* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

mad doctor of blood island

mad doctor of blood island
Aka: le médecin dément de l'île de sang, blood doctor, grave desires, tomb of the living dead

mad doctor of blood island

Une équipe américaine débarque sur l'île de sang, île qui pourrait être une destination idéale pour de paisibles et agréables vacances au soleil... Malheureusement il n'en est rien. En effet, sur cette île les filles se baignent effectivement nues près des cascades pour se rafraîchir, mais elles se font tout de suite étripées par un méchant monstre tout vert ! Bref, vous l'avez compris, le lieu est certes paradisiaque, mais il regorge de dangers en tout genre.
Notre équipe n'est de toute façon pas venue passer des vacances. Le beau et jeune docteur du gouvernement, Bill, va étudier les phénomènes mystérieux qui se produisent dans l'île. La jeune fille blonde à forte poitrine, Sheila, vient retrouver son père qu'elle n'a pas vu depuis 9 ans, et le jeune garçon philippin, Carlos, vient quant à lui rejoindre sa mère restée sur l'île après le décès de son père.
***Attention, la critique comporte des spoilers (bien que le film laisse peu de place au suspense, je préfère vous prévenir).***


le médecin dément de l'île de sang

Le film démarre avec une mise en scène particulière et grandiloquente. La voix off, au ton criard typique des années 60, invite le public à rejoindre le show en buvant un breuvage de sang vert. On voit à l'écran de jeunes dépravés buvant ce liquide aphrodisiaque et s'adonnant à des ébats amoureux (ne vous attendez pas à un véritable spectacle, le tout reste très bon enfant). Cette mise en scène peut faire sourire à notre époque, comme le coup de l'histoire vraie, mais elle est néanmoins bienvenue pour l'adepte de films de genre que je suis et dénote d'une certaine volonté d'originalité naïve de la part des réalisateurs.
Petit incipit donc assez agréable, amusant, qui présage que le spectateur va sans doute assister à un divertissement spécial série Z de qualité.
Mais revenons à notre "Médecin Dément de l'Ile de Sang" (j'adore le titre !). Nous voici de retour sur la paradisiaque et mystérieuse île de sang... Après "Brides of Blood Island", les réalisateurs récidivent et mettent en scène les aventures trépidantes de Bill Foster, toujours joué par john Ashley, déjà héros du premier opus. Bien que l'intrigue soit différente, le lieu et l'atmosphère générale sont similaires.
Même décor donc. On plonge directement dans l'exotisme, avec les mêmes filles en paréo et fleurs dans les cheveux et les mêmes hommes vêtus de pagnes et armés de lances. Mêmes danses érotico-ennuyeuses entre les uns et les autres précités... Bref, rien de nouveau sous le soleil.


mad doctor of blood island

Le film a tous les ingrédients du film d'exploitation.
La nuit succède au jour dans la même journée. Les mouvements de caméra se font épileptiques à l'approche du monstre, ce qui anéantit toute possibilité de surprise ou de suspens et fait mal aux yeux. Les réalisateurs ne s'embarrassent pas vraiment de la cohérence, les images se succèdent aléatoirement, la bande son s'arrête nette aux changements de séquences, bref, nous sommes dans une série Z.
Tout y est d'une grande simplicité.
Les filles ont une fâcheuse tendance à dénuder leur poitrine. Le héros porte fièrement la banane et fleure bon la rock'n'roll attitude. Les personnages sont bien entendu stéréotypés.
Le docteur dément n'est en aucun cas dément, il s'agit juste d'un docteur boiteux, qui expérimente de nouveau traitements à base de plantes (il fallait y penser !) pour guérir les malades atteints de leucémie. Il ressemble comme deux gouttes d'eau à Alain Bashung à l'époque de Gaby et porte des lunettes de soleil même dans la nuit noire. Le film prend parfois d'extrêmes distances avec la réalité scientifique : on y apprend que les hommes à qui on a injecté de la chlorophylle dans le sang sont atteints de "chlorophyllie" et qu'ils deviennent tout vert. Raccourci un peu rapide, je vous l'accorde.


le médecin dément de l'île de sang

Les effets spéciaux sont dans le ton, simples à réaliser et ridicules. Le masque du monstre est tellement grotesque qu'arrivé à la moitié du film, on se demande s'il ne s'agit pas réellement d'un homme déguisé qui révélera son identité à la fin... Mais que neni ! il s'agit d'un véritable monstre sur lequel on a collé des trucs moisis et des poils de lapin...
Enfin, on veut nous le faire croire.
On y coupe des têtes d'un seul coup de lance, sans aucune difficulté. Bref, c'est le monde merveilleux de l'île de Sang où tout est possible !
Régulièrement nous avons droit au coup du serpent, pas cher et tellement efficace ! Et oui, il ne semble pas y avoir de chats qui rodent dans l'île...
Il y a aussi dans un coin de la grotte du monstre, toute verte elle aussi, une malheureuse et ridicule plante qui bouge toute seule dans son pot, seule résistante de "Brides of Blood" pour ceux qui l'aurait vu.
A la différence de ce dernier, "Mad Doctor of Blood Island" flirte avec le gore. Les scènes sont rares, mais assez surprenantes. Le monstre tout vert laisse derrière lui des cadavres en charpies, avec un amas de tripes et de boudins consciencieusement placés par le boucher du coin, sur lesquels s'attardent quelques instants les caméras. Le monstre a beau être ridicule il n'en reste pas moins méchant.


mad doctor of blood island

Aussi, dans "Le Médecin Dément de l'Ile de Sang" nos réalisateurs utilisent les mêmes procédés que pour "Brides of Blood".
Paradoxalement, l'ensemble est bien moins intéressant. La naïveté et la fraîcheur initiales ne sont plus au rendez vous.
Le film souffre de longueur et le spectateur s'ennuie régulièrement. Le charme n'agit plus, le tout a perdu de sa candeur.
Il ne reste que "Le Medecin Dément de l'Ile de Sang", même s'il n'est pas à ranger à côté de bijoux du Z tels que "I'll Drink Your Blood" est tout de même intéressant, ne serait-ce que pour son aspect carton-pâte, ses effets de caméra douloureux pour la vue et son histoire hallucinante.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche