* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

baby blood

baby blood
Aka: the evil within

baby blood

Yanka est une jeune fille qui travaille dans un cirque itinérant, sous la houlette de Lohman, un gérant tyrannique et sadique. (un peu comme moi à AKA)
Lohamn est ravi de recevoir un nouveau félin, une panthère, pour épater la foule et ainsi gagner au passage un bon paquet d'argent. Seulement voilà : la bête meurt le soir même ! Il la retrouve littéralement explosée dans sa cage, sans explication plausible. Il en est en fait sorti une sorte de gros ver qui s'est introduit dans Yanka - par un orifice tout ce qu'il y a de plus naturel.
La jeune femme découvre quelques semaines plus tard qu'elle est enceinte, et préfère s'enfuir avant que Lohman ne décèle la vérité et ne le lui fasse violemment payer... C'est sans compter sur la ténacité du monsieur, qui va tout faire pour la retrouver !
Mais petit à petit, Yanka se rend compte qu'elle entend une voix. Et cette voix a besoin de nourriture pour grandir. Plus exactement........ DE SANG !


the evil within

"Baby Blood" est un des premiers films français à avoir tapé dans le gore au sens stricte du terme, et rien que pour cela, il mérite d'être visionné. D'autant qu'il réussit assez bien son pari de faire un vrai film gore, au sens grand-guignolesque, dans un cadre totalement français - voir franchouillard.
C'est d'autant plus surprenant que le titre du film est anglais, ce qui pourrait laisser à penser que le film aurait été fait "à la manière..." des américains .
Mais non : "Baby Blood" a le courage de placer l'action en pleine France provinciale, et on peut voir les qualités dont regorge notre territoire - et ses caractéristiques si profondes - pour le genre de l'horreur.
Ce si beau et si inquiétant paysage français qui a toujours été largement abandonné par le cinéma français d'horreur - à part par Jean Rollin.
Après tout, le beauf à la française, les paysans de nos campagnes ne sont-ils pas aussi efficaces pour inquiéter que les dégénérés de l'Ohio ou les redneck du Texas ???


baby blood

Qui dit gore dit hectolitres d'hémoglobine, et de ce côté là, "Baby Blood" nous gâte. Beaucoup de sang donc, graduellement dispersé, des scènes un peu cra-cra et des maquillages pas mal foutus, même dans ce qui est le moins évident, c'est à dire les monstres en plastique gluants.
Les effets spéciaux sont même de très bonne facture pour ce type de production.
Au niveau scénario, le film fait dans le relativement classique : la mère est entre amour et haine pour son avorton goguenard, à la fois heureuse d'engendrer et révulsée par le monstre qu'elle porte. Monstre qui lui fait boire du sang pour survivre tout de même ! (signe des temps : une scène montrant Yanka enceinte se " mettre minable " au vin rouge lors d'un dîner galant se révèle plus inquiétant que de la voir boire le sang de ses victimes... On ne sait jamais, le petit monstre pourrait souffrir de syndrome d'alcoolisation foetal ! So chocking !).
Notons que si le casting est largement à la hauteur (pas mal de petits rôles pour des stars montantes de l'époque - Lafesse, Chabat), l'interprétation n'est pas toujours au top. De même, le choix de la voix du monstre, (Alain Robak lui même, le réalisateur) n'est pas des plus évidents...
De même, la mise en scène n'est pas toujours des plus habiles... et on sent bien que parfois le film aimerait tomber dans une comédie un peu plus potache : la mort d'Alain Chabat et de Jean-Francois Gallotte sont à cet effet un peu "too much".
Grand bien lui prend de ne pas avoir choisi cette voix en totalité, ce qui aurait ruiné pas mal des effets du film.


the evil within

On ne compte pas les films qui ont traité de la maternité pour en faire des films d'horreurs : "The Brood", "Rosemary's Baby", ou "It's Alive" en sont des exemples bien connu.
Pourtant, si on doit comparer "Baby Blood" à un film, c'est à une production à priori totalement différente : le fabuleux "Baxter", de Jérome Boivin. La comparaison est d'autant plus aisée que Baxter, l'acteur canin à poils courts, fait un caméo dans "Baby Blood" - même s'il ne fait que faire popo dans la rue.
Mais... "Baxter" est un film d'horreur psychologique, quasiment d'épouvante mentale, qui se positionne assez loin du film gore réalisé par Alain Robak. Alors comment ces deux films peuvent-ils avoir une parenté, volontaire ou non ?
Hé bien parce qu'ils partagent une époque significative, la fin des années 80, et donc un background historique. Mieux, tout laisse à penser que les deux réalisateurs se connaissent : Robak apparaît brièvement dans le film "Confessions d'un barjot" de Boivin ; Jacques Audiard, le scénariste des deux films de Boivin tient un petit rôle dans "Baby Blood""... Enfin ces deux films sont produits par Ariel Zeitoun.
Mieux encore, les deux films partagent un procédé commun : ils donnent la parole à un être qui en est exempt - voir étranger - et lui offre le loisir de commenter le monde dans lequel nous vivons...


baby blood

On peut donc en déduire que les deux films partagent des points communs, tout au moins des références communes, voir des envies. Mais le résultat final est sensiblement différent... Totalement différent même !
Quand "Baxter" se sert de la voix du chien pour positionner un monologue naturaliste (ou nihiliste) au coeur de l'histoire, "Baby Blood" lui, utilise le dialogue foetus/mère pour instaurer un semblant de comédie - hésitant entre le second et le x-ième degré - et préfère placer l'horreur démonstrative au coeur de son histoire.
Quand Baxter parle des Hommes en général, "Baby Blood" se concentre sur les hommes, uniquement ceux qui ont une zigounette. De fait, le discours est sensiblement moins intelligible et intéressant, car orienté.
Quand Baxter se positionne plus comme un film de cinéma francais (horreur psychologique, verbeux et tout et tout), "Baby Blood" se positionne comme un pur film de genre, à l'américaine, mais avec une iconographie et un cadre typiquement français.
Quoi qu'il en soit, "Baby Blood" est un petit film sympathique, qui aurait pu ouvrir une voie au cinéma d'horreur, dans le sens "b-movie", à la française. Malheureusement, le film fut assez mal reçu à sa sortie, et il n'en fut rien!
Alors il mérite bien qu'on aille y jeter un petit coup d'oeil ! Juste pour le plaisir !


maht

Affiche(s)

jaquetteposter