* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

big bird cage (the)

big bird cage (the)
Aka: la prison des sévices, women's penitentiary ii

big bird cage (the)

Au fin fond d'une jungle philippine, les détenues d'une prison de petites friponnes décident de se révolter. Le directeur des lieux, qui affectionne la théorie de la réhabilitation par le travail (récolte de noix de coco et de jus de canne à sucre), va tenter de s'interposer en les punissant sévèrement et parfois injustement. Pas très loin de l'ignoble lieu de détention un groupe de révolutionnaires à la petite semaine pense que, avant La Revolución, il est préférable de commencer, juste pour se faire la main, par envahir la prison afin de s' accaparer les jeunes femmes. Voilà l'histoire de "The Big Bird Cage", enfin à quelque chose près.


la prison des sévices

Si vous avez aimé "Big Doll House", c'est bien et c'est déjà un bon départ pour apprécier "The Big Bird Cage". Si d'autre part vous avez aimé "Women in Cages", alors vous pouvez désormais affirmer, en famille, à l'école, au travail, à votre maison de retraite ou simplement à votre petit(e) ami(e) que vous aimez le genre "Femmes en Prison" ou "Femmes en Cage". Votre gout pour le Septième Art est dès lors complètement assumé, et vous n'hésiterez plus, même en public, à mépriser "Papillon", "Luke la Main Froide", "La Grande Évasion" ou autre ouvrage du même genre.
Seulement, toute chose a son prix, et pour atteindre l'état mental capable d'accepter de dire "putain, ça c'est du cinéma!" (ou quelque chose d'approchant, selon votre catégorie sociale, votre niveau d'éducation, la puissance de votre surmoi, etc.), il faudra aussi accepter que ce qui domine en vous c'est la partie la plus basse, la plus vile, c'est-à-dire la moins raffinée de votre âme, c'est-à-dire celle que l'on préfère sur Also-Known-As.
Cependant n'imaginez pas que le film ne s'adresse qu'à cette partie de votre âme! Car il y a aussi une dimension politique qui doit préoccuper la part citoyenne qui est en nous. En effet, la détenue que l'on suit le plus, Terry (Anitra Ford) n'est pas très bien vue par ses codétenues parce qu'elle couche avec le Premier ministre; et elle fait cela non pas pour le plaisir ni pour l'argent, mais à des fins proprement politiques! L'une des sauvageonnes ne dit-elle pas : "Alors elle n'est pas une pute, elle est une politisée". Bref, il y a de quoi chambouler une fois pour toute notre conception du monde.


big bird cage (the)

Dans cette prison de femmes, il y a des femmes, des gardiens homosexuels et un directeur sadique. Voilà, c'est tout. Bon, on peut préciser un peu plus. Les femmes sont belles (ou censées l'être) et parmi elles, on a la salope, la lesbienne et la balance. Vous pourriez me dire qu'une seule femme peut incarner ces trois tendances, et vous n'auriez pas tort, mais dans The Big Bird Cage, ce n'est pas le cas, chacune des filles a un et un seul rôle précis à jouer.
En ce qui concerne les hommes, ce n'est pas non plus très folichon: on a Django, c'est-à-dire le pseudo révolutionnaire, les deux gardiens ventrus et homosexuels et le directeur. Ce dernier, même s'il crie dans tous les sens, ordonne des choses pas gentilles et donne quelques coups de cravache, il ne fera peur à personne. Sa passion à lui, c'est la foreuse pour la canne à sucre, qu'il a dessinée lui-même. Mais il a le pouvoir et la cravache, alors on baisse l'échine. Mais, tout de même, et je crois que l'acteur est convaincant, on peut être impressionné par le révolutionnaire jouisseur ET amoureux de Grear (qui n'est autre que Pam Grier!!). Il joue bien, il semble vraiment s'amuser, autant quand il joue l'étalon que la tapette pour s'infiltrer dans la prison. Grear l'aime et lui pardonne ses écarts, non sans, auparavant, lui en avoir fait baver. Mais on comprend qu'elle lui pardonne car il est plutôt irrésistible ; et on comprend qu'il revient toujours vers elle, car elle est irrésistible.


la prison des sévices

En attendant la révolution, il faut s'amuser. Voilà pourquoi le petit groupe de révolutionnaires décide d'aller libérer les prisonnières. Du coup, l'ambiance du film est plutôt détendue et l'on s'amuse avec les thèmes de films de prison. Par exemple, quand il s'agit de prisonniers mâles, il est fort naturel de les voir souffrir d'abstinence sexuelle et de l'exprimer ouvertement ; dans "The Big Bird Cage", ce sont les femmes qui se comportent ainsi. D'où par exemple une scène, cocasse, du viol du gardien homosexuel. D'où la scène rigolote dans laquelle une femme, dans le dortoir, habillée en pyjama d'homme, a tendance à se gratter les couilles devant tout le monde (je vous rappelle qu'un chat est un chat). Le prisonnier mâle cherche aussi à se soûler, donc il ne faudra pas s'étonner qu'il en soit de même chez nos sauvageonnes : une des jeunes femmes vole une bouteille d'alcool à 90%, et la fête peut commencer.
Le film est assez généreux en scènes sympathiques ; le film n'est jamais malsain, les filles nues restent pudiques mais laissent entrevoir suffisamment pour que l'on soit de bonne humeur.


big bird cage (the)

On peut trouver ce genre de film un peu douteux. C'est dommage, car vraiment, si l'on se détend et si l'on prend les choses comme elles sont, on passe un bon moment. Le film est bien fait, il ne se prend pas au sérieux, et les acteurs semblent s'amuser. Alors ne boudez pas ce genre de film, regardez le en famille, un dimanche après-midi. Buvez un thé à la bergamote pendant, les jambes croisées sur un canapé confortable et vous verrez que l'on peut rester digne devant un tel film. Vous pouvez aussi, comme je l'ai fait, le regarder très tôt le matin, c'est une bonne et originale manière de commencer la journée.


orribile rene

Affiche(s)

jaquette