* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

ruang talok 69

ruang talok 69
Aka: 6ixtynin9

ruang talok 69

Mauvaise nouvelle : la société dans laquelle Tum travaille doit se restructurer. Et le patron ne veut pas choisir qui sera licencié. Alors il tire au sort les 3 employées qui vont partir, et Tum est dans le lot. Dépitée, désargentée, elle décide d'en finir : elle ingurgite tous les produits ménagers qu'elle trouve chez elle.
Elle reprend connaissance le lendemain. En sortant de sa chambre, elle tombe sur un carton de nouilles. Intriguée, elle l'ouvre et se rend compte qu'il n'est pas plein de nouilles, mais d'argent. De beaux billets. Bien rangés.
Comment cet argent est-il arrivé ici ? A qui est-il ? Est-ce que ça a à voir avec le numéro 6 de sa chambre qui n'arrête pas de se retourner ? Et qui sont ces deux types patibulaires qui viennent chercher le carton ?
Et vous... si vous trouviez un carton plein d'argent... qu'est ce que vous feriez ?


6ixtynin9

Dès que le film commence, l'humour est grinçant. Et tout de suite, on est plongé dans l'ambiance particulière qu'aura le film... Entre répulsion et décalage humoristique quasi surréaliste. Et on s'enfonce inlassablement dans l'horreur et dans l'humour noir.
Et de l'humour, il va en falloir, quand on voit se dérouler devant nos yeux ébahis l'histoire sanglante dans laquelle Tum s'est engouffrée pour garder l'argent. Mais d'ailleurs... a-t-elle bien le choix de le garder ou non, ce carton ?
Soulignons d'abord le jeu tout en finesse de Lalita Panyopas qui incarne Tum. Elle ne parle pourtant pas énormément pendant tout le film, lâchant juste quelques phrases de ci de là, d'une voix douce et presque inaudible. Pourtant, dans ses regards et sa façon d'incarner le personnage, toute la palette des sentiments est exprimé. Et on s'agrippe, haletant, à ce personnage continuellement en détresse qui est, de toute façon, attachant.


ruang talok 69

Mais si le personnage de Tum est particulièrement bien joué, les autres ne sont pas en reste ! De Black Phomtong (qui incarne Kanjit, le gros mafioso qui possède un centre d'entraînement de boxe thai) au moindre second rôle de petit voyou, tout ici colle incroyablement. Pourtant, les personnages sont plutôt atypiques, à la limite du réalisme dans leurs comportements, souvent hyper-caricaturaux, au point où seule Tum semble "normale".
En fait, c'est exactement ça. Tum est une fille normale qui est attirée contre son grès dans un monde à la limite de la normalité...
Puzzle ? On ne peut pas rêver mieux comme mot pour décrire le scénario : plein de petites pièces compliquées qui assemblées donnent une image simple. Chaque personnage a sa place, un but, et petit à petit, aussi incroyable que cela puisse paraître tant parfois cela semble surréaliste, les pièces collent les unes aux autres. Simple mais pas simpliste, on saura apprécier à sa juste valeur cette histoire vraiment bien ficelée, qui mêle aussi bien humour noir qu'histoire de gangster.


6ixtynin9

Pen-Ek Ratanaruang. Je retiens ce nom, car non seulement il a signé ce scénario exemplaire, mais la réalisation n'est pas en reste. Prises de vues soignées et stylées mais pas lisses, un montage nerveux et vif mais pas "vidéoclipé", faux raccords, scènes oniriques, etc. Le tout est assemblé avec brio sans jamais perdre le spectateur plus d'une seconde... brillant.
Je n'avais pas vu aussi bien depuis longtemps, et je suis difficile. Surtout qu'encore une fois, l'homogénéité de l'ensemble est surprenant.
Je n'ai pas parlé de la musique : on dirait du Kenji Kawai. Je dis bien on dirait, car impossible de mettre la main (pour l'instant) sur le nom du musicien qui à fait la BO. Si ce n'est pas lui, c'est un repompage éhonté (ou un hommage très inspiré) ! Quoi qu'il en soit, elle colle bien au film, sait se faire oublier ou se rendre présente selon les moments.
La photographie enfin, vive mais un peu convenue (avec un peu trop de vert à mon goût). C'est le seul point "faible" du film... Mais est-ce un défaut ? Je ne suis pas vraiment sûr...


ruang talok 69

Pen-Ek Ratanaruang nous donne donc une belle leçon de cinéma, tout autant que son héroïne reçoit une belle leçon de la vie.
Car c'est moins l'argent qu'elle veut garder que sa vie, elle qui voulait mourir la veille (en avalant de la lessive, je vous le rappelle). La fin, de ce point de vue, sera considérée par certains (moi par exemple) comme "formidable". D'autres (Bloodyjane, autre exemple) trouveront qu'elle est "dommage"... Une question de goût sûrement.
Bref ! Une galerie de personnages savoureux, de nombreux décalages et une histoire abracadabrantesque mais qui tient bien la route, le tout servi par une réalisation impeccable... Tout cela devrait vous donner envie de voir ce vrai bon petit film thaï !
Revigorant, vivifiant, amusant, déconcertant, régénérant, intelligent, autant d'adjectifs qui collent au film autant que son humour. Pour tous ceux qui aiment rire noir.
Et qui veulent entendre une étrange histoire de 6 et de 9.


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche