* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

death ship

death ship
Aka: le bateau de la mort, cauchemar nazi

death ship

Le Capitaine Ashland travaille sur un bateau de croisière, et cela ne lui plaît pas beaucoup. Il a l'impression de tourner en rond, de passer son temps à serrer la main des passagers, d'être en représentation, et cela le rend irascible.
Mais alors qu'il ne reste que deux jours avant la fin de la croisière, un bateau inconnu fonce droit sur eux. Le capitaine prend les choses en main, mais il n'arrive pas à éviter le bateau gigantesque. Le paquebot coule.
Il ne reste finalement que huit personnes qui ont réussi à utiliser une embarcation de fortune. Quelque temps plus tard, le capitaine rejoint l'embarcation, mais il est mal en point.
Heureusement, apparaît aux alentours un bateau. Les survivants embarquent mais trouvent le navire désespérément vide, alors qu'il semble habité : en effet, à peine sont-ils à bord que le bateau se met en marche. Pire : on dirait bien que le navire est décidé à éliminer ces intrus.


le bateau de la mort

Vous connaissez peut-être l'histoire du 'Hollandais Volant' ('The Flying Dutchman' pour les anglophone), ce bateau fantôme du temps de la flibuste qui éperonnait les navires et attaquait les équipages avec son armée fantôme.
Une légende classique, qui à maintes et maintes fois été reprise au cinéma, plus ou moins heureusement (par exemple : "El Buque maldito").
Le scénariste Jack Hill ("Coffy") et son co-scénariste David P. Lewis nous pondent donc une énième interprétation, plus moderne, mais décident de rajouter un peu de sel.
Allez, je ne vous le cacherais pas plus longtemps, le bateau sur lequel échouent nos malheureux héros est, bien sûr, un bateau nazi. Mais point de nazis dans le film, à part le trouble changement de comportement du capitaine Ashland. Et aussi, des voix vociférant dans les haut-parleurs et autres manettes qui bougent toutes seules.


death ship

George Kennedy, second rôle habituel de la série de films "Naked Gun", joue le Capitaine exaspéré. Richard Crenna, le non moins fameux 'Colonel' de "Rambo", joue le héros. Vous trouverez aussi Nick Mancuso et Saul Rubinek.
Bref : on nous offre une bien belle brochette de second couteaux dans "The Death Ship". De quoi vous donner l'eau à la bouche, d'autant que tout le monde met du coeur à l'ouvrage, et ça se voit.
Qui plus est, le lieu est propice : un bateau de guerre, cela fait autant de couloirs exiguës, de bruits de machinerie, de rouille. Jolis décors d'ailleurs, mettant en avant ce caractère claustrophobique.
La réalisation assez classique de Alvin Rakoff tient la route, d'autant que le monsieur n'est pas un habitué du film d'horreur.
Et pour finir, les musiques d'Ivor Slaney (qui a signé, entre autres, celles de "Alien Prey" et "Terror") sont de moyenne facture.
Pourtant, "Le Bateau de la Mort" n'est pas convaincant.


le bateau de la mort

Car si indépendamment, tout est assez correct, dans sa globalité, "The Death Ship" ne fonctionne pas.
Le montage, d'abord, tire sur la longueur, et réutilise sans cesse les mêmes plans de machineries. Ainsi, vous aurez tout à loisir de voir les pistons rouge-sang fonctionner. Vous me direz que ce n'est pas un grand mal. D'accord, c'est le bateau qui tue, mais ce sont les même images qui sont utilisées à chaque fois, et ce quoi qu'il arrive.
Que ce soit une grue qui prenne un des survivants pour le jeter à la mer, une femme qui prend une douche et qui reçoit du sang à la place de l'eau, ou que le bateau se mette en route, c'est systématiquement ces pistons rouges que l'on vous montre. (Des pistons multifonctions sans doute.)
L'accumulation/répétition de ces plans rend le film assez indigeste, et laisse entendre un sérieux manque de créativité, d'autant qu'on a souvent droit, en plus, à de longs plans d'ensemble s'attardant sur le bateau fantôme. Manque de créativité qu'on retrouve aussi dans l'histoire.
Pour finir, la musique de Slaney ne colle pas du tout, et semble un brin pompeuse pour le film. Elle aurait mieux collé à un film de la Hammer, si vous voyez ce que je veux dire.


death ship

Dommage, car j'attendais de "Le Bateau de la Mort" un peu mieux, au vu de ces quelques qualités indéniables que j'ai citées plus haut.
Malheureusement, sa plus grande lacune réside dans ce montage, au rythme trop faiblard, et qui a tendance à endormir. Sur un certain manque de créativité dans le scénario aussi, qui se contente de puiser dans le cinéma d'horreur sans ajouter de véritable nouveauté, et qui reste désespérément soft (les âmes sensibles peuvent le regarder, elles ne verront pas beaucoup de sang).
Jack Hill nous avait habitué à mieux.
Finalement, "The Death Ship" est un petit film d'horreur qui pêche, assurément déjà un peu démodé quand il est sorti en 1980.
Un coup dans l'eau.


maht

Affiche(s)

jaquette