* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

happy birthday to me

happy birthday to me
Aka: happy birthday

happy birthday to me

Virginia traîne régulièrement avec un groupe de jeunes de son quartier, disons, privilégiés. Un groupe de jeune comme il y en a tant dans les années 80, qui ont tous une voiture, qui se promènent avec des rats, des écharpes rayées, bref, des jeunes en pleine forme de l'âge qui se la pètent et se croient invincibles ! Ces petits bourgeois sont en mal de sensation et inventent des jeux interdits, le dernier étant de rouler à vive allure de façon à passer le pont du fleuve alors qu'il se soulève... et ce jeu semble émouvoir au plus haut point notre fragile héroïne, qui s'enfuit et se précipite sur la tombe de sa mère.
Car Virginia est très perturbée psychologiquement... sa mémoire est morcelée, elle semble avoir été choisie pour expérimenter de nouvelles techniques de lobotomie, des brides de souvenirs émergent mais sans cohérence. Le dr. David Faraday tente de l'aider à rassembler les morceaux épars que son inconscient a voulu lui faire oublier...
Et la jeune fille n'est pas au bout de ses émotions, car au fur et à mesure que ses souvenirs réapparaissent, ses jeunes amis disparaissent... et nous, public, nous voyons qu'ils se font zigouiller un par un, par un tueur aux gants de cuir noir...


happy birthday

Voici donc un énième slasher, mais qui cette fois ci met en scène Marie Ingalls ! Hé oui, la jeune Marie Ingalls de "La Petite Maison Dans La Prairie" a quitté son foin, n'est pas aveugle (on nous a honteusement menti !) et ne porte plus de petits chapeaux en dentelle brodée... Sur le coup c'est surprenant de voir cette actrice dans un autre rôle, surtout lorsqu'elle apparaît dénudée ou embrassant les garçons... (le père Ingalls se serait arraché les cheveux s'il avait vu ça !). Alors, non seulement, dans "Happy Birthday To Me" nous sommes déconcentrés par la fille Ingalls, mais aussi par Lauren des "feux de l'amour" (pour ceux qui suivent cette sublime série) !
Ce qui fait qu'on a un peu de mal à entrer dans l'intrigue, mais une fois le cap passé, on se laisse aisément entraîné par J. Lee Thompson.
En effet, l'histoire est plutôt pas mal, il n'y a pas de longueur, J. Lee Thompson alterne entre les meurtres, qui se déroulent à intervalles réguliers et en nombre suffisants, évitant la lassitude, et l'histoire de Virginia, qui se découvre peu à peu, au fil d'évènements vécus qui lui rappellent les épreuves passées.


happy birthday to me

Les meurtres sont d'ailleurs assez savoureux et ne se ressemblent pas. Certains sont même originaux, je pense notamment au meurtre à la brochette de viande ! J. Lee Thompson ne manque pas d'humour, tout au long du film, on se surprend à sourire, voire à rire. Et ce zeste d'humour est à chaque fois bienvenu.
Le tueur dont bien sûr on ne connaît pas l'identité, est reconnaissable par ses gants noirs et ses chaussures blanches. Dès le début, J. Lee Thompson nous met l'eau à la bouche avec un premier meurtre, intéressant, dans un parking et il laisse présager que la victime connaissait son bourreau. Ce premier indice n'aide guère et durant toute la projection, le suspense reste entier. On se demande qui il peut bien être, passant d'un jeune à l'autre, d'un personnage à l'autre... et ce jusque la toute dernière minute. En gros, tous pourrait être le tueur ! Et J. Lee Thompson semble bien s'amuser à brouiller les pistes.


happy birthday

Il n'y a pas de scènes gores excepté les scènes de lobotomie montrant l'intérieur du cerveau de demoiselle Ingalls.
L'ambiance est souvent sombre, rappelant parfois "Black Christmas", en moins glauque. A cela s'ajoute l'univers tourmenté de la jeune Virginie qui pourrait également rappeler Susan Bracken dans "Don't Open the Door" et ce zeste de folie chez l'héroïne est une idée appréciable d'un point de vue scénaristique.
Il est cependant quelque peu regrettable que le jeu de Marie Ingalls ne soit pas réellement au point et qu'en lieu et place de folle ou de névrosée (merveilleusement bien jouées par Susan Bracken),elle nous joue l'éternelle gentille fille aveugle, apeurée par sa cécité....
Les autres acteurs sont de bonnes factures et plus ou moins connus (comme le psy).


happy birthday to me

Ainsi, le réalisateur des "Nerfs à Vif" ne rate pas son coup en créant ce slasher, qui n'est pas le slasher de l'année, mais qui vaut néanmoins le détour. Comme souvent dans les années 80, les meurtres tournent autour d'un événement ("My Bloody Valentine", "Silent Night, Deadly Night"...), en l'occurrence l'anniversaire des 18 ans de Marie Ingalls et développe également la thématique de la folie. Cependant, ne vous attendez pas à un nouveau "Silent Night, Bloody Night", car ce thème est beaucoup moins abouti dans "Happy Birthday to Me" et l'ambiance y est bien moins pesante.
Cependant, on salue les nombreux rebondissements, une fin à la "Tales from the Crypt" (on ne serait nullement étonné de voir la créature toute laide s'esclaffer de rire... tant l'ambiance y est), un peu abracadabrante, et le suspense qui reste entier jusqu'aux dernières minutes. Bien que celui-ci est dû aux nombreuses incohérences, comme par exemple un personnage qui, pour être le tueur, aurait dû se trouver à deux endroits différents au même moment...
Mais on pardonne aisément à J. Lee Thompson ces fautes d'inattention et cette 'légèreté' scénaristique largement compensées par son sens de l'humour.
"Happy Birthday To Me" est un petit slasher sans prétention, définitivement divertissant. A voir en famille !


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposter