* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

bug

bug
Aka: les insectes de feu

bug

Dans un petit village de Californie, un tremblement de terre important a ouvert une faille profonde dans la terre.... Depuis, nombres d'incendies inexpliqués (notamment d'incendies de voitures) ont lieu, provoquant des morts.
Et les incendiaires sont plutôt inhabituels : en effet, ce sont des espèces de blattes géantes, sorties de l'antre de la terre, qui créent des étincelles en provoquant des décharges électriques.
Le professeur James Parmiter est interpelé par un jeune garçon pour étudier ces bestioles atypiques. Notre scientifique se prend au jeu, soucieux de relever le défi de comprendre le pourquoi d'une telle mutation.
Alors que les bestioles provoquent la panique et sèment le désastre, James Parmiter se prend de passion pour l'étude de ces petites choses. Il se livre à une véritable enquête scientifique, soucieux de mettre à jour la cause de cette mutation. Il effectue également des expériences en les accouplant avec des cafards... Il comprend vite qu'elles se nourrissent de cendres, mais il est bien loin d'imaginer toutes les capacités de celles-ci et l'enfer dans lequel elles vont l'entraîner...


les insectes de feu

Voici un petit film d'horreur bien calé dans son époque, exploitant le filon des insectes dangereux et vengeurs, venus d'on ne sait où.
"Les insectes de feu" n'est pas très original de par son sujet. L'histoire semble peu attrayante d'un prime abord : des blattes qui mettent le feu à des moteurs de voiture, ce n'est pas très engageant. Ceci dit, il arrive pourtant à se défendre parmi les nombreux films d''animals attacks" de son époque et au final, il sort même du lot.
Tout d'abord, parce que le parti pris est plutôt singulier et bien avenu. Plutôt que de focaliser sur les bestioles et leurs incendies, Jeannot Szwarc prend rapidement une autre direction scénaristique : Il se recentre sur la hargne et la volonté du scientifique à élucider le mystère de cette mutation.
Et c'est plutôt l'histoire de ce mec passionné et des misères que vont lui faire les bestioles qu'il va relater.


bug

En effet, peu à peu, le professeur James Parmiter va se laisser "bouffer", au sens symbolique du terme, par ces créatures.
Celles-ci, ou plutôt l'intérêt qu'il leur porte, vont causer sa perte. Après la mort de sa femme, brûlée par les blattes, il va complètement s'isoler et mettre sa vie entre parenthèse pour ne finir par vivre que pour elles.
Petit à petit l'atmosphère devient étouffante, avec l'enfermement de notre héros. La lumière change également, et le film devient aussi sombre que la pièce dans laquelle le professeur tourne en rond, aussi sombre et sale que sa barbe grandissante.
Nous assistons réellement autant par les effets cinématographiques que par la progression de l'intrigue à la déchéance complète du personnage, littéralement dévoré par sa passion.


les insectes de feu

Ainsi, une histoire qui pourrait rapidement tomber dans le ridicule devient au final plutôt intéressante. Même si le tout est peu rythmé, le spectateur est tenu en haleine par la progression de l'histoire, qui finira d'ailleurs de manière tout à fait explosive et hallucinante.
Et tout au long de "Bug", le réalisateur réussit son challenge : il est sur le fil du rasoir, à deux pas de sombrer dans le ridicule, mais il garde intact l'intérêt du spectateur et en ressort indemne.
Il faut dire également que la réalisation est plutôt bien ficelée, nous n'avons pas affaire à un amateur... le casting est correct, la bande son électronique convient et s'imbrique parfaitement à l'image, les effets spéciaux sont honorables...
Bref, il n'y a aucune faute de goût. Le seul reproche qu'on pourrait lui faire (et encore...) est qu'il a un peu vieilli.
Et même les petites incohérences scénaristiques - comme par exemple le fait que les autorités publiques ne cherchent pas la cause de ces incendies dévastateurs- n'entachent pas réellement l'impression globale que procure "Les insectes de Feu".


bug

Aussi, "Bug" n'est pas, certes, la perle des "films d'insectes qui tuent", mais il se détache plutôt bien de ses nombreux concurrents.
Jeannot Szwarc réalise le pari de faire un film d'horreur classique, sans réelle prétention, mais divertissant et qui a son intérêt.
Une ambiance singulière, un rythme particulier, une réalisation plutôt bien ficelée, quelques effets spéciaux, une vision atypique suffisent à rendre ce film assez intriguant pour qu'on ait envie d'en voir la fin.
N'hésitez donc pas à visionner "Les Insectes de Feu", si vous le pouvez, seul ou à plusieurs, vous passerez une bonne soirée en compagnie de James et de ses blattes brûlantes...


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposter