons à l'histoire.
Autant le second épisode était une sorte de 'remake musclé' du premier, autant Don Coscarelli ne pouvait pas nous refaire ce coup là.
Nous avons donc droit à une histoire "originale", laissant entrevoir quelques éléments de récits supplémentaires pour comprendre les personnages, et en particulier les petites boules métalliques et meurtrières qui ont fait le succès de la série des Phantasm.
Nous avons surtout loisir de suivre encore les pérégrinations des personnages dans l'éternelle voiture noire (qui est devenue décapotable entre temps, ne me demandez pas comment), et leurs rencontres (heureuses ou malheureuses) sur le chemin.
Ils croiseront donc un enfant adepte des armes à feux, et une femme noire spécialiste des arts martiaux. Ces deux là ont suffisamment de griefs contre le Tall Man pour les accompagner et les aider à en finir une fois pour toute.


phantasm: lord of the dead

Plus proche de "Phantasm 2" donc : action et humour, quelques scènes gores... pas de quoi fouetter un chat. Mais "Phantasm 3" est surtout largement moins efficace que son prédécesseur.
Le scénario s'enlise vite, on s'ennuie, on sent les grosses ficelles. Le film manque franchement de cohésion.
Quelques idées viennent bien égayer tout ça, comme les hôtes pour les boules métalliques, ou la jeune femme qui joue les karatékas. Mais franchement rien de bien folichon, ni rien de bien nouveau.
L'humour lui aussi devient plus "graveleux", plus lourd. Bref, tout ce qui faisait les défauts du second film est ici amplifié.
Par contre, les scènes d'action deviennent franchement molles, pour ne pas dire mortes-nées.
Ajoutons à cela une certaine linéarité et des événements qui tombent comme des cheveux sur la soupe, et on se demande où est passé le Don Coscarelli du premier film...


phantasm 3 : lord of the dead

Si "Phantasm 2" était un film agréable bien qu'ayant quelques défauts, "Phantasm 3" s'embourbe dans une histoire qui perd de son homogénéité en voulant trop en dire. Si bien qu'on ne retrouve plus vraiment l'univers si particulier qu'on trouvait encore dans le second épisode.
Pire : quelques flashes-back (faisant intervenir des stock-shots du premier épisode) montrent l'écart affligeant entre les deux films. Les quelques scènes ainsi insérées transpirent de personnalité : le Tall Man y est impressionnant, rigide, 'croque mitaineux'.
Mais ne vous attendez pas à ça dans "Phantasm III" : le Tall Man peine à faire peur tellement il semble fatigué, usé jusqu'à la corde.
Finalement, on obtient une sorte de caricature de film d'horreur, pire, une caricature de "Phantasm", chose surprenante puisque Don Coscarelli s'est occupé des 4 épisodes de la série.
La fin répond au retournement habituel de la série, et est assez proche de celle du premier film. Sauf qu'elle n'arrive pas du tout à point nommé : c'est bien simple, j'ai eu du mal à croire que le film était vraiment fini en voyant défiler le générique. On est à la limite du foutage de gueule.
Une grande déception donc, que ce "Phantasm III".


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche