* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

prey

prey
Aka: alien prey, le zombie venu d'ailleurs, la maison sanglante

prey

Jessica et Joséphine se sont retirées dans leur maison de campagne isolée pour vivre paisiblement leur amour saphique. Un soir, Jessica aperçoit des lumières venant du ciel...
Pendant ce temps, on a droit à la fameuse scène qui apparaît dans tous films d'horreurs dignes de ce nom : un jeune homme veut cratchouille une jeune fille dans sa voiture, en lui faisant le célèbre coup de la panne. Celle-ci bien entendu refuse, ce qui donne envie au jeune homme de soulager sa vessie... normal !
Mais oh surprise ! Ils se font tuer par une créature humanoïde, qui va prendre l'apparence du jeune homme et investir la demeure de Jessica et Joséphine, non sans bouleverser l'habitude du petit couple.


alien prey

D'emblée, nous sommes éblouis par le jeu des acteurs, qui dès la première scène nous montrent l'étendue de leur incompétence (on ne vous parle même pas du doublage) ! Joséphine et Jessica, chacune dans leur rôle stéréotypé de dominatrice et de crédule soumise, nous font participer à leur intimité végétarienne, alternant scène de ménage dont les dialogues savoureux resteront gravés dans nos mémoires jusqu'à la fin de nos jours, et scènes d'amour lesbien...
Entre deux, Anders Anderson (ça ne s'invente pas), le jeune éphèbe extra-terrestre qui ne laisse pas insensibles nos deux protagonistes, cherche un moyen de se nourrir, et lorgne régulièrement sur Wally, la perruche familiale, parce que la salade, ça va bien cinq minutes, mais ça ne nourrit pas son homme. Anders soit dit en passant, campe parfaitement son rôle d'abruti congénital (pardon, d'alien ignare de la vie terrestre), à se demander si il ne l'est pas vraiment...
En fait d'acteurs, n'en cherchez pas plus : il n'y a en tout et pour tout que six au générique, dont trois figurants. On vous laisse faire les comptes, ça fait trois acteurs principaux.


prey

C'est un film d'horreur que nous regardons, n'oublions pas. Il y a donc de nombreuses scènes (sensées) nous faire frémir... La scène de la battue au renard, par exemple, est complètement insoutenable : nous garderons longtemps en mémoire l'image de cette jeune femme, hurlant et battant l'herbe avec un bâton sur une musique qui va crescendo.
Nous ne vous parlerons pas de la scène de noyade, véritable moment culte, hilarant et interminable, où les acteurs se noient dans une marre boueuse/mazoutée (? Encore l'Erika ?), au ralenti, sur une musique à vous donner la chair de poule, pour finalement ne pas se noyer... (à vu de nez, ils avaient pieds)
Sans oublier les maquillages et effets spéciaux tout droit sortis du cirque Achille Savate !
Ne vous en faites pas, il y a quand même quelques scènes d'horreur véritable, quelques gouttes de sang de-ci de-là. Mais si c'est ce que vous cherchez, fuyez ! On est loin du slasher sanguinolent et effrayant (seule la scène finale l'est : on a d'ailleurs choisi de vous la montrer dans la photo en bas de page).


alien prey

L'innocence de l'extraterrestre et sa quête de protéine vont le placer dans des situations toujours plus loufoques, où il essayera, entre autres, de marcher sur l'eau (tel jésus) pour bouffer du cygne, d'attraper un renard avec ses mains en faisant de grands bonds, etc.
Le couple n'est pas en reste, car tout y est amplifié, absurde et décalé : dans le but de rassurer et calmer quelqu'un qui pique une crise de nerf, quoi de plus normal que de le secouer et de finir par lui claquer la tête sur un bac à fleurs ?!
Nous avons même relevé quelques bonnes surprises tout au long du film, comme les non-dits dans le couple lesbien qui viennent troubler le manichéisme ambiant, ou encore les personnages qui sont plus complexes qu'ils n'y paraissent au début (on s'est même demandé qui était réellement le méchant ??? ou le gentil ?).


prey

Il y a donc de nombreuses dérives dans ce film : le scénario est plat et ne laisse aucune place à l'inattendu, il y a des longueurs au début, puis il s'accélère de façon exagérée par la suite, les acteurs sont minables, etc.

Et pourtant, c'est avec plaisir que nous avons regardé ce véritable navet, car il a toutes les composantes du vrai nanar, frais et naif à souhait.
Nous vous le conseillons donc vivement, éclats de rire assurés !
A regarder à plusieurs et sans modération !


maht & bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche