* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

vampyros lesbos

vampyros lesbos
Aka: vampire lesbos, sexualité spéciale, the heiress of dracula, the heritage of dracula, the sign of the vampire, the strange adventure of jonathan harker, the vampire women, lesbian vampires, lesbian vampires : the heiress of dracula

vampyros lesbos

Linda fait souvent un rêve "étrange et pénétrant" d'une femme brune qu'elle aime et qui l'aime...
Un soir, elle assiste à un spectacle qui la trouble au plus au point. La femme de ses rêves est bien réelle et elle offre sa nudité tous les soirs aux spectateurs du show. Perturbée, elle relate les faits à son psychiatre et lui raconte ses rêves. Celui-ci n'est pas très intéressé car il fait des petits dessins.
Mais son amour de la nuit devient de plus en plus réel. En effet, lorsque Linda se rend en Turquie pour s'occuper une affaire d'héritage, elle la retrouve à nouveau. Cette jeune Comtesse répondant au nom de Nadine Carody n'est pas qu'une apparition, elle est en réalité un vampire qui charmera notre fragile Linda et comme tout bon vampire qui se respecte lui sucera son sang. Linda, devenue amnésique, choquée et torturée, finira à l'hôpital.
Et nous nous posons la question que tout le monde se pose autour d'elle : est-ce un rêve ou est-ce la réalité ?


vampire lesbos

"Vampyros Lesbos"... un titre alléchant, prometteur de mille et une merveilles, un titre qui en attirerait plus d'un... Quelle belle trouvaille que ce titre si évocateur ! On peut tirer notre chapeau à ce vieux routard de Franco qui sait attirer son monde. Les avis sont partagés sur ce film. Je remarque qu'il n'y a pas de juste milieu dans les critiques : soit il est encensé, soit il est détesté.
Et voilà ! L'équipe d'AKA est aussi tombée dans le piège et a visionné ce qui est assurément l'un des plus connus de notre grand nom du cinéma bis.
C'est donc les yeux pétillants de milles espérances que j'ai entamé ce "classique Francoesque". Et malheureusement... et bien il n'a pas été à la hauteur de mes désirs.
Malgré de très bons côtés, le film piétine. La lassitude s'installe rapidement. Le rythme ici est particulièrement lent. Il est vrai que Franco n'est pas ce qu'on pourrait appeler un rapide, mais là, honnêtement, il abuse. Les très longues scènes de déshabillage, les regards amoureux entre filles qui s'éternisent, l'histoire brouillon qui n'avance pas... et nos paupières qui irrémédiablement se ferment !
Dommage.


vampyros lesbos

Je dis dommage car on sent que "Vampyros Lesbos" avec un soupçon de vivacité aurait pu être parfait.
En effet, il a de nombreux atouts.
Son premier étant Soledad Miranda, l'actrice fétiche de Franco ("Sie Tötete in Ekstase", "Les Cauchemars Naissent la Nuit") qui apparaît au staff sous le pseudo de Susann Korda. Superbe comme à son habitude, elle charme tout ce qui bouge et particulièrement la caméra. Franco ne se lasse pas de la filmer et de la mettre en valeur. Les acteurs jouent bien et on a même le plaisir de retrouver Franco lui même dans le rôle d'un assassin sadique.
Les personnages ont d'ailleurs beaucoup de charisme, des jeunes filles à Morpho, l'assistant de la Comtesse.


vampire lesbos

De même d'un point de vue esthétique, le film vaut le détour. Le jeu de lumière sublime et les tons chauds renforcent l'ambiance onirique. Franco joue à la perfection avec les couleurs et les reflets, mettant en valeur les objets filmés. On y retrouve le jeu de miroir si cher à notre réalisateur et les mouvements de caméra, notamment le zoom, dont il use et abuse.
Ainsi, naturellement, le rêve se mêle à la réalité et confond le spectateur.
Le fond sonore vient ajouter une touche singulière : une musique psychédélique et des rythmes hindous ajoutent une ambiance typique seventies, pour notre plus grand plaisir. La Bande Originale qui nous a été concoctée par Manfred Hübler, Sigi Schwab et Franco lui même (sous le nom de David Khune) est une réussite et se fond à merveille dans les images douces et colorées du film, créant une atmosphère particulière et chaleureuse.


vampyros lesbos

Ainsi malgré un très bon travail sur l'aspect visuel et sonore du film, dont on soulignera tout de même l'esthétique, "Vampyros Lesbos" n'est pas à mon sens, le plus intéressant des films de Jesus Franco.
Et pourtant, il est la plus connue et appréciée de ses réalisations.
Le manque de rythme agit sur le spectateur comme un somnifère et le manque de cohérence de l'histoire qui force à se concentrer finit également par lasser.
Il reste que le film tombe à plat malgré ses bons côtés.
A trop miser sur la forme, Jesus Franco en a oublié le fond, et c'est dommage.
A conseiller aux fans de Jesus Franco.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche