* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

mardi gras massacre

mardi gras massacre

mardi gras massacre

Dans une ville de Louisiane, un assassin s'installe et choisit ses proies dans les dancings érotiques où les femmes se donnent pour quelques dollars. Ses seules exigences sont qu'elles soient "very evil" et vénales! Il les amène ensuite dans son antre où il pratique un rituel sacrificiel pour la déesse Coatla, sous couvert de jeux sado-masochistes, et comptant sur le prochain carnaval de Mardi Gras pour offrir à sa déesse moult coeurs de femmes...
Heureusement, Serge, un flic à la moustache fournie, prend l'affaire en main, et écume ces bars "exotiques" et luxurieux à la recherche du criminel. Il en profite pour jouer de ses charmes et de son pouvoir professionnel auprès d'une des employées...


mardi gras massacre

Superbement lamentable en tous points, "Mardi gras massacre" est un petit bijou à ajouter à la liste des films gores à la fois minables et jouissifs.
La haute incompétence et le contenu du porte monnaie du réalisateur sont visibles à tous les échelons du film : de l'histoire qui n'est qu'un remake (entres autres) de "Blood Feast" et "Gore Gore Girls", au casting qui nous présente une galerie assez fascinante de personnages hauts en couleurs, en passant par la musique, les dialogues et un montage qui rivalisent de médiocrité.
On y retrouve aussi le prétexte de montrer des filles se remuant frénétiquement à moitié nues sur de la musique disco (pourrie), ou encore des personnages très stéréotypés "américains de base" (voire "gros lourdeaux").
Autant de mauvais points qui sont peut être un détail pour vous, mais qui pour nous veulent dire beaucoup...


mardi gras massacre

Par ailleurs, l'assassin est aussi ridicule que le tueur de "Blood Feast": en société, il se présente comme un homme de goût charismatique (costume trois pièces, buvant du vin et distribuant ses dollars) ; dans l'intimité, il tue avec un masque en aluminium tout droit sorti d'un magasin discount, nu sous un poncho, devant une statue en carton pâte dans un décor théâtral ultra cheap (un rideau rouge et une table noire).
Il finira d'ailleurs bouffé par les poissons (un peu comme le tueur de "Blood Feast" qui meure dans un camion poubelle!)
Pour ses crimes, nous donnerons une palme aux effets spéciaux ratés, les corps des filles mutilées ressemblant étrangement à de gros bouts de plastiques rigides. Mais les amateurs de gore seront ravis de voir ses mains extirper des coeurs de cochons, et autres tripailles.
Les meurtres sont d'ailleurs sensiblement toujours les mêmes : c'est à se demander si le réalisateur manquait de créativité ou de moyens (ou des deux ?).


mardi gras massacre

Jack Weis essaye d'ajouter de la profondeur aux actes du sadique tueur en lui donnant une conscience : mais c'est un magistral ratage ! Il tente aussi de nous présenter un policier à double facette, moitié gentil, moitié ripoux : c'est encore raté ! Tout ce que nous retiendrons de ce flic est sa moustache, ses incroyables mimiques, les inepties qu'il profère, et son incompétence. Imaginez un flic venant de découvrir qui est l'assassin, où se trouve son repère, et qui préfère aller boire un verre avec ses potes, plutôt que d'aller l'arrêter...
Pourtant, c'est avec ce flic que l'on passe les meilleurs moments : d'une virilité arrogante au lit, il devient tendre et romantique lors d'une interminable balade amoureuse sur le bord du Mississipi, riant aux éclats en mangeant des gaufres, faisant tchin-tchin lors d'un dîner aux chandelles, saluant les voyageurs des bateaux à roue, etc.(tous les clichés du bonheur) le tout sur un solo de guitare électrique à "La Croisière s'Amuse".
Structure que l'on retrouve lors des habituels interrogatoires musclés dans les bars chauds de la ville, mais cette fois sur fond de musique "funky".
En parlant de musique, un thème horripilant reviendra à chaque meurtre, alternant musique concrète et disco enfiévré. A vos cassettes !


mardi gras massacre

Conclusion : un film minable, des personnages beaufs, une histoire très bof, de la musique pourrie, un montage qui frise l'épilepsie, une mise en scène que l'on pourrait croire sortie des années 20...
NOUS AVONS ADORÉ !
Nous avons adoré parce que nous ne nous sommes pas ennuyés une seule seconde, parce que les dialogues et le jeu des acteurs sont à mourir de rire, parce que le sang est très (trop) rouge, les poitrines des femmes en PVC, parce que l'assassin est a-typique...
Bref nous l'avons adoré surtout parce que ses défauts sont de qualité.
Si vous pouvez vous le procurer, pas d'hésitation, vous passerez 1h30 de joie et de bonne humeur.


maht & bloodyjane