* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

sisters

sisters
Aka: soeurs de sang, blood sisters

sisters

Danielle et Philippe participent tous deux à un jeu télévisé, stupide comme il se doit.
Philippe sort du concours avec un dîner pour deux dans un restaurant afro-branché, et Danielle se fait inviter. Les deux jeunes gens ne sont pas indifférents l'un à l'autre, mais durant le dîner, l'ex-mari de Danielle, Emil Breton, vient troubler la fête. Soucieux de la sécurité de la jeune femme, Philippe la raccompagne chez elle, à Staten Island.
Le lendemain, alors que le couple a passé une folle nuit d'amour, la soeur jumelle de Danielle arrive, très en colère et lui fait une crise de jalousie. Philippe, lui, va faire un tour et achète un gâteau pour réconcilier les deux soeurs, d'autant que c'est aujourd'hui leur anniversaire.
Mais en revenant à l'appartement, il se fait sauvagement agresser par une jeune fille qui ressemble étrangement à Danielle.
Mourant, il parvient à se traîner jusqu'à la fenêtre d'où Grace Collier, la journaliste qui habite en face, le voit agoniser.
Bien sûr, la police ne trouvera rien, car le mari de Danielle, qui semble en savoir long, cache le meurtre. Grace cherchera le moyen de prouver qu'elle n'a pas divagué et qu'un meurtre a bien eu lieu.


soeurs de sang

"Sisters" est un thriller assez conventionnel signé par un réalisateur qui ne l'est pas. Réputé pour ses longs plans séquences ou encore ses écrans 'splittés', DePalma a une patte qu'il impose à tous ses films, et qui à souvent transformer de simples films de genre en monuments du 7ème art.
Les "Soeurs de Sang" est un des premiers films à suspense du réalisateur, et on doit bien avouer qu'il est mené de main de maître, sans que l'on puisse pourtant discerner la main de l'Auteur.
Techniquement irréprochable, jouant avec maîtrise et discernement du split-screen, de l'angoisse et de l'horreur, "Sisters" ne se démarque pas réellement des autres productions de l'époque, si ce n'est par un final un peu plus tarabiscoté qu'à l'habitude.
D'ailleurs, l'histoire du meurtre initiale est assez anecdotique, et sert de prétexte à jouer avec l'image des méchantes soeurs jumelles (A moins qu'une d'entre elles ne soit gentille !? ).
Je ne vous ferai pas l'affront de vous révéler la réalité ou non de cette soeur jumelle... 30 ans après, l'effet de surprise est largement dépassé !


sisters

Pourtant le film tient admirablement bien la route. D'abord, et c'est indéniable, grâce aux qualités techniques de De Palma, la réalisation étant relativement riche pour un film de ce genre. La musique de Bernard Herrmann, ensuite, colle parfaitement à l'ambiance. Enfin, et surtout, le casting est admirable, bien qu'il ne fasse pas la part belle à de grandes stars :
Margot Kidder dans le rôle de Danielle et sa soeur jumelle Dominique obtient ici son premier vrai rôle. Elle donne un corps tout particulier aux personnages désaxées des jumelles. William Finley est excellent comme d'habitude, méconnaissable en sorte de Vincent Price binoclard et flippant. Jennifer Salt enfin, joue la journaliste emmerdante mais décidée.
C'est sur ces personnages et ce casting que tient l'essentiel du film.


soeurs de sang

La dernière partie de "Soeurs de Sang" vient étrangement déranger cette mécanique bien huilée. Passablement surprenante, elle donne place à une une sorte de délire narco-épileptique, ou tout se mélange : rêve, réalité, présent et passé, personnalités, 'freaks'... On en apprend un peu plus sur l'histoire des deux soeurs sans réellement être sûr qu'il ne s'agisse d'un simple délire de l'héroïne, droguée et hypnotisée.
Enfin, la scène finale peut encore surprendre aujourd'hui tant elle mêle à la foi non-sens et comique : on assiste à la semi-victoire des méchants avec la disparition totale du pauvre type qui est mort au début du film. Ce meurtre n'existe plus, de toute façon, je vous l'avais dit qu'il n'était qu'un prétexte !


sisters

Même si on est loin des gialli de Mario Bava ou de Dario Argento, "Sisters" reste un film agréable qui tient par sa cohérence artistique, une scénario solide et une interprétation largement à la hauteur. S'il n'est pas resté dans les mémoires, c'est sûrement qu'il n'a pas une patte aussi forte que les autres films de De Palma. Moins impressionnant qu'un "Carrie", moins violent qu'un "Scarface", moins flippant qu'une "Christine", quelques moments forts marquent tout de même les esprits, comme la scène de meurtre, particulièrement choquante, ou les scènes pseudo-oniriques à la fin du film.
"Soeurs de Sang" vaut donc son petit détour lors du parcours de la filmographie de De Palma. A placer au côté de "The Fury", bien plus inégal, mais tout aussi intéressant.


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche