* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

flavia, la monaca musulmana

flavia, la monaca musulmana
Aka: flavia la défroquée, flavia, flavia the heretic, flavia the rebel nun, flavia priestess of violence, flavia: heretic priestess, the heretic, the muslim nun, the rebel nun

flavia, la monaca musulmana

Si vous aviez déjà entendu parler de nunsploitation, avant Flavia, nous non. Alors nous nous sommes jetés sur ce qui nous paraissait être alléchant : un film italien, datant des années 70, et, chose surprenante, mettant en scène des nonnes.
Depuis, nous avons eu l'occasion de voir quelques autres films de ce genre assez peu connu du grand public, mais qui a ses adorateurs.
Il semble y avoir autant de films de "nunex" que de films, mais ils ont tous un point commun : ils mettent en scène des nonnes.
Du porno plus ou moins sordide au film fantastique, en passant par le thriller, tous les genres de film ont eu leurs nonnes déviantes.
Mais attardons nous sur "Flavia, La défroquée" : tout un programme !


flavia la défroquée

Flavia, l'héroïne, a été envoyée au couvent par son père pour la laver de ses péchés. Cependant, Flavia, voyant les supplices infligés aux nonnes par l'institution religieuse à la moindre incartade, se rebelle.
Elle n'est pas loin d'être une pré-féministe, notre petite Flavia ! En effet, si nous devons retenir une chose du film, c'est bien celle-ci...
Eh oui, il y a une dénonciation de l'église : pourquoi celle-ci ne fait confiance qu'aux hommes ? Pourquoi les femmes ne sont-elles pas papes ? Telles sont les questions spirituelles que pose Flavia.
Et donc, elle décide un jour, après avoir assisté à une scène de viol, de quitter l'église, de se couper les cheveux, de les montrer, et enfin de rejoindre un ami juif.


flavia, la monaca musulmana

On va pas vous faire tout le topo sur le film : il est assez mouvementé, mêle les différentes religions, a de nombreux rebondissements. Flavia tombe par la suite amoureuse d'un maure, puis se fait musulmane. Histoire assez riche donc.
Et pourtant... et pourtant...
...qu'est-ce qu'on s'est emmerdé ! (y'a pas d'autre mot)
C'est méchant, mais c'est la vérité. C'est à peine si on n'a pas voulu accélérer un peu tout ça avec la toute puissante "zappeuse". Difficile de résister à la tentation, on la comprend, Flavia !
Pourtant, le film est varié, mélange des scènes "étranges", d'horreur, de torture, et des dialogues (un peu longuets). Mais on a décroché peu à peu. Jusqu'au mot tant attendu : fin.


flavia la défroquée

On peut comprendre que le film plaise à certains : il y a des scènes de tortures plutôt glauques, une ambiance pesante due sûrement à l'omniprésence de la religion, des nonnes toutes nues (si si !), bref, un peu toutes les perversions que certains peuvent aimer voir dans un film (à la façon de "Ilsa She Wolf of the SS"(Don Edmonds) mais un peu moins glauque).
Pourtant, ces mêmes raisons peuvent rendre le film insupportable, d'autant plus que c'est fait "sans goût, sans couleur, sans saveur".
En effet, il manque quelque chose à ce film, ce petit quelque chose qu'un bon réalisateur (on peut penser à Pasolini pour réussir un tel film) aurait pu donner.


flavia, la monaca musulmana

Résultat : un film qui ne retient pas l'attention, qui laisse entrevoir de bonnes intentions non(nes) exploitées, qui n'est sauvé ni par la réalisation, ni par l'interpétation, ni par un budget conséquent... (mais qu'on sait pas où).


maht & bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche