* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

humanoids from the deep

humanoids from the deep
Aka: les monstres de la mer, humanoids of the deep, monster

humanoids from the deep

Rien ne va plus au petit village de pêcheurs d'Harbor Shore depuis qu'une usine s'y est installée.
Son but : la productivité bien sûr... mais elle divise le village en deux camps : les écologistes, contre, et les autres pour... Et comme pour renforcer cette tension entre les deux camps, les chiens des pêcheurs sont retrouvés mutilés, les enfants se font manger par des poissons et de jeunes filles disparaissent... Aussi le camp des industriels accuse forcément les écologistes de se venger sur leurs animaux et vice versa...
Mais surprise ! Croyez moi si vous le voulez... ce n'est ni l'un ni l'autre qui est le responsable de ce chaos... mais un poisson avec des jambes et des bras et de grosses dents pointues tout droit sorti de la mer !


les monstres de la mer

Avec un tel scénario, Barbara Peters était assurée de faire un chef-d'oeuvre ! Et oui ! nous avons là un petit bijou de la série Z, assez tardif puisqu'il date des années 80, mais très intéressant pour les fans de cinéma bis...
Tous les ingrédients sont présents : montage approximatif, acteurs moyens, monstres de plastique, histoire minimaliste sur fond de morale à deux balles, manque de logique et de continuité cinématographique...
"Humanoids From The Deep" a tout d'un grand et se regarde sans lassitude aucune.
Aussi, je ne ferais pas l'injure à "Humanoids From The Deep" de faire une analyse intellectuelle et triturée, car il mérite bien mieux !


humanoids from the deep

Tout d'abord intéressons nous aux personnages. Caricaturaux, nous avons les habitués à ce type de film : la scientifique, les pêcheurs, les amoureux qui sont là pour mettre un peu de bonheur dans ce monde de brut, les industriels... Bref, une belle brochette de "has been" tout droits sortis de ces merveilleuses années 80. Les hommes sont virils, la preuve : ils se battent comme des chiffonniers à la moindre occasion et finissent tous avec un beau coquart noir sur l'oeil et ce jusqu'à la fin du film. Les femmes sont sexy et se promènent nue devant leurs fenêtres (sans rideau et lumière allumée, bien entendu).
Et tout ce petit monde, quand il ne se tape pas dessus célèbre la "fête du Saumon" sur un air de ducasse. Et pas de "fête du saumon" sans élection "Miss Saumon" ! Bref, vous l'avez compris, ils sont un tout petit peu ringards nos amis...
Soit dit en passant, le leader des sympathisants de l'usine fait couleur locale avec ses belles bouclettes. Il ressemble comme deux gouttes d'eau à Mort Shuman et on s'attend à chaque instant qu'il nous chante "Allo Papa Tango Charlie"....


les monstres de la mer

Roger Corman, producteur du film estimait que la première version du film tournée par Barbara Peters était trop avare de filles nues et de scènes érotiques. Celle-ci ne voulant pas céder aux caprices du producteur, il l'a tout simplement viré pour mettre à sa place Jimmy T. Murakami qui, lui, a accepté de tourner plusieurs scènes coquines. Et fort heureusement, car le film ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans cette idée formidable.
Ainsi, les filles se promenant toujours à poil, il n'est pas étonnant que les monstres de plastique en soient quelque peu émoustillés.
Et ne s'embarrassant pas des préjugés et de la bonne morale, ni une ni deux, sous prétexte qu'ils doivent préserver la race, les monstres n'hésitent pas à se faire de petites parties de jambes en l'air avec elle, et tout particulièrement avec "Miss Saumon" ! Normal, c'est la plus belle !
Et c'est pas les algues et le plastique qui les recouvrent qui vont les en empêcher...


humanoids from the deep

Malgré cette apparente légèreté, le film est fondée sur des valeurs sérieuses et fait passer ce message important : Si vous continuez à polluer la planète des saumons humains tout verts sortiront de l'eau, tueront vos hommes et vos enfants, violeront vos femmes et mangeront vos chiens !
Alors ? Écolo le Corman ?
Ecolo ? Je ne sais pas, mais toujours est il qu'il a beaucoup d'humour et a une parfaite connaissance de ce qui plaît au public dans ce genre cinématographique...
Alors, second degré ou non, le film est un petit régal pour les adeptes de ciné Bis... et longtemps je me souviendrais de ces saumons visqueux qui court derrière les jolis derrières de ces demoiselles qui crient...
A voir et revoir à volonté !


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche