* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

silent night, deadly night

silent night, deadly night
Aka: douce nuit sanglante nuit, slayride

silent night, deadly night

C'est Noël ! Il neige, la ville s'illumine de toute part et ce jour glorieux se promet d'être mémorable pour les petits enfants ! Et il le sera...
La famille Chapman en ce jour de bonheur et de sérénité fait sa bonne action de l'année : elle rend visite au grand père, placé dans une institution. Celui-ci est sensé être complètement grabataire, absent et muet, mais s'anime lorsqu'il reste seul avec Billy (qui a 8 ans). Le vieillard acariâtre en profite pour lui dire des méchancetés et lui annoncer que le Père Noël viendra aujourd'hui le punir pour ses mauvaises actions... La famille Chapman et Billy, mort de trouille, repartent en plaignant ce pauvre papy qui est bien malheureux d'être dans cet état. Mais, sur la route, il rencontre un Père Noël qui semble être tombé en panne de voiture.
Billy bien entendu, fort de ce que lui a dit le vieux, somme ses parents de ne pas s'arrêter, mais malheureusement, ceux-ci veulent porter secours à petit Papa Noël ! et voilà... pourtant papy, il l'avait bien dit. Le vilain Papa Noël tue donc sans raison le père de Billy, tente de violer sa mère avant de l'égorger. Et tout ça sous les yeux du gamin, que nous retrouverons 10 ans plus tard, à la sortie de l'orphelinat... Et bien entendu, ce qu'il a vu enfant l'a quelque peu traumatisé...


douce nuit sanglante nuit

"Silent Night, Deadly Night" a choqué à sa sortie aux USA. Voir le Père Noël se transformer en tueur en série a été considéré à l'époque comme un blasphème par certains parents. Ceci dit, le film n'a jamais été interdit. Et tout ce ramdam en a fait la publicité. Il est vrai que communément, on peut se dire qu'un film avec un Père Noël tueur serait terrifiant (qui n'a pas, enfant, hurlé de peur en voyant ce gros bonhomme tout rougeaud approcher ses grosses mains grasses de notre visage poupon ?) , qu'un réalisateur averti aurait pu jouer avec les peurs et souvenirs d'enfants enfouies en nous et qu'il serait intéressant de voir détourner cette ambiance chaleureuse et parfois un peu niaise de Noël...
Mais malheureusement, même si les premières scènes sont intéressantes et la prestation de Charles Dierkop en Papa Noël fou honorable, le film ne réussit pas un coup de maître.


silent night, deadly night

En effet, il y a énormément de longueurs et de scènes "misérabilistes". On entendrait presque le réalisateur crier au loin : "mais pourquoi tant de haine ?" Pour une bonne partie du film, on voit le petit Billy martyrisé par la mère supérieure et la triste enfance qu'il passe à l'orphelinat. Le pauvre petit garçon y apprend que la sexualité est honteuse et qu'elle mérite punition. On le force également malgré ses angoisses (que l'on peut comprendre) à rencontrer le Père Noël. Seule la soeur Margaret prend pitié de lui. Et c'est d'ailleurs elle qui lui trouvera son premier job à la sortie de l'orphelinat. Premier job qui, quelle heureuse coïncidence, est : Vendeur de jouet !
S'en suit des scènes fortement cul cul la praline, où l'on voit un Billy adulte enfin heureux et épanoui, gentil avec les petits n'enfants et leurs petites mamans, qui passe des instants de bonheur avec la fille du patron. Tout ça sur une musique à faire pleurer les mamies et une ambiance famille Doucoeur... Bref, le film est parsemé d'instants que le réalisateur a sans doute voulu magiques, mais qui sont niais à mourir, d'un sentimentalisme qui n'a pas sa place ici.


douce nuit sanglante nuit

Ceci est dommage car quelques idées sont bonnes, lorsque Billy sombre dans la folie et se met à tuer. Les meurtres sont plus ou moins heureux, plus ou moins originaux. Cependant, je trouve que les scènes où Papa Noël apparaît soudainement armé d'une hache sont assez réussies, bien que l'idée soit récurrente. Et puis, on s'amuse de voir Billy Noël se transformer en Robin des Bois, armé d'un arc et de flèches pour faire tomber comme des mouches ses victimes. Quelques filles nues ça et là viennent égayer le tout, le film (en version uncut) est saupoudré de certains passages gores. On est surpris aussi de constater que le réalisateur prend le risque de tuer un Santa Claus innocent devant un groupe d'enfant, surpris de voir que papa noël n'est pas éternel et qu'en plus, il s'agit du père O'brian ...
Mais malheureusement, le Père Noël psychopathe n'est absolument pas crédible. Et l'ambiance n'y est pas.


silent night, deadly night

Ainsi, "Douce Nuit, Sanglante Nuit", n'est pas à la hauteur de son succès. Le film est inégal, et les scènes qui traînent en longueur rendent le film soporifique. Il semble que le réalisateur n'ait pas réussi à prendre une position nette et qu'il balance entre sentimentalisme et violence gratuite, entre volonté de choquer mais peur d'être odieux, entre originalité et lieux communs. Il s'ensuit qu'on a le sentiment de ni trop, ni trop peu, et que le film tombe à plat.
N'étant ni un véritable navet, ni un film effrayant, il oscille sans cesse entre l'un et l'autre sans réellement prendre une place définie. Et pourtant quelques bonnes idées auraient pu le rendre attrayant.
Un peu décevant donc.
Un film pour curieux, à regarder quand les enfants sont au lit.


bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche