* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

secrets of sex

secrets of sex
Aka: bizarre, erotic tales from mummy's tomb, tales of the bizarre

secrets of sex

Difficile de résumer "Secrets Of Sex"... Le concept ressemble un peu à celui des célèbres "Tales from the Crypt" : un narrateur décédé et décrépi, ici une momie, raconte des histoires plutôt croustillantes. Le film est composé de plusieurs sketches commentés au début et à la fin par notre narrateur d'Outre tombe. Celui-ci a lui même, bien entendu, vécu une mort lente et douloureuse : cet amoureux transi du siècle passé a été enterré vivant puis momifié.
Toujours est-il que cette mort légitime le fait qu'il puisse nous raconter ces petites histoires assez savoureuses, peuplées de jeunes filles et de jeunes garçons frais et nus, histoires qui traitent de "la bataille des sexes".
Et oui, c'est bien connu, les hommes et les femmes sont attirés sexuellement, c'est un fait indéniable. Mais parallèlement à cette attirance physique, il existe un sentiment de répulsion... Et nos petits personnages nus de "Secrets of Sex" sont emplis de pulsions de tout ordre (n'est ce pas monsieur Freud ?) : domination, perversité, vice, violence, et même zoophilie...


bizarre

Mais ne vous inquiétez pas, même si "Bizarre" est plus un film de sexploitation qu'un film d'horreur, il reste très soft.
Il tourne autour du sexe et de nombreuses scènes érotiques y sont présentes, dans lesquelles on peut même apercevoir des sexes d'homme. Mais l'ensemble reste frais et assez naïf pour ne pas tomber dans le malsain.
Certes "Secrets Of Sex" a été rejeté à sa sortie. Et le moindre qu'on puisse dire c'est que pour son époque, celui-ci est plutôt subversif. Mais le spectateur du XXIème siècle, habitué (malheureusement?) à un cinéma qui montre tout, un cinéma plus que grossier parfois, n'y verra là que fraîcheur, plaisirs innocents et amusements de la jeunesse des années 70. Le ton est inconditionnellement bon enfant, ainsi que les scènes "d'horreur".
Et d'ailleurs, "Bizarre" fait rêver par sa naïveté touchante et sa nudité omni-présente... S'agirait il réellement du "Paradis Perdu" comme le note l'épitaphe au début du film ?


secrets of sex

Alors, certains diront que ces successions de sketches qui n'ont pas réellement de rapports entre eux, si ce n'est le sexe, sont ennuyeux, fourres tout, niais, peu profonds, anecdotiques, qu'il s'agit là d'une accumulation d'histoires sans queue ni tête.
Moi je pense au contraire, qu'ils ne sont pas si niais que cela. Le décalage entre les uns et les autres est même très intéressant. Antoni Balch mélange avec un certain talent les genres, passant du sérieux, au mélodrame, au sketche humoristique, au romantisme au XIXème et sa douce mélancolie. Et il en profite par là meme pour faire plusieurs clins d'oeil dans le traitement cinématographique à ses prédécesseurs : mettant à la fois une scène du cinéma muet dans années 20, une scène de film d'espion des années 60, une scène ressemblant terriblement aux films de la Hammer, des passages filmiques ressemblants à des sortes de "cut up" répétés en leitmotiv, des scènes psychédéliques hautes en couleur et solarisées, etc.
Évidemment, le tout est insolite, inattendu. Et même "bizarre", comme le titre américain le dit si bien. Mais il est aussi extrêmement agréable à voir, divertissant, plaisant et déroutant. Et c'est là la force de "Secrets Of Sex", on ne s'ennuie jamais, du fait de ces changements réguliers de styles et de rythmes.


bizarre

Mais je me rends compte que j'ai beaucoup parlé de l'atmosphère, de l'aspect déconcertant du film, mais pas du tout des petits scénarios. Ils sont là aussi plutôt savoureux.
Prenons par exemple le premier sketche : Coup d'arrêt sur une photographe et son assistante qui sont censées faire des clichés d'un jeune homme torturé... après avoir longuement filmé ce bel Apollon fier de son corps en train de s'habiller pour l'occasion, celui ci est accroché au dessus d'une lame coupante, abandonné là par les deux femmes qui vont se manger un steack bien saignant au restaurant. Lorsqu'elles reviennent le modèle est "parfait" pour la photo, empalé sur la lame. Au delà du côté divertissant de ce premier opus qui peut se regarder au premier degré, il apporte une réfléxion sur les déviances de l'art.
D'ailleurs plusieurs scènes m'ont rappelé les plaisantes nouvelles des Diaboliques de Barbey d'Aurevilly, dans le traitement romantique, insolite et décadent de la "guerre des sexes".


secrets of sex

Aussi vous l'avez compris, "Secrets Of Sex" a illuminé la soirée de votre rédactrice !
Ce petit budget, insolite, sans prétention est d'une fraîcheur et d'une légèreté appréciable... et ce même lors de la scène finale où les filles et les garçons déposent les armes pour s'adonner aux plaisirs du corps en groupe ! (Une Happy End ?).
Ces couples qui se jettent nus dans le foin, ces jeunes filles qui s'effeuillent à longueur de pellicule, ces jeunes gens qui prennent des douches en gardant leurs culottes, de jeunes espionnes collectionnées et enfermées dans un coffre fort... contribuent à rendre le spectateur de bonne humeur. Oserais je dire : à le rendre heureux ? L'espace d'un instant ? En tout cas, une chose est sure : il met en joie et nous rend gais.
Par ailleurs l'érotisme soft, cumulé à un perpétuel mélange des genres et des tons donne un aspect singulier à "Bizarre".
Il a un air de déjà vu, du fait de ses multiples clins d'oeils aux cinémas le précédant, et de jamais vu, de par son traitement original.
Antony Balch ne déstabilise pas réellement, mais il surprend par son imaginaire particulier, sa créativité et son humour décalé.
Il nous plonge dans un imaginaire à la fois fantasmé et psychédélique, une espèce de "Paradis Perdu" soyeux et agréable qu'on a du mal à quitter.
Bref, "Secrets Of Sex" a son propre univers dans lequel il vous entraîne - ou pas - et c'est assez appréciable pour que je lui mette un B +.


bloodyjane