* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

fog (the)

fog (the)
Aka: le brouillard, fog, john carpenter's the fog

fog (the)

Il y a un siècle, le 21 avril, des marins de Antonio Bay ont trouvé la mort alors qu'ils étaient à bord de leur navire. Un épais brouillard avait mystérieusement recouvert les lieux. La légende effrayante racontée aux enfants d'Antonio Bay affirme que si ce brouillard revenait un jour, les morts allongés sous la mer referont surface pour assouvir leur vengeance...
Ce soir, le 21 avril, une grande cérémonie a lieu : Antonio Bay va célébrer la création de la ville.
Mais les habitants sont bien loin d'imaginer la malédiction qui pèse sur le village. Le père Malone a retrouvé dans les murs de son église le journal de son ancêtre qui explique que le naufrage est en réalité un crime déguisé, et que l'argent pillé sur le navire a servi à construire la ville... Il est noté sur ce journal qu'entre minuit et une heure, les morts outragés reviendront hanter les lieux, et reprendre ce qui leur est dû. Et avec eux... le brouillard !


le brouillard

J'adore ces histoires de marins décédés, qui remontent des flots, de cette mort qui frappe indifféremment hommes, femmes, enfants par vengeance, sans pitié aucune. Elles me rappellent "La Légende de la Mort" d'Anatole Le Braz qui m'étaient contées le soir avant de dormir, il y a quelques années. Ou encore l'effroyable "Chien des Baskerville"...
Et "The Fog" aurait très bien pu être tiré d'un de ces livres inquiétants... L'intrigue a cette âpre saveur des légendes d'Antan, de ces histoires horribles, racontées de père en fils au coin d'un feu...
Il n'y a pas que l'histoire qui m'a donné cette impression, "The Fog" aurait pu également se dérouler dans un vieux port de Bretagne ou dans une de ces contrées perdues du Dartmoor en Angleterre : les décors qui peuplent le film sont superbes, fabuleux et étranges. Ils rappellent ces lieux, qui sont habités la nuit par des fantômes.
La grande force de "The Fog" réside dans cette atmosphère si particulière qui envahit l'écran. La pénombre, le brouillard, l'humidité, la mer en apparence calme, les jeux de lumières venant du phare, les sons étouffés... tout contribue à créer cette ambiance si particulière que nous retrouvons dans les allées brumeuses de ces terres de légende.
Le décor fait bien partie intégrante de l'intrigue et s'applique à nous faire frissonner.


fog (the)

Ainsi notre adepte du film d'horreur, qui a réalisé "Christine", "The Thing" ou encore "Halloween", reste fidèle à ses obsessions. : les choses, les éléments, le brouillard peuvent se retourner contre nous. L'impalpable nous veut du mal, ou plutôt veut du mal à ces pauvres marins et habitants qui n'ont rien fait, mais qui vont payer pour leurs ancêtres. Impossible de se battre contre une voiture hantée, comme d'en découdre avec un brouillard. Celui-ci vous entoure et libère ses ombres assassines.
Et le couperet tombe net, sec et sans émotion.
On reconnaît d'ailleurs bien là la touche de Carpenter : les meurtres sont rapides mais efficaces. Inutile d'en montrer trop, il suffit de bien préparer le spectateur. Ce qui est surprenant c'est qu'il utilise toujours le même effet qui fonctionne à merveille à chaque fois : un ombre martelle des coups de faux ou de pics contre la porte, toc toc toc toc. La victime vient innocemment ouvrir la porte. L'ombre lui plante un pic dans l'oeil ou dans le dos, c'est selon... Pas de surprise, donc, pas de sursaut, mais l'effet est bien là.
Ainsi nous avons droit à quelques petits meurtres vite faits bien faits, tout à fait appréciables pour les meurtrophiles que nous sommes.


le brouillard

Les fantômes sont aussi intéressants. Carpenter fait le choix judicieux de ne pas réellement les dévoiler. Là encore le son vient ajouter son effet : ils se déplacent doucement, aucune respiration, aucun souffle ne sort de leur bouche, mais chacun de leur pas est comme chargé d'eau... le floc floc floc incessant et pesant vient donc s'ajouter au toc toc toc de leurs armes contre les portes.
Ils ne sont pas sans rappeler les anciens fantômes des années 70 comme les "blind deads" d'"El buque Maldito" ou de la "la noche del terror ciego". Ils ont ce petit côté poussiéreux et vieillot, de morts venant de loin que j'apprécie (quel intérêt d'intégrer des effets futuristes à un mort qui est censé venir du passé ? Ceci dit, là n'est pas le propos).
Reste que les personnages sont un peu légers et comme laissés à l'abandon. Il semble que Carpenter n'ait pas beaucoup travaillé la texture de ses protagonistes, préférant s'attarder sur les morts et l'atmosphère. Ce qui est dommage. J'ai été un peu frustrée par le rôle de Stevie Wayne, l'animatrice Radio, qui est basée dans le phare et donc voit le brouillard envahir la ville de loin. Elle est censée guider les habitants, les mettre en garde. Mais son personnage tombe à plat, elle ne contribue ni au rythme ni à l'angoisse. Elle passe de vieux vinyles vieillots et criards en se la jouant sensuelle, et son show frôle parfois le grostesque.
Elle n'a rien à voir avec "Super Soul", l'impressionnant animateur de Radio de "Vanishing Point", personnage d'une grande profondeur et surtout d'une grande utilité. (et n'a assurément pas non plus la même exigence de qualité musicale...)
Pourquoi Carpenter n'a t il pas jugé bon d'étoffer ce personnage et d'en tirer avantage ?


fog (the)

Nous avons là, donc, un agréable petit Carpenter, assurément bien fait, efficace, dont l'esthétique et l'atmosphère sont tout à fait intéressantes. Dans "the Fog", il n'y a pas d'effets spéciaux à vous couper le souffle et c'est tant mieux !
Carpenter nous dévoile une histoire de fantômes qui aurait pu venir d'un Edgar Poe ou d'une légende liée à l'Ankou.
Un conte à l'ancienne qui s'avère être plutôt attrayant de par son traitement, même pour le public du XXIème siècle. Reste que certains côtés du film auraient demandé à être travaillés pour en faire LE film de la décennie... car l'histoire reste simple, les personnages peu intéressants et Carpenter aurait pu y ajouter un peu plus de profondeur... dommage.
Ceci dit, "The Fog" s'en tire bien, il reste tout à fait honorable dans son genre et je ne peux que vous le conseiller !


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche