* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

sugar hill

sugar hill
Aka: sugar hill gang, sugar hill et ses zombies, voodoo girl, the zombies of sugar hill

sugar hill

Un gang d'affreux malfrats veut diriger le quartier de Sugar Hill et tue le petit ami de Diana, directeur d'un night club réputé.
Diana décide de se venger en faisant appel à un puissant dieu vaudou nommé "le baron samedi" au look partagé entre la classe the "night fever"et la classe dandy-bourgeois. Celui-ci ressuscite d'anciens esclaves enterrés à même le sol il y a plusieurs centaines d'années. Ils constitueront une armée de morts-vivants au service de Diana, rebaptisée pour l'occasion "Sugar", pour qu'elle puisse accomplir sa vengeance sur les vilains malfrats attirés par le fric et l'alcool...
L'ambiance est bien entendu groovy et mystérieuse, de même que les personnages et les effets spéciaux.
Les morts-vivants ont définitivement la classe : en guise d'yeux, ils ont des verres convexes de lunettes de soleil sans teint posés sur les orbites (d'ailleurs parfois les lunettes bougent et laissent apparaître le subterfuge... )


sugar hill gang

A peine sortis de terre, ils sont recouverts, non pas de boue, mais de poussière et de toiles d'araignées qui grandissent au fil de l'action, volonté sans doute du réalisateur de nous notifier qu'ils sont là depuis longtemps, qu'ils sont de vieux morts vivants et que, comme de vieux meubles, ils sont en proie aux arachnides ? Toujours est-il qu'ils sont originaux.
Les personnages principaux ont une certaine "complexité" :
Le baron samedi, notre séducteur-dieu-du-vaudou, quand il ne fait pas son spectacle de baron de la nuit avec la tenue adéquate (chapeau haut de forme et queue de pie) entouré de femmes sur fond de tonnerre et d'éclairs, peut aléatoirement servir de barman ou de jardinier selon les situations. Sensé être effrayant et puissant au début de l'histoire, il finit par succomber aux charmes de l'héroïne "sucrée" (voire chocolatée...) et met à disposition tout ce dont elle désire... il sait donc être à la fois baron et valet.


sugar hill

Il y a également un autre personnage qui attire l'attention, du fait uniquement de sa classe groovy : le sempiternel inspecteur de police, secrètement amoureux de l'héroïne (et vice versa), tête de micro et costume cintré cravate à pois tout droit sorti des années "Starsky et Hutch"... d'ailleurs, on se demande ce qu'il fait là, puisqu'il n'a aucune utilité, dispense des répliques idiotes, et ne comprend rien à rien...
Et pour en finir avec les personnages, la sensuelle héroïne répondant au délicieux nom de Sugar, a le luxe de se vêtir d'une tenue digne des plus grands Night-Clubs de Chicago pour commettre ses crimes.


sugar hill gang

Cette femme éplorée, qui parait si douce et tendre, est sans conteste le personnage le plus méchant du film... Elle apparaît comme une femme libérée (digne d'une militante du MLF) dominatrice et perverse, soumettant le dieu du vaudou, les morts-vivants, et tous ces hommes qui l'environnent au nom de la bonne cause (on lui a tout de même tué son fiancé !).
D'un sadisme assez exceptionnel, elle rivalise de créativité pour mettre en scène sa vengeance et assiste à tous les meurtres, savourant chaque instant. Ce qui lui vaut l'admiration du dieu du vaudou...
De ce fait, chose étonnante, les rôles sont bouleversés et les morts-vivants, ainsi que le maître du vaudou, se font voler leur place de méchants, ils en deviennent même sympathiques, pauvres pantins manipulés par cette créature féminine...
Ils sont d'ailleurs d'autant moins méchants que leur soif de vengeance est légitimée par le fait qu'ils ont souffert à cause du genre humain. Même dans leur repos éternel, ils sont exploités...


sugar hill

La moralité s'en trouve donc interrogée à la fin du film : on se demande qui est le véritable méchant et ce qui y est réellement dénoncé. Serait-il plus complexe qu'il n'y parait ? ... ????
Une chose est sûre, le sujet tourne bien autour de l'exploitation de l'homme par l'homme (ou la femme ?).


bloodyjane

Affiche(s)

jaquette