* a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

three on a meathook

three on a meathook
Aka: trois filles pour le boucher, l'abattoir humain, le crochet du boucher

three on a meathook

Quatre jeunes filles se font un petit week-end sans garçon, près d'un lac. A leur retour, la voiture tombe malencontreusement en panne. Un charmant fermier vient à leur secours et leur propose de les héberger dans la ferme de son père...
Les premières images ne laissent aucun doute : nous sommes sur un film à petit budget. La prise de son est pitoyable (en VO, on se demande si le film n'a pas été totalement redoublé...) : échos persistants, silences imposants, coupures brutales de la bande sonore..., tout nous indique que nous sommes devant un film de qualité.
Le fait que dans les 15 premières secondes une femme est déjà nue nous conforte dans cette idée. Et ça ne fait que commencer...


trois filles pour le boucher

Mais à part ça : le début de "Three On A Meathook" nous plonge en plein coeur de l'histoire. Après quelques minutes à regarder les naïades batifoler dans l'eau (nues bien sûr) , nous avons droit à une scène gore syncopée et sanglante, où les jeunes filles coup sur coup perdent la vie de manière (dirons-nous) brutale.
Et c'est là que vient la partie majeure du film( (et sans doute la moins intéressante) : pourquoi, et surtout, qui tue de facon aussi brutale, devrons-nous le répéter ? Inhumaine même !

S'ensuivent de nombreux plans et séquences tous aussi intéressants les uns que les autres... Entendons-nous : ce n'est pas intéressant, mais très rigolo!


three on a meathook

Nous avons moultes scènes romantiques façon "Petite Maison Dans La Prairie", où de jeunes gens batifollent follement dans les herbes hautes, des scènes tragiques qui nous montrent le désespoir d'un jeune homme en quête d' identité, de grandes discussions entre ce même jeune homme et son père, le tout servi par des personnages sans profondeur, rendant le jeu des acteurs "ni-bon-ni-mauvais".
Et en prime, nous avons même la moitié (au bas mot) d'un concert funky, wah-wah à l'appui.
Mais qui est donc le tueur ??? C'est la question qui nous est restée sur le bout des lèvres tout au long du visionnage, qui s'est voulu joyeux et dynamique (pour les scènes d'horreurs).
Pourquoi le réalisateur s'attarde-t-il sur les élucubrations des protagonistes plutôt que sur les meurtres ??? C'est aussi la question qui nous est restée sur les lèvres.. (après le film).


trois filles pour le boucher

Il est étonnant qu'un film ayant un titre si évocateur ("trois sur un crochet à viande", je vous le rappelle) s'attarde si peu sur les scènes de meurtres...
Pourtant, on ne peut que saluer la qualité des meurtres, tous plus variés les uns que les autres. Rien de nouveau, ils sont percutants, efficaces, et rythmés... mais on ressent un goût de trop peu. Et le rythme s'efface lors des scènes intermédiaires et inter...minables, qui elles ont un goût de "trop beaucoup".

Variés, les meurtres le sont, tout autant que la musique qui va de "La Petite Maison Dans La Prairie" à une espèce de lounge façon Baccarach, sans oublier le concert funky-progressif.
Bref, si "Three On A Meathook" est décousu, la bande-son lui donne une homogénéité, mais nous faisons-nous bien comprendre...


three on a meathook

Alors que retenons nous de "Three On A Meathook" : il est assez déstabilisant de par sa médiocrité... nous vous conseillons de le voir à plusieurs, car la qualité cinématographique du film n'est pas au rendez-vous (c'est le moins qu'on puisse dire), mais la rigolade si.
Si vous cherchez le pur slasher (façon "Massacre à la Tronçonneuse"), passez votre chemin !

En revanche, si vous voulez passer un agréable moment sur un film atypique, qui frise le génie dans ses pires moments, et bien nous ne pouvons que vous le recommander vivement.


maht & bloodyjane

Affiche(s)

jaquetteposteraffiche