* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

emanuelle e gli ultimi cannibali

emanuelle e gli ultimi cannibali
Aka: emanuelle and the last cannibals, emanuelle's amazon adventure, trap them and kill them, bloody track, emanuelle chez les cannibales, emanuelle prisonnière des cannibales, viol sous les tropiques

emanuelle e gli ultimi cannibali

"Emanuelle et les Cannibales", comme son nom l'indique, est un mélange d'érotisme et d'horreur. Emanuelle, le personnage sexy très connu, se rend dans un hôpital psychiatrique afin de faire un reportage sur les fous. Pendant son séjour, elle tombe sur un scoop : une jeune patiente dévore le sein d'une infirmière. La jeune fille porte un étrange tatouage sur le ventre qui serait en rapport avec la mythologie de certaines tribus anthropophages.
Curieuse et téméraire, Emanuelle décide de poursuivre l'enquête et part en Amazonie, accompagnée d'un spécialiste es cannibalisme, et occasionnellement es sexe...
Ils seront rejoints par d'autres aventuriers et mettront en commun leurs efforts pour contrer la jungle hostile. Tout ce beau monde va vivre une expédition qui se veut exotique, érotique et effrayante...


emanuelle and the last cannibals

Le début est prometteur, on y trouve de l'action et du dynamisme, les événements s'enchaînent rapidement. En effet, Emanuelle, infiltrée dans l'asile, prend des photos des résidents avec un appareil camouflé dans une poupée. Puis tout à coup, scène choc : des hurlements et l'infirmière apparaît dévêtue et ensanglantée.
Malheureusement, l'impression ne dure que quelques minutes, puisqu'on tombe vite dans des scènes d'amour banales, comme en sont remplis les dimanches soirs de M6. On se retrouve rapidement avec les clichés décousus des films érotiques de Joe D'Amato et bien d'autres. Ils se situent d'ailleurs tous dans la première moitié du film. Et cela ne s'arrange pas au fil de l'histoire, entre l'utilisation vaseuse d'images d'archives d'alligators et autres serpents, le singe rigolo, le porteur noir, la nonne qui veut rejoindre sa mission...


emanuelle e gli ultimi cannibali

Même les scènes gores, concentrés dans la deuxième moitié du film, sont entendues. Elles sont malsaines, voire nauséabondes. Sous couverts de nous montrer des rites servant à développer la fertilité, nous voyons des cannibales découper longuement des sexes ou des tétons. Contrairement aux effets gores d'autres réalisateurs (H. G. Lewis...), ceux que d'Amato utilisent sont loin d'être bon enfant. Ces excès de perversité peuvent plaire à certains, personnellement nous n'en sommes pas fan.
A cela s'ajoute quelques scènes douteuses : l'abus sexuel opéré par Emanuelle sur la patiente de l'hôpital psychiatrique, le viol collectif des anthropophages...


emanuelle and the last cannibals

Et si Joe d'Amato est un bon technicien, il a du mal à quitter les nus sur fond de coucher de soleil et autres flous vaporeux. Le résultat est lisse, d'une platitude intense, sans charme particulier. A l'érotisme et au vaporeux succède le gore et le pervers, donnant un effet d'empilement au tout.
Même la jolie indonésienne Laura Gemser ne réhausse pas le niveau. Bien qu'étant l'héroïne principale de la série des Black Emanuelle, son personnage reste trop discret, il manque de charisme et n'est mis en valeur que pour des scènes érotiques.


emanuelle e gli ultimi cannibali

Pour finir, cette soi disant histoire vraie manque franchement de saveur. Même la dernière parole d'Emanuelle considérant la vacuité de cette aventure macabre et "philosophant" sur le journalisme nous a fait à peine sourire.
"Viol Sous Les Tropiques" pourrait être comparé à un autre film, à peine meilleur, de Sergio Martino : "La Montagne Du Dieu Cannibale". Ce dernier malgré ses nombreuses imperfections, a plus de charme que cet énième d'Amato, qui finalement reste un film plat, sans odeur, sans couleur et sans saveur.
Pour les fans d'Emanuelle uniquement.


maht & bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche