* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

hell night

hell night
Aka: une nuit en enfer

hell night

C'est une grande soirée aujourd'hui pour Jeff, Seth, Marty et Denise, car ils vont enfin pouvoir rejoindre la confrérie "Alpha Sigma Ro". Mais avant d'être totalement intégrés, les quatre jeunes gens devront s'acquitter d'une épreuve ultime et décisive : passer la nuit dans une maison maudite.
En effet, douze ans auparavant, un homme tua femme et enfants avant de se pendre dans cette maison lugubre. Pis : la famille vivait reclue et tout ce petit monde était un tantinet débile et/ou difforme.
Depuis une rumeur court : un des enfants aurait survécu et vivrait toujours quelque part dans la grande bâtisse.
Pour l'heure, les amis de la confrérie préparent de bonnes petites blagues pour les quatre "bleus", à base de hurlements, de déguisements et de squelettes en plastique dans les armoires...


une nuit en enfer

J'ai un a priori positif sur les films des années 80, particulièrement ceux du tout début de la décennie : ils gardent une relative candeur qui n'est pas pour me déplaire.
On sent bien, dès le début de "Hell Night", que nous ne seront pas devant un chef d'oeuvre de créativité mais plutôt devant un monument de candeur !
L'histoire de la fraternité, de la maison, de la famille qui hante les lieux... Tout cela n'est pas sans nous rappeler pas mal de poncifs du slasher.
Mais le cinéma de genre étant une histoire de codes, on ne peut pas tenir rigueur à monsieur Randy Feldman d'avoir écrit un scénario aussi mal ficelé. Car après tout, quelques films tiennent très bien leurs promesses avec des synopsis bien plus légers.


hell night

D'autant que nous avons au casting, parmi de nombreux acteurs dont on ne reverra les adorables frimousses que dans quelques séries américaines, Linda Blair.
Qui ça !?
Mais si... Linda Blair, la petite fille de "l'Exorciste" !!! Vous vous rappelez ? Le vomi vert et tout et tout !
Bon, c'est vrai qu'elle n'a jamais vraiment réitéré l'exploit et que sa carrière n'est pas un monument de réussite, mais c'est quand même tout un symbole. Allez, un a priori positif pour "Hell Night": si Linda Blair est dedans, ça pourrait être pas mal. D'ailleurs, les acteurs, s'ils sont franchement mauvais, y mettent du leur ; ce qui ne rend malheureusement pas le film plus intéressant.
Eh oui, il en faut des a-priori positifs pour supporter "Hell Night" !


une nuit en enfer

Car là où le film pêche, c'est surtout par sa réalisation molle, dirigée par Tom DeSimone.
Il faut dire que le monsieur vient du porno et que dans ce genre de films, le seul rythme véritablement important est celui des coups de reins. Bref, l'ensemble est extrêmement mollasson et sans saveur.
Par contre, les meurtres eux, sont d'une violence incroyable : non pas qu'ils soient insoutenables, gores, masochistes ou sadiques. Diantre non ! Généralement, on ne voit quasiment rien, et surtout pas de sang.
Par contre, la notion de suspense semble échapper à Mr DeSimone, d'où la relative impression de violence. Et on assiste à des meurtres aussi brutaux que courts.
Un exemple : un type est sur un toit. Il entend du bruit et va voir ce qu'il se passe. C'est rien. Il se retourne, et là quelque chose lui brise la nuque (Finish Him: 360° - Fatality - Extra Score).
That's all folks : deux minutes montre en main, suspense compris !


hell night

Notez que le processus aurait pu être intéressant, à condition de submerger la pellicule d'homicides tous plus violents les uns que les autres. Cela aurait pu créer une sorte de motif, une trame pour le film. C'était peut être beaucoup en demander...
Par contre, la scène finale de course-poursuite contre le monstre, elle, dure des plombes !
Au début, on se dit que "Hell Night" prend son temps pour installer un semblant d'histoire. Plus on avance, plus on se dit que se prépare un final gigantesque. Puis le film se termine au bout d'une éternité... et rien. Pas un seul moment agréable en souvenir, pas une bonne impression, si ce n'est (peut-être) la fulgurance des meurtres, seul détail surprenant dans la morosité ambiante.
Bref, "Hell Night" n'est pas à regarder la nuit, à moins d'avoir envie de passer "Une Nuit En Enfer".


maht

Affiche(s)

jaquetteposter