* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

hollywood strangler meets the skid row slasher (the)

hollywood strangler meets the skid row slasher (the)
Aka: the hollywood strangler, the model killer

hollywood strangler meets the skid row slasher (the)

Il est peu difficile de résumer l'intrigue de ce film plutôt simpliste. Le métier de Johnathan Click est de photographier de modèles dénudées. Cependant, pendant les séances de pauses, il s'imagine que les jeunes filles l'aguichent, qu'elles sont toutes comme son ex femme qui l'a fait souffrir, et comme il est quelque peu dérangé, il décide de les tuer. En général, quand il le peut, il les étrangle...
Johnathan Click va rencontrer une vendeuse de livres d'occasion qu'il sent différente des autres femmes... Celle-ci l'intrigue et il décide de la suivre. Va-t-il tomber amoureux d'elle ? Et va-t-elle tomber amoureuse de lui ?


the hollywood strangler

L'histoire est simple, entre meurtres de filles et meurtres d'alcooliques, il s'agit d'une rencontre entre deux tueurs, comme le titre l'indique.
Film prétexte à montrer des filles nues, "The Hollywood Strangler Meets The Skid Row Slasher" se situe entre le nudie ( comme "Please Don't Eat My Mother") et le film gore de série Z.
Le film se déroule de manière cyclique, tel un "Mardi Gras Massacre", il n'y a surtout pas de surprise : nous voyons le tueur boire un verre en téléphonant, nourrir ses oiseaux, prendre des photos des filles, les tuer, puis aller à la bibliothèque observer la femme mystérieuse à qui il n'arrive pas à parler. Et ces scènes passent en boucle régulièrement... seul le modèle tué et la manière de le tuer changent.


hollywood strangler meets the skid row slasher (the)

Et la même chose se reproduit pour The Skid Row Slasher. Elle fait son jogging sur la plage, va travailler, regarde les clochards s'alcooliser d'un air dégoûté, ferme la boutique et les tue. Ses meurtres sont des plus basiques, un coup de cran d'arrêt et hop, l'ivrogne agonise et crache du sang très rouge. L'ambiance est bien entendu glauque. Les clochards sont crades, répugnants et pour cela, ils méritent ce qu'il leur arrive.
Les héros errent dans les quartiers chauds de la ville et passent devant des affiches de films pornos (on y voit donc régulièrement l'affiche de "Deep Throat", sans doute pour donner le ton et ancrer le film dans l'époque). Bref, un univers où il ne fait pas bon vivre.


the hollywood strangler

La réalisation est bien entendu mauvaise, mais se tient tout de même (on a vu pire...). Les acteurs jouent mal (en particulier l'agonie) et les personnages sont ridicules, ce qui peut provoquer chez le spectateur une hilarité incontrôlée...
Ce qui surprend, c'est l'absence de prise directe de son et de dialogue. Ray Dennis Steckler a juste ajouté à l'image la bande son (insignifiante) et la voix off du personnage principal ou des filles, qui exprime les pensées du tueur. Il y a d'ailleurs parfois un souffle assez impressionnant.
Tout le film est donc vu à travers l'oeil et la voix de ce narrateur. Et ce traitement particulier le rend, ma foi, intéressant.


hollywood strangler meets the skid row slasher (the)

De plus, nous ne pouvons que souligner la particularité de Ray Dennis Steckler, qui se montre encore une fois expert en titre explicite et interminable : rappelons qu'il nous avait également pondu quelques années plus tôt "The Incredibly Strange Creatures Who Stopped Living and Became Mixed-Up Zombies!!?". Ceci dit, "The Hollywood Strangler Meets The Skid Row Slasher" est à notre sens bien meilleur et bien plus agréable à regarder. Malgré tous ses défauts, on ne s'ennuie pas, on ne se prend pas la tête, on s'amuse, et le réalisateur réussit même à créer un semblant de suspense à la fin : l'histoire va-t-elle se terminer en conte de fée ou en affreux cauchemar ?
Nous ne vous le dirons pas, si vous voulez le savoir, il vous faudra le regarder jusqu'à la fin...
Un film court (il dure une heure) pour les curieux, les amateurs de cheap et les fans de Ray Dennis Steckler.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposter