* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

from beyond the grave

from beyond the grave
Aka: frissons d'outre-tombe, les mystères d'outre-tombe, tales from beyond the grave, tales from the beyond, creatures from beyond the grav, the undead

from beyond the grave

"From beyond the Grave"est l'un de ces films d'horreur à sketches classiques qui se sont développés pendant les années 60 et 70. Ici le lien central est la petite boutique de Peter Cushing, boutique d'antiquités poussiéreuses, bien entendu chargé d'objets lugubres, squelettes, cercueils, armures en tout genre et repère incontesté d'araignées tisseuses de grandes et longues toiles...
Chaque sketch débute après l'achat d'un objet et se termine sur un fondu enchaîné de l'enseigne.
Rapidement, dans le premier sketch, il est question de miroir dans lequel un esprit malfaisant est prisonnier. Le deuxième met en scène un pauvre type malheureux en ménage, qui cherche à s'attribuer les mérites d'un ancien combattant en volant une médaille d'honneur de la guerre. Il n'arrive qu'à trouver une épouse démoniaque et une mort certaine. Dans le troisième, un homme achète une petite boîte dans lequel se cache un homoncule diabolique, qui causera également sa perte. Puis Kevin Connor choisira de terminer sa saga sur le thème de la porte qui ouvre des espaces cachés, inconnus et bien entendu maléfiques.


frissons d'outre-tombe

Rien de bien nouveau sous le soleil me direz-vous ! Il semble que Kevin Connor n'ait pas fait le choix de l'originalité des scénarios. Il use allègrement des bons vieux clichés de l'épouvante que l'on retrouve en général dans les films de ce type, ou dans les productions Hammer.
Et après tout ? Si ça fonctionne ? Pourquoi s'en priver ?
De toute façon, nous n'avons pas là le film du siècle, et tout le monde le sait dès la première minute. Ceci dit, ce n'est pas non plus un mauvais film. Il joue tout simplement le rôle premier de toute réalisation cinématographique : il divertit le spectateur.


from beyond the grave

En effet, "From Beyond the Grave" est plutôt bien réalisé, le choix de jouer la carte de l'esthétisme est présent, comme le veut la tradition. La photographie est donc agréable à l'oeil, ça et là, quelques touches de couleur, des filtres bleus, et le tour est joué. Le tout est bien dosé.
Les acteurs jouent parfaitement bien leur rôle, et notre Peter Cushing, à lui seul, finit d'en imposer à notre écran. Les autres acteurs sont aussi plutôt charismatiques et bons comédiens.
D'ailleurs... la question qu'on se pose le long du film : vous achèteriez vous un objet à Peter Cushing ??? Pire... vous essayeriez de le voler ?
Parce que là est le souci. Non seulement nos petits personnages convoitent des objets maléfiques, mais en plus, ils usent des pires vices pour les avoir moins chers, voire gratuitement ! Tss tsss, ce n'est pas bon de tromper son prochain !
Et qui aime bien châtie bien. Voilà nos bonshommes bien punis de leurs méfaits.


frissons d'outre-tombe

Et c'est sur ce fond de moralité à la Jean de la Fontaine que les sketches se déroulent un à un devant nos yeux.
D'ailleurs ça n'est pas si mal... ça permet à la spectatrice que je suis de laisser aller mon côté sadique et cruel, avec bonne conscience... dans ces conditions, il est facile de se dire, bien fait pour lui ! J'espère qu'il va le payer cher.
Ceci dit, le tout reste bien gentillet. Pas de meurtre horrible, pas de violence gratuite, juste de la suggestion et de la punition bien méritée. C'est d'ailleurs bien dommage, mais c'est dans cet esprit un peu désuet des anciens films où a joué notre célèbre chasseur de vampire vieillissant, Peter Cushing.
Le réalisateur mélange subtilement horreur, humour, suspense, drame, avec savoir faire, en mettant les moyens nécessaires. Les effets spéciaux ne sont pas ridicules, même s'ils ne produisent plus l'effet attendu.


from beyond the grave

Ainsi, "Frissons d'Outre Tombe" peut être regardé en famille, tranquillement juste pour passer un petit moment. Malgré le titre français, vous n'aurez pas le frisson, quoi que... la jeune femme du deuxième sketch est plutôt impressionnante de par son charme glacial...
Bref, "From Beyond the Grave" est plutôt classique, dans la veine des anciens Hammer : propre, esthétiquement beau, emprunt de valeurs et de moral, distrayant. Il joue avec les anciens clichés de l'épouvante du XIXème siècle (Edgar Allan Poe) et n'amène rien de nouveau.
Et s'il se regarde si aisément, s'il divertit correctement malgré son manque d'originalité, c'est surtout grâce à sa forme que j'apprécie tout particulièrement pour sa légéreté. La succession de petites histoires s'avère croustillante et amusante, et le rythme est bien mesuré.
Un film à voir lorsqu'on a une heure 30 à perdre !


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposter