* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

spermula

spermula

spermula

Rien ne va plus pour la planète Spermula. Les Spermulites, êtres vaporeux vivant dans un nuage d'extase, sont menacés de mort ! Il faut absolument qu'ils trouvent une nouvelle planète, et "Big Mother", la grande maîtresse des Spermulites est sur l'affaire. Elle a remarqué une jolie planète avec des bois, des ruisseaux, des arbres et des missiles nucléaires, qui s'appelle la Terre. Coup de bol : les habitants de la Terre sont des êtres stupides. Double coup de bol: ça fera aux Spermulites une bordée d'esclaves dont ils pourront jouir. Mais pour cela, il faudra qu'ils utilisent leur plus gros point faible, le sexe, un truc tout à fait dégoûtant et acrobatique (Attention les enfants: ne faîtes pas ça à la maison, ces cascades sont le fait de professionnels).
"Big Mother" choisit donc un groupe de Spermulites, les meilleurs parmi les meilleurs, pour préparer l'invasion. Elle les transforme en jeunes femmes affriolantes et attirantes pour que les hommes tombent dans le panneau, omnubilés qu'ils sont par le sexe. Leur mission : pomper tout le sperme des hommes pour que la race humaine périclite. Mais certaines spermulites commencent à prendre goût à ces pratiques répugnantes.


spermula

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le titre est alléchant. De plus, un film français (cocorico), correspondant à l'époque où quelques réalisateurs ont tenté de donner au porno quelques lettres de noblesse (hormis le X) et de mélanger les genres...
Porno-Fantastique ?
Film X, peut être : la durée du film variant de 87 à 103 minutes selon les copies, on peut estimer que qu'il y a eu quelques coupures selon les versions. La version que nous avons vu, largement tronquée, mériterait en France un petit "interdit au moins de 16 ans" pour scènes érotiques. Mais rien de pornographique. On apprécie au passage la qualité des dites coupures : faisant fi de la musique, des plans, de la cohérence de l'ensemble, nous avons de belles coupes franches, admirablement exécutées au ciseau par les censeurs américains.


spermula

Film fantastique/SF ? Peut être aussi. Bon, les censeurs n'ont pas coupé les scènes fantastiques. C'est déjà ça. En même temps, il n'y en a pas vraiment, si on omet les quelques scènes se passant sur Spermula dans des décors bizarroïdes.
Et si le début de l'histoire telle que je vous l'ai contée est réellement fantastique, le film en lui-même est plutôt... quoi au fait ?
Un compte à rebours entrecoupé de scènes érotiques? Je caricature à peine. Un somnifère déguisé en cassette vidéo ? On se rapproche !
La seule chose fantastique dans ce film, c'est de réussir à le regarder en entier.


spermula

En fait, il s'agirait plutôt d'une comédie loufoque. Volontairement psychédélique, second degré, jouant avec des personnages bizarres (le nain qui fait des spectacles dans un bar chaud avec sa compère le transsexuelle, Udo Kier dans le rôle d'un spermulite mâle avec un micropénis, etc...) et des situations sans doute hilarantes (la candeur des spermulites qui doivent apprendre les bases de la sexualité grâce à un cours magistral de leur grand "maître à penser", Big Mother)
Certes, on nous a déjà fait le coup du psyché-2nd degré. On pense immédiatement à "Barbarella", d'un autre français. Et "Barbarella" est une vraie réussite de ce côté là.
Mais "Spermula" tombe littéralement à côté de la plaque.
Peut être parce que Charles Matton (peintre et cinéaste) a trop voulu mélanger les styles, entre le fantastique, le pornographique, le psychédélique, le comique, et plein d'autres mots en "ique".


spermula

Bon film, "Spermula" ? Définitivement : non. On s'ennuie tout au long du film, les scènes érotiques sont (au mieux) ennuyantes, au pire soporifiques. Les scènes psychédéliques (comme le transsexuel qui chante ou la scène d'ouverture) ratent la cible, l'humour est désastreux. Et, si quelques petites choses touchent, quelques petits détails réussis, on ne retient au final que la lassitude qui s'est insidieusement installée.
Le film est tombé dans les limbes de l'oubli. Seuls quelques curieux voudront le déterrer pour admirer la plastique charmante des femmes des années 70. Contempler un étrange mélange de tout et de rien pourra en contenter certains.
Mais il vous faudra vous armer d'une bonne dose de courage et de beaucoup de café.


maht

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche