* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

schock

schock
Aka: les démons de la nuit, beyond the door 2, schock (transfert-suspence-hypnos), shock

schock

Dora revient vivre dans l'ancienne maison où, quelques années plus tôt, elle a assisté impuissante au suicide de son ex-mari drogué. Interné en hôpital psychiatrique, elle s'est ensuite mariée avec un ancien ami, Bruno.
Marco, le petit garçon né de la première union de Dora, découvre donc la maison où son père vécut, et tout ce petit monde s'installe pour recommencer une vie - en aspirant à ce qu'elle soit heureuse.
Cependant, Bruno travaillant dans l'aviation, Dora se retrouve très souvent seule dans la grande maison. Peu à peu les effluves du passé refont surface et font planer un étrange malaise sur le moral de Dora.
Pire, Marco commence à avoir un comportement particulier, et est étrangement attiré par la cave qui contient de nombreux anciens meubles. Des meubles qui datent du temps où son père vivait encore.


les démons de la nuit

Quand on pense à Mario Bava, on pense souvent à "Reazione a Catena", "Operazione Paura" ou encore "Sei Donne Per l'Assassino" : oui, ce Bava là, ce maître à penser de l'horreur italienne, le fameux instigateur du giallo, ce technicien fantastique.
Malheureusement, si Mario Bava a été un grand créateur, il fut parfois aussi un exécutant, et c'est cette voie qu'emprunte plus ou moins heureusement "Schock".
Car s'il a de grandes qualités, le dernier "vrai" film de Bava n'est pas aussi maîtrisé que les plus anciens. Peut-être à cause de l'importance grandissante que commence à prendre Lamberto, son fils, dans ses productions. En effet, alors que dans les précédents films, Lamberto Bava n'avait généralement qu'une place d'assistant au réalisateur, il signe ici une part de l'histoire et de la mise en scène.
De fait, "Schock" reçoit les attributs d'un film de Lamberto Bava, suiveur invétéré de Dario Argento.


schock

Musique progressive d'un groupe inconnu pourtant issu de Walter Martino (lui même venant de Goblin), casting offrant la part belle à Daria Nicolodi, héroïne du fameux "Profondo Rosso" et actrice récurente d'Argento, histoire para-fantastique... Tout ici fait penser au réalisateur de "Suspiria", à part la réalisation nerveuse du papa de Lamberto.
Et en fait, le film en lui même n'est pas particulièrement mauvais. Il offre même de très belles scènes et le scénario est étrangement bien ficelé, même s'il n'écorne pas les impondérables poncifs de la maison hantée.
Il ne les écorne point car le tout est fait avec suffisamment de style et d'élégance pour qu'on soit happé par la pertinence et l'efficacité de certaines scènes.


les démons de la nuit

Les avides de sang frais seront déçus de ne voir que peu de sang, de vomi vert ou de tête qui tourne à 360° sur des épaules... la part d'horreur étant finalement plus psychologique que graphique, on évite heureusement ce genre d'écueil que l'on croise si souvent dès qu'il s'agit de possession.
D'ailleurs, le film fait généralement preuve d'économie de moyen - mais pas d'économie d'effets : le casting est minimaliste, l'histoire ne tournant quasiment qu'autour des trois personnages susnommés, et, sans en avoir toutes les caractéristiques, " Les Démons de la Nuit" effleure constamment le huis-clos claustrophobique sans jamais entrer totalement dedans.


schock

Casting et interprétation remarquables, musique entêtante, réalisation à l'avenant, que demander de plus ???
Et pourtant, un étrange malaise m'occupa durant tout le film. Si " Les Démons de la Nuit" avait été signé Lamberto Bava, j'aurais crié "Banco". S'il avait été réalisé par un jeune Michele Soavi, j'aurais dit "hourra".
Mais nous sommes devant un film de Mr Bava, celui-là même qui laissa dans la tête de votre serviteur des souvenirs et des sensations incroyables.
Or, si le film a de grandes qualités, s'il y a un savoir faire indéniable et une histoire qui surpasse bon nombre des divers gialli et films d'horreur qui hantent nos pages, j'ai été un peu déçu par "Schock".
Malgré tout, en faisant abstraction du réalisateur, "Les Démons De La Nuit" mérite une bonne note !
Sous le poids du lourds fardeau qui m'incombe, je m'exécute donc. Avec un "moins", pour nuancer.


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche