* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

mansión de los muertos vivientes (la)

mansión de los muertos vivientes (la)
Aka: mansion of the living dead

mansión de los muertos vivientes (la)

Quatre demoiselles arrivent dans un grand complexe touristique des îles Canaris, afin d'y passer des vacances bien méritées sous le soleil.
Bien entendu, ces demoiselles, pulpeuses et court vêtues, sont rieuses et de bonne humeur. Et même l'aspect austère du maître d'hôtel ne ternit pas leur joie ! Celui-ci, d'ailleurs, prétend que pratiquement toutes les chambres du complexe sont louées et qu'il y a du monde, alors qu'il semble déserté.
Les filles vont devoir s'y résoudre, il n'y a pas âme qui vive sur cette île et même la plage est déserte... bref, pas de petits touristes étrangers à se mettre sous la dent ! Pas grave, puisqu'elles sont aussi lesbiennes, mais quand même...
Comme toute gazelle en vacances, elles se préparent à " faire les crêpes " sous le soleil ardent, quand un couteau de boucher vient se planter dans le sable à quelques centimètres de l'une d'entre elles ! Brrrr il y a de quoi déguerpir !
Mais que néni, nos demoiselles, bien qu'effrayées ne vont même pas se poser la question du départ, elles vont retourner dans leur chambre et taper la discute.


mansion of the living dead

Ah, notre cher Jesus Franco ne résiste jamais à l'appel de la gazelle plantureuse, si possible dotée de peu de neurones et toute prête à montrer ses attributs au premier venu (soit lui-même et sa caméra) !
Aussi, nous voyons ces jeunes femmes déambuler nues, converser nues, manger nues, et pour changer, parfois se promener couvertes d'un voile (quand il fait un peu plus frais !).
Et comme il le dit lui même dans toutes ses interviews : le sexe est naturel, si ses parents n'avaient pas couchés ensemble, il ne serait pas né, donc le sexe doit faire partie intégrante de ses réalisations. C'est une bonne raison Monsieur Franco !
Ainsi nous avons droit à quelques parties de jambes en l'air entre filles, où le réalisateur s'arrête sur certaines parties du corps, avec son célèbre mouvement de caméra : et je zoome ! et je dézoome !


mansión de los muertos vivientes (la)

Le décor est planté. "La Mansión de los muertos" se déclinera sous le signe de l'érotisme.
Mais pas seulement... parce que dans le film, il n'y a pas que des touristes, il y a aussi des morts vivants !
Ceux-ci d'ailleurs, sont assez étranges et n'ont rien à voir avec l'idée qu'on peut se faire d'un mort vivant, marchant à deux à l'heure et poussant des gémissements en perdant des lambeaux de peau. Les morts vivants de Franco marchent normalement, chantent, prient, violent et tuent avec des couteaux ! Bref, ce sont des hommes rien de ce qui a de plus banal, avec des capes , du yaourt sur la face ou des masques de tête de mort !
Franco dira au sujet de ses créatures qu'il n'apprécie pas les morts type Romero et leur préfère ceux des templiers d'Ossorio,. Ainsi il aurait choisi de les rendre plus proches des êtres qui hantent "La Noche Del Terror Ciego" et "El Buque Maldito". Ceci dit, il faut l'avouer, ils sont nettement moins réussis, et moins impressionnants.
La qualité du tournage y joue pour une grande part. Le manque de moyen sans doute aussi.
Notons, pour rebondir sur les bons vieux morts vivants faciles à surprendre qui mordent et marchent doucement, que Franco, quelques années plus tard, les utilisera dans : "Oasis Of The Zombies". Il a la mémoire courte notre cher Franco !


mansion of the living dead

Enfin, on sent que Franco a voulu créer une ambiance. Mais malheureusement, celle ci est ratée... Le tout étant bien trop cheap (notons que Franco a tout fait dans ce film : réalisation, montage, musique...) pour qu'on puisse en tirer quelque chose. Les décors sont loin, très loin de ceux des films d'Ossorio pré cités. Ils n'ont aucune couleur particulière, aucune profondeur. Les multiples scènes d'arbres secoués par le vent lassent vite le spectateur.
D'autre part, les effets spéciaux sont tellement pitoyables que je soupçonne Franco d'en être également l'auteur. Le mort vivant "vedette" est le plus comique : 3 yaourts natures étalés sur la face, quelques bouts de poivrons et de tomates, et hop le tour est joué ! Oh le vilain mort revenu d'entre les ténèbres....
Heureusement les scènes de viol sont toutes aussi cheap, ce qui nous évite des images sordides et nécrophiles, que je n'aurais pas aimé voir. Ainsi nous voyons les filles nues, bien entendu, tourner la tête de gauche à droite en disant non non non, comme si elles étaient écrasées par le poids de l'homme allongé sur elles (ce qui doit être le cas d'ailleurs). Et elles jouent affreusement mal les filles violées, pour notre plus grand plaisir.


mansión de los muertos vivientes (la)

Aussi malgré le côté cheap de la réalisation, mais aussi de l'intrigue, qui est minimaliste, pour ne pas dire inexistante, Franco a réussi a introduire de l'insolite dans "La Mansión de los Muertos Vivientes", par son aspect onirique.
Ce film tient plus de l'expression de phantasmes issus de l'esprit de notre cher réalisateur, que d'un film d'horreur. Beaucoup "d'interdits" y sont réunis : l'homosexualité, le viol, le sado-maso, la torture, le meurtre, l'adultère... aussi, certaines scènes sont surprenantes, car excessives, telle cette jeune femme attachée qui, sur ordre de son amant, se suicidera en mangeant un plat saupoudré de mort au rat et d'insecticide. Parfois, Franco nous surprendra en repoussant les limites des tabous, sans toutefois nous toucher.
Aussi, comme souvent chez cet adepte du cinéma bis, la réalité et le phantasme se confondent, et on se demande si ce qui vient de se dérouler sous nos yeux est l'expression d'un rêve ou s'il s'agit de la réalité.
Mais "Mansion of the Living Dead" manque cruellement de magie. Franco nous a habitué à mieux ! Il fait notamment pale figure à côté de petits bijoux comme "She Killed in Extasy" ou "Miss Muerte".
Un film de Franco à ne voir que lorsque l'on a du temps à perdre !


bloodyjane

Affiche(s)

jaquette