* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

terrore nello spazio

terrore nello spazio
Aka: terreur dans l'espace, la planète des vampires, demon planet, planet of blood, planet of the vampires, space mutants, terror in space, the haunted planet, the haunted world, the outlawed planet, the planet of terror, the planet of the damned, terror en el espacio

terrore nello spazio

Deux vaisseaux spaciaux Argos et Galliot se dirigent vers une planète inconnue, attirés par un signal extraterrestre. Les deux vaisseaux sont en liaison vidéo. Tout à coup, la liaison s'interrompt et le signal disparaît. Dans le vaisseau Argos, prêt à atterrir, l'équipe est secouée et l'attraction commence à se faire pesante, clouant l'équipage au sol. Le brave commandant, expérimenté au vu de son grand âge, réussit à faire atterrir le vaisseau avant de tomber dans les pommes.
Lorsque notre héros se réveille, il se voit directement attaqué par ses propres hommes : à qui il vient de sauver la vie, soit dit en passant. Sont ingrats ces bonshommes !
Il semblerait que l'attraction de cette planète ait quelque peu d'influence sur les êtres humains et les rendrait agressif. Et oui, c'est cette vilaine planète mystérieuse que notre équipage va visiter, espérant retrouver le vaisseau de leur camarade. Et ils ne seront pas au bout de leur surprise !


terreur dans l'espace

Notre grand Mario Bava décide de se frotter à la Science fiction et à ses mystères extraterrestres. Et à première vue, ce ne sera pas le film du siècle, mais il est plutôt plaisant.
Nous plongeons directement dans l'univers particulier de notre réalisateur. D'emblée, l'esthétique est singulière bien qu'imprégnée des effets propres aux films de science fiction des années 50/60. L'artiste Bava déploie les couleurs, comme il sait si bien le faire, et soigne l'esthétique de son film. Il les superpose, passant du rouge au vert, multipliant les effets de lumière. Ainsi les décors carton-pâtes s'animent sous les jeux de couleurs pour le plus grand plaisir visuel du spectateur. Le décor en devient presque vivant, aidé par la bande sonore très discrète, mais qui parfois rappelle les battements d'un coeur sous-terrain.
Le tout est enfumé. Que dis-je ? Excessivement enfumé ! Bava abuse des fumigènes - qui ont sans doute aussi pour but de camoufler la pauvreté des décors - mais qui contribue à créer cette atmosphère confinée et qui se veut angoissante.


terrore nello spazio

Je dis 'qui se veut angoissante', car à priori elle n'inquiète plus le spectateur du XXIème siècle, à qui les effets spéciaux peuvent paraître vieillots. Ceci dit, sans doute a-t-elle quelque peu perturbé celui de son époque. Cette planète qui semble vivante rappelle d'ailleurs "Forbidden Planet" et diffuse doucement et tranquillement ce charme perdu propre aux films de l'époque. Epoque où il n'y avait pas d'effets spéciaux élaborés, mais où les réalisateurs oeuvraient avec ce qu'ils avaient à disposition pour nous émerveiller...
Bref, vous l'avez compris, je suis tombée sous le charme, comme tant d'autres, de l'esthétique chaude et attractive de la planète de"Terreur dans l'Espace".
Et tout est fait pour que l'oeil du spectateur soit titillé. Certains décors, tel l'intérieur des vaisseaux spaciaux, ont un design qui ferait craquer les architectes d'intérieur actuels. Dépouillés à l'extrême, les arrondis psychédéliques côtoient les murs noirs, la déco est stylée, le tout pourrait apparaître dans une émission de "Question Maison". Il y a d'ailleurs une discontinuité entre les différents lieux, certains étant froids, épurés, d'autres chauds, colorés, presque vivants.
Les deux univers sont chacun à leur manière inquiétants, et participent à l'intrigue.
Par ailleurs, le fan des sixties craque assurément devant les combinaisons de cuir noir des spationautes, d'une élégance certaine. Seul les casques sont aujourd'hui ridicules, donnant l'aspect rigide de Playmobiles aux personnages. Ceci dit, tout de même.... quelle classe !


terreur dans l'espace

En parlant de Playmobiles, on peut aussi être surpris devant la rigidité des personnages. Ceux-ci bougent peu, sont statiques ou raides, ils sont souvent filmés immobiles, pliés à l'écoute des "bruits du dehors" ou autour d'un tableau de commande.... Ils sont également peu développés d'un point de vue psychologique, de telle sorte que la mort de l'un d'entres eux n'affecte absolument pas le spectateur. Ceci distille une certaine froideur qui contribue à inquiéter le public de l'époque, mais qui fonctionne moins bien de nos jours. On retrouve bien là la patte de Mario Bava qui, plus tard, développera cet effet dans "Lisa et le Diable", donnant littéralement des frissons à l'aide de ce procédé.
Ceci dit, malgré un côté esthétique très travaillé et un univers enchanteur, "Terrore Nello Spazio" pêche par certaines lacunes. Et principalement le manque de scénario. L'intrigue est pauvrette. Et même si au début, on apprécie la lenteur du rythme, il devient au bout d'un moment un peu pesant. Heureusement, le maître Bava sait nous surprendre pour nous éviter de tomber dans l'ennui ; comme dans cette scène extraordinaire où les cosmonautes morts sortent de leur tombe de métal et arrachent leurs housses de plastique au ralenti. Le mouvement de caméra devient là efficace et donne un effet qui vous scotche sur place. Ceci dit, l'intrigue aurait demandé un peu plus de consistance et nous restons quelque peu sur notre faim. Mais est-ce important ?


terrore nello spazio

Aussi "la Planète des Vampires" n'est pas le film du siècle, ni LE film de Mario Bava. Il n'en reste pas moins plaisant.
Il a ce petit côté attachant, que certains qualifieront de vieillot, d'autres de kitsch, bref, ce petit côté charmeur auquel je ne suis pas indifférente.
Le travail sur l'atmosphère et l'esthétique, la lumière et les couleurs, crée son petit effet et le rend particulier. Je défie quiconque de ne pas tomber sous le charme désuet de ce film de science fiction.
Et même si parfois quelques longueurs s'installent, car le film tourne plutôt au ralenti, Mario Bava nous les fait vite oublier en nous offrant de façon régulière quelques surprises plutôt succulentes.
Un film sans prétention à conseiller, juste pour le plaisir des yeux.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche