* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

tarantola dal ventre nero (la)

tarantola dal ventre nero (la)
Aka: la tarentule au ventre noir, black belly of the tarantula

tarantola dal ventre nero (la)

Une jeune femme meurt mystérieusement après que son mari ait découvert des photos la montrant nue avec un autre homme. L'inspecteur Tellini, bien que peu à l'aise dans ce genre d'affaire, est mis sur l'enquête. Le mari est bien vite suspecté, d'autant qu'on lui avait expressément demandé de ne pas quitter la ville, ce qu'il s'est empressé de faire.
Mais alors que l'enquêteur penche pour une simple histoire de vengeance conjugale, une seconde victime est retrouvée morte. Et qui plus est, le modus operandi est sensiblement le même : on a paralysé la jeune femme avec une aiguille d'acupuncture la rendant à la fois alerte mais incapable de se débattre, avant de la tuer.
Le meurtre horrible ressemble à s'y méprendre à la façon dont une guêpe se débarrasserait des mygales. Serait-ce la jeune femme blonde qui apparaît sur tous les lieux du crime la meurtrière ?


la tarentule au ventre noir

Après vérification d'ailleurs, c'est la guêpe Pepsis qui donne le change aux mygales géantes: ça, c'est pour votre culture générale.
Ainsi donc, l'un des réalisateurs du fameux "Mondo Cane", premier de la grandes séries de vrai-faux documentaires 'mondos', nous offre sa vision du giallo. Il est pourtant loin d'en être un spécialiste d'ailleurs, car Paolo Cavara est un touche à tout, du western à la comédie, en passant par quelques mondos, le bonhomme a un peu tâté de tous les genres.
Encore une fois, si le film n'apporte rien de véritablement nouveau au genre, on ne peut qu'admettre son efficacité. On retrouve stricto sensu tous les poncifs du giallo : meurtrier ganté qui a propension à tuer de jolies jeunes femmes ( nues si possible), les fausses pistes à outrance, meurtres graphiques, un final plein de rebondissements et assez improbable.


tarantola dal ventre nero (la)

Et pourtant, le giallo reste un de mes genres préférés, peut être parce que je n'en ai jamais vu de particulièrement mauvais. Chacun a un petit quelque chose, une petite particularité charmante. Le fait de jouer à Columbo pendant le film doit y être pour quelque chose.
Bref : "La Tarantola Dal Ventre Nero" ne déroge pas à la règle : les meurtres prennent une dimension psychologique particulière, puisque, horreur d'entre les horreurs, le meurtrier tue les jeunes femmes alors qu'elles vivent encore (difficile de faire autrement) !
Sans rire, on ne pourra que remarquer l'excellente réalisation de Paolo Cavara : un soin très particulier est apporté à chaque plan, particulièrement pour les scènes de meurtres, et le sens de l'ellipse n'est pas sans rappeler le travail effectué sur "La Coda Dello Scorpione", qui reste pour moi une référence en la matière.


la tarentule au ventre noir

Le pauvre petit inspecteur perdu dans cette affaire compliquée est joué par Giancarlo Gianniniqui, qui n'a plus à faire ses preuves. On remarque au passage son jeu assez fin, et un héros assez atypique : loin des "super-flics" des autres gialli, l'inspecteur Tellini est plutôt paumé dans cette affaire, et on a parfois l'impression que c'est la peur, l'incompréhension ou le hasard qui le font avancer, bien plus que ses capacités de policier.
Le casting est d'ailleurs d'une façon générale assez haut en couleur, avec ces charmantes demoiselles JamesBondiennes qui hantent le film : Barbara Bach ("The Spy Who Loved Me"), Barbara Bouchet ("Casino Royale"), et enfin Claudine Auger ("Thunderball").
Le thème musical décliné tout au long du film par Ennio Morricone est efficace, et la chanson du générique de début est un de ces morceaux qui vous trottent dans la tête.


tarantola dal ventre nero (la)

"La Tarantola Dal Ventre Nero" est donc un de ces innombrables gialli, certes, mais agréable, assez bien réalisé, et qui s'offre quelques raffinements que n'ont pas tous les autres.
C'est aussi un de ces gialli qui peut être abordable pour les non-initiés : l'ensemble est assez cohérent, le rythme est très égal, on trouve de belles scènes de meurtres et un peu d'érotisme, etc.
On appréciera surtout le soin relatif de la réalisation, mais aussi celui apporté à l'histoire, qui va plus loin que le polar habituel. Avec un personnage central qui n'est qu'un héros ordinaire, un pauvre type subissant plus qu'il ne maîtrise la situation.
Bref, "La Tarantola Dal Ventre Nero" est un film agréable, pas le meilleur des gialli, mais incontestablement un très bon représentant de cette catégorie !


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche