* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

2019 - dopo la caduta di new york

2019 - dopo la caduta di new york
Aka: 2019 après la chute de new york, 2019 : after the fall of new york, after the fall of new york

2019 - dopo la caduta di new york

Comme l'indique le titre du film, "2019 Après La Chute de New York" se situe dans le futur, en 2019. Bien entendu, comme on pouvait s'y attendre, une bombe atomique est tombée sur cette belle et grande Amérique, créant horreur, répression, désolation et dévastation.
C'est vraiment pas de chance.
Et, bien entendu, les hommes qui ont survécu ne vont pas prendre la leçon des erreurs du passé... que nenni ! Tenter de recréer un monde meilleur serait vain, ils préfèrent semer à nouveau la terreur. D'autant qu'aucune femme ne peut plus enfanter car elles sont toutes stériles à cause de la bombe.
Donc les femmes ne servent plus à rien. Juste à contenter les hommes forts et virils, à qui elles sont régulièrement offertes en cadeau, avec droit de vie ou de mort. Pas facile d'être femme en 2019 !
Mais voilà. Paraîtrait-il qu'il resterait une seule et unique femme capable d'enfanter.
Je vous le donne en mille, un merveilleux héros répondant au doux nom de Parsifal, aux allures de gladiateur sauvage et tendre à la fois, ruban dans les cheveux, peau de bête sur le dos, va être missionné pour retrouver cette perle rare.


2019 après la chute de new york

Voici un vrai post-nuke, comme l'ont su le faire les braves réalisateurs des "eighties", un post-nuke en bonne et due forme, comme on les aime (et surtout comme les aime Maht) sur AKA.
Un vrai de vrai, tout comme "Anno 2020 - I gladiatori Del Futuro" ou encore "Wheels Of Fire" avec des voitures équipées d'armes insolites, des bandes de pseudo punks hargneux, des scènes de bagarres et des filles à grosses poitrines...
Quoi que, dans "2019 après la chute de New York", j'avoue que le réalisateur a été plutôt light sur les attributs féminins et a préféré mettre en valeur des filles masculines, à têtes rasées et maquillées fort vilainement. Faut dire aussi qu'elles ne sont plus fertiles ces donzelles, donc à quoi bon mettre en valeur leurs atouts ?


2019 - dopo la caduta di new york

Bref un post-nuke qui fait le bonheur d'adeptes du genre.
On aime rire devant les tenues et les attitudes exagérément viriles des hommes, marchant la tête haute et le regard bovin, rappelant les gladiateurs des arènes romaines. On apprécie aussi les coiffures ringardes des donzelles, les armes insolites - qui, sans aucun doute ont fait le bonheur des post-ado des années 80.
Et on y apprend que :
En 2019, assurément, nous mangerons des rats - ou alors ce sera les rats qui nous mangeront ? Ici, ces derniers semblent très agressifs.
En 2019, les nains seront tous ensemble, terrés dans les égouts.
En 2019 le cyborg ressemblera tellement à l'humain qu'on s'y trompera.
En 2019 on pourra faire des enfants à des guenons, si si...
En 2019, "Aimer ne voudra plus rien dire". Et ça, c'est l'ultime horreur !


2019 après la chute de new york

Bref, dans "2019 Après La Chute de New York" tout est dans l'excès, pour notre plus grand plaisir.
Les bagarres sont un tantinet ridicules, on voit bien que les coups ne sont pas donnés, mais elles foisonnent. Certains dialogues et certaines situations mettent en joie. Il y a quelques armes sympathiques et originales.
La naïveté ambiante, présente dans tout post-nuke qui se respecte, rend le spectateur joyeux et indulgent.
La musique y est insupportable, mais j'avoue que le synthétiseurs fou colle bien à l'ambiance du film.
Les personnages sont stéréotypés. L'intrigue est simple. Le rythme est convenable.
Les éléments sont donc réunis pour une réalisation correcte et attractive.


2019 - dopo la caduta di new york

Ce n'est certes pas le meilleur film de Sergio Martino, mais on peut dire que cette petite production Italo-français s'en tire plutôt bien.
"After the Fall of New York" se laisse regarder, on ne s'y ennuie pas.
Ses incorrigibles défauts, sa musique imbuvable et son caractère ringard deviennent des atouts.
Et l'irréalisme qui en émane est plutôt plaisant.
On aime donc à regarder ce film d'anticipation, divertissant.
Et on sourit en se disant que peut être des gens ont cru en 1983 que d'ici quelques années le monde ressemblerait à ce que nous décrit le réalisateur.
Mais, après tout, peut-être que je me trompe et qu'effectivement d'ici quelques années, je regretterais mes propos tout en mangeant des rats , nostalgique de l'époque où "le mot Amour signifiait quelque chose" !


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche