* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

slumber party massacre (the)

slumber party massacre (the)
Aka: fête sanglante, sleepless nights, slumberparty massacre, the slumber party murders

slumber party massacre (the)

Après un match de Basket, quoi de plus agréable qu'une bonne douche collective entre jeunes filles ? C'est ainsi que démarre "The Slumber Party Massacre".
Aussi après la douche, les demoiselles légèrement vêtues de petites serviettes de bain parlent de la soirée pyjama organisée par Trish en l'absence de ses parents. Seulement, il y a un dilemme... certaines veulent inviter Valérie la nouvelle, d'autres refusent mais finissent par céder. Comme elles disent : "ce n'est pas parce qu'elle a toujours les yeux maquillés qu'il faut la rejeter...". Mais Valérie se sent exclue la pauvre, elle décline finalement l'invitation.
Cette soirée doit se dérouler évidemment sans garçon, mais bien évidemment ceux-ci s'invitent !
Et ils ne sont pas les seuls... car un psychopathe échappé de l'asile a déjà tué une dame dans une camionnette et ne compte pas en rester là...


fête sanglante

"Bouh ! T'as eu peur !", cette expression résume parfaitement notre film... Et oui, "The Slumber Party Massacre" rejoint le clan déjà bien fourni des navets dont les années 80 sont de grandes productrices.
Amy Holden Jones, la réalisatrice, ne nous épargne rien. Nous avons non seulement droit au coup du chat, mais aussi à la caméra subjective qui suit la demoiselle, suggérant que derrière elle se trouve un méchant et vilain tueur armé d'une grosse perceuse, mais que nenni... en fait, il s'agit du copain qui espère bien se taper la donzelle qu'il vient de suivre...
Et je ne parle pas du jeune homme qui passe ses nuits à couper les escargots et autres limaces, muni d'un hachoir pour ne pas utiliser de pesticides dangereux pour la nature et qu'on peut bien sûr prendre pour un malveillant sadique.
Bref, "Fête sanglante" est un condensé de stéréotypes inhérents aux films d'horreur.


slumber party massacre (the)

Et oui, ces magiques années 80 (malheureusement révolues), le culte du sport et de la douche, ses belles coiffures permanentées et ses très élégants serre-têtes fluos...
On y trouve des filles longuement filmées nue pour parer au manque de créativité, des assassinats à peine évoqués, non pas par effet de style, mais parce qu'on manque de moyens ou d'idée pour aller plus loin. Sans compter la présence de l'éternel synthétiseur et de son fond sonore assez insupportable.
Le tueur n'a aucun charisme, à croire que la réalisatrice a pris n'importe quel péquenot dans la rue. Si ce n'est sa veste en jean qui effrayerait les plus vaillants d'entres nous, rien de bien impressionnant sous le soleil.
"The Slumber Party Massacre" n'est pourtant pas une série Z, ce qu'on peut d'ailleurs déplorer. Il semble avoir plus de moyens que certains de ses congénères tels que le superbe : "The Last Slumber Party". Et de ce fait, il a forcément beaucoup moins de 'charme', on n'y trouve pas vraiment de plans ratés, ni de montage à l'arrache, ni de mouvement épileptique de la caméra...
Rien d'un vrai navet comme on peut les apprécier, qui a le mérite d'avoir été fait avec les moyens du bord.


fête sanglante

Ceci dit, il a tout de même un point positif : il ne dure qu'une heure dix. Bon, avouons que l'on peut trouver un deuxième intérêt : les dernières 10 minutes sont assez mémorables. J'avoue être heureuse d'avoir tenu le choc jusqu'à la fin. Les filles deviennent complètement hystériques pour notre plus grand plaisir et, contre toute attente, se jettent avec force hurlements sur notre pauvre gars à la veste en jean. Celui-ci, décidément, refuse de mourir. Il meurt et remeurt plusieurs fois.
Mais le plus impressionnant est la révélation finale... mais enfin, il y avait donc une profondeur psychologique à tout ça ? En fait, la perceuse et sa longue lame en forme de tire bouchon représentait... rien d'autre que la virilité de l'homme ! Et Valérie a osé la lui couper ! Ben oui... comment avons nous pu passer à côté de ce symbole phallique ?
Je vous laisse imaginer l'état de notre homme après un tel acte...


slumber party massacre (the)

Mais résumons. Des filles dépravées et dénudées, dont le centre d'intérêt tourne autour du sexe et des garçons, de vicieux garçons qui rodent armés ou non autour de la maison dans la nuit sombre, une intrigue sans aucune originalité et ni densité, une bande sonore pauvre et sans intérêt, quelques coups d'humour et d'horreur ratés, un tueur tout ce qu'il y a de moins impressionnant, de la psychologie à deux balles... "The Slumber Party Massacre" contient les ingrédients du parfait navet comme nous les aimons. Cependant, il ne réussit pas vraiment son coup. Trop abouti pour rejoindre le clan de la série Z, il est trop raté pour atteindre le rang des slashers réussis.
Bien que les dernières minutes valent le coup d'oeil pour l'amateur de navets, force est de constater qu'on s'ennuie quelque peu durant la projection.
Reste que le film ne durant pas longtemps, il pourra toujours vous distraire lors des dimanches après midi qui suivent les lendemains de fête.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposter