* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

brave

brave

brave

Afin que la mafia libère son frère Tong (Afdlin Shauki), Pairote (Michael B.) est contraint de subtiliser des informations dans le siège social hyper-gardé et protégé d'une grande entreprise internationale de cartes bancaires.
Mais une fois les informations en main, le gang décide, pour diverses raisons, de faire partir Tong en éclats en le ligotant gaiement à des bouteilles d'oxygènes prêtes à exploser.
Venant de sauver son frère in-extremis de la mort, Pairote va alors prendre les choses en main et faire payer au gang cette faute de goût. Cela dit, Kovit (Sahaschai Chumrum) le chef de la mafia n'a pas l'intention de se laisser faire !
Iil s'en suit alors une escalade de violence et de vengeance inévitable...


brave

Des le début, Brave nous prend d'assaut en enchaînant les scènes d'actions : ça part dans tout les sens et ça castagne façon Muay Thai, à coups de coups de coudes, de tibias et de genoux qui vous envoient valser dans le décor.
Ainsi, les chorégraphies filmées en fast motion, avec des plans sans cesse en mouvements, sont signées Arnon Chunpraset et portent clairement l'emprunte de l'école Panna Rittikrai ("Ong Bak", "Tom Yum Goong"...), peut être même un peu trop d'ailleurs et c'est bien là le problème.
Effectivement, au bout d'un moment, à la vue de toute cette abondance de cascades, les habitués des films thaïs risqueront de finir par se lasser de tous ces airs de "déjà vu", frôlant le cliché surfait et stéréotypé de ces films - qui ont rendu célèbre le cinéma d'action siamois dans le monde.


brave

D'un autre côté, pour un film d'action, on peut se dire que Thanapon Maliwan à respecté son cahier des charges en portant à l'écran un nombre appréciable de scènes et de cascades, certes fortement "inspirées" par le style Tony Jaa, mais soutenues par des acteurs dont les performances athlétiques sont exceptionnelles et valent le détour.
On a même droit à quelques cascades très impressionnantes comme celle où Michael B., pour échapper à ses poursuivants, saute dans le vide du dernier étage de l'immeuble.
Ceci dit, à vouloir tout miser sur l'action et les chorégraphies, Thanapon a non seulement oublié en chemin une partie du scénario, mais aussi une partie de l'interprétation. Sans compter cette ambiance de série B agaçante (avec en prime, des doublures médiocres dans la version originale) qui plane dans la mise en scène.
Le pire c'est que ce coté surfait, pour ne pas dire "repompé", est bel et bien pris au sérieux par les acteurs.


brave

Car à l'exception de Supakson Chaimongkol dans le rôle de Lita (la vice présidente de l'entreprise de cartes de crédit) qui nous offre une prestation correcte, le jeu des acteurs n'a rien d'exceptionnel, bien au contraire. Et je dirais même que Mike B. joue mal... Il n'est pas crédible une seule seconde et donne l'impression de surjouer et de répéter bêtement son script devant la caméra.
Malheureusement ces performances athlétiques exceptionnelles n'arrivent point à compenser son manque de charisme ainsi que ses pauses et ses expressions surfaites dignes d'une pub télévisée.
Quant à sa coiffure au look branché et ses "Converse", elles ne rattrapent pas non plus son manque d'originalité : dommage car ça partait d'un bon sentiment !
Si bien que : mis à part les scènes d'actions copiés, que reste-t-il finalement à Mike B. et au reste du film ?
Peut-être quelque scènes plus ou moins comiques et d'autres où l'on se demande parfois si il est préférable de rire ou de pleurer.


brave

Si Brave épatera les novices du style "Panna Rittikrai" qui découvriront le cinéma d'action thaï, il y a de fortes chances pour qu'il lasse voir déçoive les habitués du genre.
Car au lieu d'essayer d'innover et de faire dans l'originalité, en dehors de deux ou trois cascades qui sortent du lot, Thanapon Maliwan s'est contenté des faire du copier/coller et de saupoudrer le tout avec des acteurs qui manquent un peu trop d'implication dans l'interprétation de leurs rôles.
Les sentiments seront donc partagés, si certain apprécieront le côté ludique et efficace des bastons gagnées d'avance et des cascades aériennes, d'autres garderont certainement un arrière goût frustrant de scènes et de combats réchauffées et se diront que le réalisateur aurait dû plutôt faire un film comique.
Annoncé et présenté par le réalisateur dans la presse thaïe comme une véritable bombe, Brave se retrouve finalement comme un cascadeur qui rate son essai : il se casse la figure !


benhoa

Affiche(s)

jaquette